Dialogue national: la balle est dans le camp du pouvoir    Crise politique : Des initiatives mais point de solutions !    APC de Bousfer: Le vice-président et deux élus entendus par la gendarmerie    Tlemcen: Le LGV se rapproche de Maghnia à petite vitesse    Aéroport «Mohamed Boudiaf»: Atterrissage d'urgence d'un ATR d'Air Algérie    Football à l'Ouest: L'ASMO, l'USMBA, le RCR et le MCS dans la tourmente    Un homme découvert mort au marché de gros d'El Kerma    Cyber-escroquerie, une arrestation    Villes nouvelles et pôles urbains: Le gouvernement dans l'urgence    Méditation sur un nuage    Cameroun: Libération d'une partie des opposants, un pas vers le dialogue politique ?    Bourses : Séance inaugurale folle pour le Star chinois    Compétitions africaines interclubs 2019-2020 : Les clubs algériens fixés sur leurs adversaires    Mercato : Petit tacle de Rummenigge à Gardiola pour Sané    Chlef : Plus de 700 enfants sensibilisés à l'économie de l'eau    L'économiste Kamel Rezzigue a la radio : "Il faut accélérer le processus politique pour le salut de l'économie nationale délicatement fragilisée par ...    Avions de combat : Thales plaide pour une alliance en Europe    Etablissements publics de santé: Vers "l'obligation" de l'activité de jumelage    Nouveaux bacheliers : Début des préinscriptions et inscriptions    Jeune sahraouie tuée: Plusieurs ONG condamnent la répression marocaine brutale dans les territoires sahraouis occupées    Le gouvernement au chevet des nouvelles villes    Air Algérie a rapatrié tous les supporters    Une "réponse forte à la bande"    Nouveau mandat de dépôt contre Amar Ghoul    Zidane félicite l'Algérie après son sacre africain    Saisie de plus de 4,6 quintaux de drogue    L'anglais évince le français    Le sélectionneur annonce sa démission    AUTOMOBILE : Les premières voitures Peugeot dès janvier 2020    GAID SALAH : ‘'Le peuple a envoyé une réponse forte à la bande''    L'Union arabe félicite l'Algérie    La fanfare de la Protection civile égaye les annabis    Affaire Tahkout : Le wali d'El Bayadh Mohamed Khenfar auditionné à la Cour suprême    ACTUCULT    Le Forum France-Algérie se joint à l'appel du mouvement associatif    Essebsi refuse de ratifier la nouvelle loi électorale    Rassemblement de soutien aux détenus d'opinion    La majorité des Français trouve le phénomène "normal"    La FAF empoche un chèque de 4,5 millions de dollars    Une chaîne de télé franco-algérienne sera lancée en 2020    Jack Lang : "Nous sommes tous un peu algériens"    L'Ukrainienne Juicy M en guest star au Blackout Festival    De la conquête par Tarik Ibn Ziad aux principautés    Vers la réhabilitation du vieux lycée technique    Aïd El Adha: Fixation de points de vente de bétail contrôlés à travers le pays    Les exigences de "l'Alternative démocratique"    Des centaines de fans coincés au Caire    Le blocage du pétrolier algérien a duré 1h15mn    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Turquie - Au sixième jour de contestation
ça chauffe pour Erdogan
Publié dans Info Soir le 06 - 06 - 2013

Tension - Le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan doit rentrer aujourd'hui en Turquie après trois jours de visite au Maghreb.
Il est attendu de pied ferme par des dizaines de milliers de manifestants qui exigent toujours sa démission au septième jour de leur mouvement.
Ils étaient des dizaines de milliers de personnes à poursuivre leurs manifestations, ce matin, à l'appel des deux principaux syndicats du pays.
La tension restait vive dans la nuit de mercredi à jeudi à Ankara, et des violences ont éclaté à Rize, une localité des bords de la mer Noire (nord-est), tandis qu'hier mercredi, le gouvernement turc s'est défendu de diriger une «démocratie de seconde zone». Après six jours de contestation, la Confédération des syndicats du secteur public (KESK) et la Confédération syndicale des ouvriers révolutionnaires (DISK), toutes deux marquées à gauche, ont organisé des défilés dans plusieurs grandes villes du pays.
A Istanbul, leurs deux cortèges se sont fondus dans l'après-midi sur la place Taksim, au cœur de la fronde qui agite la Turquie depuis vendredi, en scandant «Taksim, résiste, les travailleurs arrivent» ou encore «Tayyip, les pilleurs sont là !». Mêmes scènes dans la capitale Ankara, où plus de 10 000 manifestants ont marché aux cris de «Dégagez la route, les révolutionnaires arrivent !» ou «Taksim est partout!» en agitant des drapeaux turcs. Dans l'attente du retour de M. Erdogan, les contestataires restent déterminés, malgré les «excuses» présentées par le vice-Premier ministre, Bülent Arinç, aux victimes de brutalités policières. «Avant, les gens redoutaient d'exprimer leur peur publiquement. Mêmes les tweets étaient un problème. Maintenant, ils n'ont plus peur», s'est réjouie, au milieu des manifestants stambouliotes, Tansu Tahincioglu, qui dirige une société sur Internet. «Erdogan doit présenter des excuses, démissionner et être traduit en justice pour le recours excessif à la force (par la police) et tout ce qu'il a fait aux médias», a-t-elle ajouté. Comme les jours précédents, des affrontements ont à nouveau éclaté à Ankara hier mercredi en fin de journée. Les forces de l'ordre ont dispersé à grand renfort de gaz lacrymogènes et de canons à eau plusieurs milliers de manifestants. Durant la soirée, un groupe d'une trentaine de «musulmans anticapitalistes» a été ovationné par les manifestants du parc Gezi à Istanbul après avoir lu des versets du Coran à l'occasion d'une fête religieuse et avoir conspué le gouvernement islamo-conservateur turc. Deux personnes sont mortes et plus de 2 800 ont été blessées dans les seules villes d'Istanbul, d'Ankara et d'Izmir (Ouest) depuis les premiers affrontements de vendredi, selon les ONG de défense des droits de l'Homme turques et internationales. Ces chiffres n'ont pas été confirmés par les autorités, dont le plus récent bilan mardi faisait état de «plus de 300» blessés, en majorité des policiers.
Arinç, l'autre discours
A l'opposé du ton ferme du Premier ministre, son numéro deux Bülent Arinç a qualifié mardi de «légitimes» les revendications écologistes à l'origine des troubles et assuré que son parti islamo-conservateur respectait «les différents modes de vie» des Turcs. «Nous n'avons pas le droit ou le luxe d'ignorer le peuple, les démocraties ne peuvent pas exister sans opposition», a également souligné M. Arinç. A l'issue d'une rencontre avec le vice-Premier ministre, Bülent Arinç à la mi-journée à Ankara, des représentants de la contestation ont exigé du gouvernement le renvoi des chefs de la police de plusieurs grandes villes, dont Istanbul et Ankara. Ils ont aussi exigé pêle-mêle la remise en liberté des personnes interpellées, l'abandon du projet d'aménagement de la place Taksim à l'origine de la révolte, l'interdiction des gaz lacrymogènes et un meilleur respect de la liberté d'expression dans le pays. «Les décisions du gouvernement détermineront l'issue du mouvement», a déclaré un de leur porte-parole, Eyup Mumcu, de la chambre des architectes d'Istanbul.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.