Le Parlement européen ou l'agenda du chaos !    Une absence et des interrogations    J'irai me plaindre à mon député !    Les explications de l'association des distributeurs    DEVISE ET LOGIQUE DE DIGNITE    Pourquoi un étranger pour évaluer le potentiel de notre domaine minier ?    Football - Ligue 1: Oran, Béchar et Chlef, pôles d'attraction    Ligue des champions d'Afrique : MCA - Buffles du Borgou, vendredi à 15h00 - Finir le travail à domicile    Adieu et merci l'Artiste    Cacophonie au sein du Comité contre le Covid-19: «L'acquisition du vaccin, en janvier, est une rumeur»    Ras El Aïn: Relogement de 1.000 familles le 1er trimestre 2021    Violation du protocole sanitaire et non-respect du confinement: 12.237 infractions enregistrées du 5 novembre au 1er décembre    L'onde et l'escargot    Retour sur la présence de Henri Teissier à Tlemcen: Le président de « Dar Es-Salam » de Birouana n'est plus    LABYRINTHES    Les prévisions de Météo Algérie    Poursuite de la baisse des contaminations    Plus de 7 quintaux de kif traité saisis    L'UMA dénonce "une campagne coloniale contre l'Algérie"    Le procès en appel des frères Kouninef renvoyé au 16 décembre    Le gouvernement examine la création d'un comité d'évaluation    Boukadoum appelle l'UA à assumer sa responsabilité face aux graves développements de la situation au Sahara occidental    Accord Opep+: poursuite des discussions mercredi avant la prise de décision finale jeudi    L'APLS mène de nouvelles attaques contre les bases militaires de l'occupation marocaine    Une convention entre l'AADL et l'ANSEJ pour la gestion des citées "AADL 2020"    ANSEJ : le dispositif élargi à d'autres catégories outre les chômeurs    Le sergent-chef Lelmaya Sifeddine tombe en martyr au champ d'honneur à Jijel    Résolution du PE : le président du Conseil consultatif de l'UMA dénonce "une campagne coloniale contre l'Algérie"    Sahara occidental : des partis politiques réitèrent leur soutien au peuple sahraoui    Covid-19 : la course au vaccin montre des résultats prometteurs    Houda Feraoun placée sous contrôle judiciaire    Décès de l'ancien archevêque d'Alger    Schalke : Bentaleb sort du silence au sujet de sa mise à l'écart    Foot / Ligue des champions : le CRB et le MCA pour finir le travail    «Pas d'avenir radieux en Afrique sans l'Algérie»    Bayon, un autre SUV en préparation    En effet..., que faire de la Ligue arabe ?    Culture: signature de contrats de performance avec les directeurs du TNA et huit théâtres    Le paludisme menace des dizaines de milliers de personnes    Les clubs de Ligue 1 soulagés    Les SG de 4 clubs convoqués devant la commission de discipline    Benrahma marque des points    Une contre-expertise indépendante bat en brèche la thèse de la police    L'opinion politique à l'appréciation des juges    "L'Anomalie" d'Hervé Le Tellier primé    HENRI TEISSIER, UN SEIGNEUR DE PAIX    "Impossible de supprimer le ministère des Moudjahidine..."    L'Europe doit tenir tête à la Hongrie et à la Pologne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Yannis Youlountas* à InfoSoir :
«Contribuer à libérer les consciences»
Publié dans Info Soir le 01 - 03 - 2014

InfoSoir : Vous faites du cinéma engagé. Qu'est-ce qu'on pourrait dire de votre engagement ?
Yannis Youlountas : C'est d'abord un engagement pour l'humain, c'est-à-dire aujourd'hui notre société est en train de se déshumaniser. On privilégie de nos jours une nouvelle forme de foi, celle en l'argent, et on croit de moins en moins en la capacité de l'humain vers le meilleur, mais plutôt vers le pire.
Y a-t-il un retour à une vision archaïque de l'homme ?
La société proposée par le philosophe français Jean-Jacques Rousseau dans Le contrat social, est basée sur une vision positive, optimiste de l'humain par rapport à ses potentialités. Pour le philosophe français, l'homme est bon de par sa nature, c'est la société qui le corrompt. Cette vision est contraire à celle proposée par le philosophe anglais Thomas Hobbs qui, dans le Léviatha, donne une vision plus archaïque de l'homme, plus liée à l'ancien régime, c'est une vision autoritaire. Pour paci-fier les relations entre individus, la priorité pour Thomas Hobbs est la sécurité et non pas la liberté, donc la justice. Un modèle de société basé sur l'idée : «L'homme est un loup pour l'homme.» Et c'est ce que nous montre sans cesse dans les mass media, c'est ce qui nous laisse croire un peu partout dans les discours politiques, et c'est ce que nous finissons par admettre à tort : c'est que l'homme ne serait pas capable de mieux.
Qu'en pensez-vous ?
Moi, je dis : l'être humain est capable de bien mieux. C'est pourquoi on peut construire un autre type de société, plutôt que de dériver toujours beaucoup plus vers un modèle qui déshumanise nos relations et nous ramène à consommer, à perdre notre temps dans des activités délirantes et absurdes, alors qu'il y a un sens à construire pour sa vie individuelle et dans la vie collective aussi.
Le cinéaste doit-il être engagé ou pas ?
Ce n'est pas une absolue nécessité. L'art peut-être une recherche esthétique, mais moi personnellement j'ai choisi une voie plus éthique, politique surtout. L'art fait sens à partir du moment où il représente ce qui ne va pas, il propose des voies parallèles, des situations alternatives. Ce ne sont évidemment pas des solutions toutes faites, mais des alternatives pensées ensemble, à inventer ensemble.
Le cinéma engagé a-t-il de l'avenir ?
Il a de l'avenir tant que nous disposons d'outils tels que ceux qui sont en train de naître (téléphone portable, Internet...). Nous disposons de moyens pour faire le cinéma engagé plus que jamais. En plus, le contexte actuel fait qu'il est important que chaque individu dans sa singularité, dans sa capacité créative propre et avec son regard personnel sur le monde, peut avoir une version du monde. La lutte contre l'uniformisation du monde réside dans la singularité des individus. C'est être différents, tous égaux.
* Un cinéaste grec. Il a réalisé «Ne vivons plus comme des esclaves», un documentaire qui raconte la crise économique grecque et donne par la même occasion la parole à des opposants grecs à l'austérité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.