Barça : Iniesta cite les trois joueurs clés pour remporter le Clasico    Le Hirak maintient la pression    Acquittement pour 32 activistes    Nouvelles révélations du parquet d'Alger    L'option du rationnement écartée ?    1 600 plaintes déposées en 10 ans    Pas de retour à la retraite proportionnelle «pour le moment»    Instauration de taux de redevance réduits    Nouveau rendez-vous manqué    Pour qui sonne le glas ?    Décès du prince Philip    Duel entre gauche et droite pour le second tour    Chengriha réclame la décontamination des sites    Regroupement en tête    Charef Eddine Amara, candidat unique    Le devoir de réagir    Le Chabab en quarts    Halilhodzic n'aime pas les journalistes    Djabou, le retour    Une femme arrêtée à Tiaret    Du tabac à chiquer saisi par les douanes    Démantèlement d'un réseau de dealers et saisie de plus de 2 kg de kif traité    Le film Their Algeria de Lina Soualem en compétition au 11e Festival du film arabe de Malmö    Hommage à l'insurgé de la Soummam    Adel Djassas décroche le prix Mohamed-Khadda    Plus de 300 toiles exposées    .sortir ...sortir ...sortir ...    Assemblée élective de la Fédération algérienne de football : Belmadi réaffirme sa "neutralité"    Opéra d'Alger : Ouverture des inscriptions aux ateliers de danses et de musique    Les walis soumis à une évaluation périodique    Statut de la magistrature et composition du CSM: Deux Comités de révision des lois installés    LA MAUVAISE SACRALISATION DE L'ADMINISTRATION    Un organisme marin toxique et mortel: Présence de la méduse «la galère portugaise» sur les côtes oranaises    Tlemcen: Plaidoyer pour une «communauté d'entrepreneurs»    Allégations d'agression sexuelle sur un mineur: De graves accusations contre six individus     Le Palais des expositions en fête    «Elles sont profondes et particulières»    Grave escalade à nos frontières    «Le pire des cauchemars» dans les hôpitaux de Manille    Les marchés flambent    8700 logements sociaux distribués    Il est reprogrammé pour octobre prochain!    Visions abstraites du monde    L'APLS poursuit ses attaques contre les forces d'occupation marocaines    Alimenter la mémoire collective pour empêcher sa paralysie !    Pourquoi voulait-on piéger Hanoune ?    La note de Ouadjaout    La thyroïde, apprendre à la connaître    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'argent, ce nerf de guerre !!!
4e Festival international du cinéma d'Alger (Fica)
Publié dans Le Midi Libre le 23 - 12 - 2013

Le réalisateur franco-grec Yannis Youlountas a donné la relique pour cette deuxième journée avec son film documentaire intitulé "Ne vivons plus comme des esclaves".
Le réalisateur franco-grec Yannis Youlountas a donné la relique pour cette deuxième journée avec son film documentaire intitulé "Ne vivons plus comme des esclaves".
Présenté en compétition officielle du 4e Festival international du cinéma d'Alger (Fica) dédié au film engagé, portant à l'écran une solution utopique à la crise économique et financière en Grèce, le documentaire reflète le violent impact de la crise sur la société grecque suit les opposants, les manifestants et la répression du régime dans plusieurs villes du pays.
La résistance du mouvement social et associatif qui débouche sur des alternatives de villages autogérés représente le corps de ce documentaire. Dans ces villages, l'économie locale s'est rabattue sur le troc tout en s'isolant de toutes les institutions de l'Etat. Des ouvriers ont aussi repris leur ancienne usine en faillite abandonnée par ses propriétaires. D'une durée de 89 mn, le documentaire met aussi en avant la résistance citoyenne contre des concessions accordées par l'Etat à des investisseurs étrangers, jugées humiliantes et dangereuses pour l'écosystème.
Cette œuvre a été motivée, selon son réalisateur, par la violence de la crise en Grèce qui a causé "une diminution de moitié des salaires et des retraites ainsi qu'une augmentation alarmante du nombre de sans-abris et de suicides". "Ne vivons plus comme des esclaves", c'est aussi l'histoire d'un slogan tiré d'une réplique théâtrale que le metteur en scène avait commencé à diffuser dans les milieux résistants à travers des tags sur les murs de la ville. Très vite, ce slogan est récupéré par les mouvements sociaux dans la rue qui l'adoptent et en font leur mot d'ordre.
Il se transformera aussi en chanson largement diffusée par les radios libres. Par ce documentaire coécrit par Yannis et Maude Youlountas, le réalisateur a souhaité défendre "un nouveau modèle d'économie sociale solidaire et des valeurs humaines". Considérant que les rêves et l'imaginaire grecs étaient "colonisés", le réalisateur encourage aussi toutes sortes d'initiatives pouvant remplacer "un système à bout de souffle et la libération de l'imaginaire".
Dans ce sens, le film a été mis en ligne et reste gratuit pour le téléspectateur, un choix du réalisateur qui espère encourager les Grecs à "imaginer, rêver et se prendre en main". Ouvert jeudi dernier, le 4e Festival international du cinéma d'Alger (Fica) se poursuivra jusqu'au 26 décembre avec huit longs métrages et onze films documentaires en compétition officielle.
Présenté en compétition officielle du 4e Festival international du cinéma d'Alger (Fica) dédié au film engagé, portant à l'écran une solution utopique à la crise économique et financière en Grèce, le documentaire reflète le violent impact de la crise sur la société grecque suit les opposants, les manifestants et la répression du régime dans plusieurs villes du pays.
La résistance du mouvement social et associatif qui débouche sur des alternatives de villages autogérés représente le corps de ce documentaire. Dans ces villages, l'économie locale s'est rabattue sur le troc tout en s'isolant de toutes les institutions de l'Etat. Des ouvriers ont aussi repris leur ancienne usine en faillite abandonnée par ses propriétaires. D'une durée de 89 mn, le documentaire met aussi en avant la résistance citoyenne contre des concessions accordées par l'Etat à des investisseurs étrangers, jugées humiliantes et dangereuses pour l'écosystème.
Cette œuvre a été motivée, selon son réalisateur, par la violence de la crise en Grèce qui a causé "une diminution de moitié des salaires et des retraites ainsi qu'une augmentation alarmante du nombre de sans-abris et de suicides". "Ne vivons plus comme des esclaves", c'est aussi l'histoire d'un slogan tiré d'une réplique théâtrale que le metteur en scène avait commencé à diffuser dans les milieux résistants à travers des tags sur les murs de la ville. Très vite, ce slogan est récupéré par les mouvements sociaux dans la rue qui l'adoptent et en font leur mot d'ordre.
Il se transformera aussi en chanson largement diffusée par les radios libres. Par ce documentaire coécrit par Yannis et Maude Youlountas, le réalisateur a souhaité défendre "un nouveau modèle d'économie sociale solidaire et des valeurs humaines". Considérant que les rêves et l'imaginaire grecs étaient "colonisés", le réalisateur encourage aussi toutes sortes d'initiatives pouvant remplacer "un système à bout de souffle et la libération de l'imaginaire".
Dans ce sens, le film a été mis en ligne et reste gratuit pour le téléspectateur, un choix du réalisateur qui espère encourager les Grecs à "imaginer, rêver et se prendre en main". Ouvert jeudi dernier, le 4e Festival international du cinéma d'Alger (Fica) se poursuivra jusqu'au 26 décembre avec huit longs métrages et onze films documentaires en compétition officielle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.