Nouvelle manifestation à Alger    Le gouvernement planche sur l'avant-projet    L'activité de l'importateur limitée à un seul produit    «Washington ne veut pas entraver le processus de règlement»    Libye : du soulèvement populaire à l'ingérence étrangère (2e partie et fin)    Algérie-Mauritanie le 3 juin à Blida    Benhamza et Serrar défendront les intérêts des clubs auprès des instances    USMA-MCA éclipse tout    Doigts de kounafa    Entre apaisement et statu quo    D'important dégâts dans plusieurs wilayas    Festival national de la calligraphie arabe    Transfert    Mémoires du 8 Mai : de l'abjection coloniale à l'impossible repentance    Brèves    Coronavirus : Washington met son poids dans la bataille pour l'accès aux vaccins à l'OMC    Benbouzid annonce le lancement d'un registre d'abstention    CFA : Première réunion lundi    Le football est piégé    "PAS DE MUSELIÈRE"    Un doctorat soutenu en Italie et consacré à la vallée Ighzer Amellal : La géo-archéologie sur les traces de nos ancêtres    Décongestion routière dans la capitale : Coup d'envoi de la réalisation de deux nouvelles pénétrantes    Tlemcen: L'ex-député Tahar Missoum condamné à 2 ans de prison    Oran: Des individus poursuivis pour conspiration contre la sécurité de l'Etat    Eradication prochaine de trois grands bidonvilles: Préparatifs pour le relogement de plus de 4.000 familles    Décret sur les psychotropes: Le SNAPO réclame la publication de la liste des produits concernés    Groupe Est: Le MO Constantine en arbitre    La CNAS d'Oran organise une campagne d'information: Du nouveau pour les demandes de congé de maternité à distance    Mise en garde    LES «BONS MOTS» : «LIMOGEAGE», «LYNCHAGE», «COMPLOT»...    Le gaspillage atteint son apogée    À la veille du grand jour à Béjaïa    Les slogans sortis de laboratoires    De l'importance des structures de proximité    Des ex-magistrats saisissent Tebboune    Un lourd dossier contre Rachad    Les mises en garde du gouvernement    La Tunisie, aux abois, se tourne de nouveau vers le FMI    Grève nationale des infirmiers les 25 et 26 mai    La pasionaria Djamila Boupacha    Une idée sur la barbarie coloniale    Le fabuleux destin d'un héros oublié    15 personnes arrêtées à El-Qods occupée    Percée des conservateurs dans un bastion travailliste    Le manque de vaccins accroît le risque d'une nouvelle vague    Un nouveau recteur pour sauver l'université de Tizi Ouzou    CRB-NCM, délocalisé au stade du 5-Juillet    "J'ai toujours pensé que j'en étais capable"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Jijel / Société
Vivre à Erraguène-Souici
Publié dans Info Soir le 27 - 04 - 2014

Retour ■ Plusieurs familles ont ainsi rejoint leurs mechtas où elles vaquent de nouveau à leurs occupations après en avoir été chassées par les années de souffrances.
Des familles de six mechtas, en l'occurrence Tighladène, Gueroua, Aouaâsna, Adjemani, Ouled Bourenane et Lalouaoucha se sont réinstallées dans leurs localités d'origine à la faveur du retour à la sérénité dans cette collectivité locale montagneuse et difficilement accessible depuis Ziama-Mansouriah et la commune limitrophe de Selma-Benziada.
«Ce qui pouvait passer, au départ, pour une gageure est à présent une réalité palpable sur le terrain», lance fièrement Abdelkader (72 ans), un père de famille du hameau de Tighladène. «De 2 000 habitants, nous sommes passés à 4 000 depuis 2013», se réjouit, de son côté, le jeune président de l'Assemblée populaire communale d'Erraguène-Souci, Saïd Boukefous, visiblement comblé par cet élan des citoyens retournant à leurs terres d'origine. Les populations de cette localité au climat rude, notamment en hiver où la neige est omniprésente, ont dû fuir les lieux en raison de la situation sécuritaire difficile qui prévalait à l'époque. A la faveur d'une visite d'inspection et de travail du wali de Jijel, Ali Bedrici, plusieurs décisions à même d'accélérer la tendance au retour et à la sédentarisation des populations ont suscité un énorme espoir parmi les citoyens de cette contrée, située à quelques encablures des monts des Babors, dans la wilaya voisine de Sétif. L'inauguration d'une maison de jeunes, avec un panorama direct sur le mythique barrage hydro-électrique de cette localité semble marquer le début de la fin de l'isolement de cette contrée, indiquent à l'APS plusieurs citoyens de cette commune. Le plus gros des préoccupations formulées par les citoyens, lors d'une rencontre entre la société civile et le wali de Jijel, a trait au réseau routier qui a toujours fait défaut. Les citoyens insistent notamment sur le développement de ce réseau, afin de mettre un terme définitif à un isolement et à un enclavement qui ont trop duré. Plusieurs autres préoccupations formulées par les représentants du mouvement associatif et de la société civile, présents lors de la rencontre tenue au nouveau siège de l'APC d'Erraguène, ont trouvé un écho favorable des autorités de la wilaya. Il s'agit notamment de l'octroi de logements ruraux et sociaux, de l'alimentation au réseau de l'eau potable, du raccordement à l'énergie électrique des mechtas qui en sont dépourvues, de la construction d'un terrain de sport, d'un lycée, d'un centre de santé avec affectation de médecins, d'un chirurgien-dentiste et d'un pharmacien et de la mise en place d'un bus pour le ramassage scolaire. La commune d'Erraguène-Souici, située à environ 30 km du chef-lieu de la daïra de Ziama-Mansouriah et à une altitude de 661 mètres, est très connue pour son barrage hydro-électrique dont l'apport en énergie électrique dessert une bonne partie du pays. Il a été mis en service dans les années 1960 pour fournir de l'énergie électrique. Le site de cet ouvrage et ses environs immédiats, remarquables pour leur panorama, peuvent constituer un facteur de promotion du tourisme dans cette «contrée oubliée», soutiennent des jeunes de cette localité. Des jeunes que le vieux Abdelkader s'empresse de corriger : «Une contrée autrefois oubliée, plus maintenant.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.