Ouyahia et Sellal condamnés respectivement à 15 et 12 ans de prison ferme    Benflis répond au procureur de la République    Banques De nouveaux P-DG à la tête de la BEA et de la BNA    Election présidentielle du 12 décembre Le scrutin constitue l'étape pour l'édification de l'Etat de Droit    Taleb Ibrahimi, Benbitour, Rahabi et autres personnalités appellent à ne pas empêcher les Algériens de voter    Tout est fin prêt    Gita Gopinath, conseillère économique auprès du FM "Les réformes dans les pays émergents et les pays en développement sont plus efficaces ...    La dette fiscale dépassait les 3.600 milliards DA à la fin 2016    Selon Ghania Eddalia, ministre de la Solidarité " Près de 900 000 bénéficiaires de micro-crédits jusqu'en octobre dernier"    Agriculture: Installation de six unités de recherche scientifique à l'INVA    Arabie-Saoudite : Quels enjeux concernant le plan Vision 2030 ?    Etats-Unis : Après les tueries, Donald Trump face aux critiques des démocrates    Poutine, Merkel et Zelensky à Paris: Qu'est-ce qu'un sommet au format "Normandie" ?    Qualifications Afro-paralympiques-2020 de handi-basket: L'Afrique du Sud obtient l'organisation du tournoi    Prix du sport africain 2019 : L'EN algérienne sacrée meilleure équipe, Mahrez meilleur joueur    MC Alger: Confiance renouvelée à l'entraîneur Casoni    Les conditions d'inscription fixées    La mosquée de Sidi Ghanem à Mila : Un centre de rayonnement de l'Islam et un haut lieu de la mémoire    Manifestations du 11 décembre 1960/Mouvement populaire 2019 : 59 ans après, la soif de l'indépendance est toujours vive    EN : Belmadi aurait aimé jouer un match à Marseille    D'anciens ministres et hommes d'affaires condamnés à verser 20 milliards DA au Trésor public    Mobilis obtient un accord d'attribution provisoire d'une licence 2G, 3G et 4G au Mali    Adoption à la majorité de plusieurs projets de lois    Un sursis accordé jusqu'à la phase aller    Quatre à cinq mois d'absence pour Youcef Atal    Report de toutes les compétitions jusqu'au 15 décembre    Création à Tokyo d'une «Association des députés japonais pour le Sahara occidental»    Démantèlement d'un réseau de trafic de drogue et saisie de 510 kg de kif traité    Un motocycliste renversé mortellement par une voiture    Au moins 44 Palestiniens tués par les forces d'occupation en novembre 2019    Pour un débat serein sur la loi des hydrocarbures devant s'insérer dans le cadre d'une loi organique de la transition énergétique en Algérie    GREVE DES CONTROLEURS AERIENS FRANÇAIS : Air Algérie annonce des perturbations    Toutes les dispositions organisationnelle et sécuritaires prises pour le bon déroulement du scrutin    Téhéran se dit prêt à d'autres échanges de prisonniers avec Washington    3 ans de prison pour l'ex-directeur du commerce    «Consensus» chez les sunnites pour garder Hariri Premier ministre    Un soldat tué dans une attaque contre un camp de l'armée    Standing-ovation pour Robert Redford à Marrakech    «Genèse», première exposition de Yasmine Siad    "Une révolution délicieuse" à l'Espace Ouest-France    Miss Côte d'Azur est d'origine algérienne    Jijel : Acquisition d'ambulances médicalisées    Campagne: l'individu arrêté a perpétré des actes d'intelligence avec un Etat étranger    Coupe de la CAF (2e journée) : Coup d'arrêt pour le Paradou AC    Akid Lotfi: 37 kg de viande hachée impropre saisis    Les enseignants du primaire partagés: Entre gel momentané et poursuite de la grève    «Irishman» de Martin Scorsese arrive sur Netflix    Littérature Lynda Chouiten, prix Assia Djebar : " Une valse est née, durant mon voyage à Vienne"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Yannis Youlountas* à InfoSoir :
«Contribuer à libérer les consciences»
Publié dans Info Soir le 01 - 03 - 2014

InfoSoir : Vous faites du cinéma engagé. Qu'est-ce qu'on pourrait dire de votre engagement ?
Yannis Youlountas : C'est d'abord un engagement pour l'humain, c'est-à-dire aujourd'hui notre société est en train de se déshumaniser. On privilégie de nos jours une nouvelle forme de foi, celle en l'argent, et on croit de moins en moins en la capacité de l'humain vers le meilleur, mais plutôt vers le pire.
Y a-t-il un retour à une vision archaïque de l'homme ?
La société proposée par le philosophe français Jean-Jacques Rousseau dans Le contrat social, est basée sur une vision positive, optimiste de l'humain par rapport à ses potentialités. Pour le philosophe français, l'homme est bon de par sa nature, c'est la société qui le corrompt. Cette vision est contraire à celle proposée par le philosophe anglais Thomas Hobbs qui, dans le Léviatha, donne une vision plus archaïque de l'homme, plus liée à l'ancien régime, c'est une vision autoritaire. Pour paci-fier les relations entre individus, la priorité pour Thomas Hobbs est la sécurité et non pas la liberté, donc la justice. Un modèle de société basé sur l'idée : «L'homme est un loup pour l'homme.» Et c'est ce que nous montre sans cesse dans les mass media, c'est ce qui nous laisse croire un peu partout dans les discours politiques, et c'est ce que nous finissons par admettre à tort : c'est que l'homme ne serait pas capable de mieux.
Qu'en pensez-vous ?
Moi, je dis : l'être humain est capable de bien mieux. C'est pourquoi on peut construire un autre type de société, plutôt que de dériver toujours beaucoup plus vers un modèle qui déshumanise nos relations et nous ramène à consommer, à perdre notre temps dans des activités délirantes et absurdes, alors qu'il y a un sens à construire pour sa vie individuelle et dans la vie collective aussi.
Le cinéaste doit-il être engagé ou pas ?
Ce n'est pas une absolue nécessité. L'art peut-être une recherche esthétique, mais moi personnellement j'ai choisi une voie plus éthique, politique surtout. L'art fait sens à partir du moment où il représente ce qui ne va pas, il propose des voies parallèles, des situations alternatives. Ce ne sont évidemment pas des solutions toutes faites, mais des alternatives pensées ensemble, à inventer ensemble.
Le cinéma engagé a-t-il de l'avenir ?
Il a de l'avenir tant que nous disposons d'outils tels que ceux qui sont en train de naître (téléphone portable, Internet...). Nous disposons de moyens pour faire le cinéma engagé plus que jamais. En plus, le contexte actuel fait qu'il est important que chaque individu dans sa singularité, dans sa capacité créative propre et avec son regard personnel sur le monde, peut avoir une version du monde. La lutte contre l'uniformisation du monde réside dans la singularité des individus. C'est être différents, tous égaux.
* Un cinéaste grec. Il a réalisé «Ne vivons plus comme des esclaves», un documentaire qui raconte la crise économique grecque et donne par la même occasion la parole à des opposants grecs à l'austérité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.