PSG : Di Maria supporte mal le confinement    BLIDA : Arkab s'enquiert de la disponibilité des produits pétroliers    COMMERCE EXTERIEUR : Une baisse globale des échanges en 2019    EN PLEINE EPIDEMIE MONDIALE : La Corée du Nord tire un nouveau projectile    ETATS-UNIS : Trump renonce à placer New York en quarantaine    Bengrina annonce une aide financière de ses députés    Real : Zidane aurait pris une décision pour Aubameyang    OUARGLA : L'annexe régionale de l'institut Pasteur opérationnelle    Un petit village kabyle met en place une ‘'organisation de guerre''    Un mariage provoque 4 contaminations au Covid-19 à Bejaia    Covid19: 57 nouveaux cas confirmés et 2 nouveaux décès enregistrés en Algérie    Oran: 1er concours d'improvisation théâtrale sur Internet    Covid19-Foot: la FAF envisage des mesures de soutien et de relance    L'Agence de presse sahraouie fête son 21e anniversaire    LFP-Coronavirus: "nous réfléchissons à toutes les hypothèses"    La doctrine de la « guerre révolutionnaire », genèse, mise en œuvre et postérité    Le régime algérien profite du coronavirus pour réprimer de plus belle    Covid19-Médicaments à base d'hydroxychloroquine: près de 320.000 boites bientôt disponibles    Journée de la Terre: les Palestiniens face à la colonisation et la propagation du Covid-19    Report JP-2020: les athlètes algériens entre déception et soulagement    Coronavirus: les walis instruits de la mise en œuvre "urgente" d'un dispositif "particulier" d'assistance des citoyens    Le taux d'inflation moyen annuel a atteint 1,8% en février    Des personnalités dénoncent la dérive totalitaire du régime    Tentative de réhabiliter le vote par procuration    L'ancien DGSN Bachir Lahrache n'est plus    La guerre des prix ne profite à aucun producteur    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    Les supporters de l'ASMO attendent et espèrent    Pierre Audin solidaire avec Khaled Drareni    La presse écrite à rude épreuve    Lancement d'une plateforme numérique    Blida: Le décompte macabre continue    Prolifération des abattoirs clandestins: Saisie de près de 6 q de viande impropre à la consommation à Es-Senia    Les cygnes blancs de 2020    Une panne technique dans deux postes transformateurs à Hassi Ameur: Coupure prolongée du courant électrique à Oran et plusieurs wilayas de l'Ouest    Mascara: Nouvelles saisies de produits alimentaires    Le confinement fait polémique    L'ESPRIT ET LE CŒUR    La leçon d'humilité    30e nouveau membre de l'Otan    Les règles de conformité fixées    AFFAIRE DU PROCUREUR ADJOINT DE TIARET : Le Syndicat national des magistrats réagit    COUR D'ALGER : Le Parquet général exclut l'atteinte de Karim Tabbou d'un AVC    Palestine: attachement à la terre et lutte jusqu'à la libération de la patrie    L'ancien DGSN Bachir Lahrache n'est plus    Pandémie Covid-19: the year after!    Le FNDC dénonce des violences après le double scrutin de dimanche    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





HistoireS Etranges : Le massacre de Jonestown 3e partie
Publié dans Info Soir le 20 - 02 - 2016

Résumé de la 2e partie n C'est en plein cœur du Guyana à 60 kilomètres de la frontière du Venezuela que Jim Jones a construit son camp retranché. Il y installe une grande salle de prière, une cantine, une garderie et de nombreuses petites maisons que se partagent les fidèles.
Châtiment corporel et climat de terreur avec des gardes armés autour du camp. Et surtout Jones se réserve le droit d'avoir des relations sexuelles avec plusieurs femmes et adolescentes. Enfin pour couronner le tout, Jones fait des répétitions de suicide collectif. Toutes ces accusations commencent sérieusement à inquiéter beaucoup de monde aux Etats-Unis et certains milieux ainsi que certaines familles décident de prendre le taureau par les cornes. Une information judiciaire est lancée contre Jim Jones, qui réplique par son autorité judiciaire qu'en aucun cas les fidèles sont retenus de force et qu'aucune arme n'est utilisée dans l'enceinte du camp. Son épouse légitime va même jusqu'à renforcer les arguments de l'avocat en invitant quiconque à venir se rendre compte de la situation et qu'il pourra partir quand il le veut. Jones va même pousser les autorités locales à faire un communiqué indiquant que tout se passe bien et que cette communauté est une bonne chose dans ce pays. Fort de cet appel, et pressé par Margareth Singer (collaboratrice d'une section antisectes), le député Léo Ryan décide alors de se rendre sur place accompagné d'une commission et de journalistes de NBC. Seulement le problème, c'est qu'il faut un intermédiaire sur place. Ils ne peuvent pas débarquer sans autorisation et sans escorte. Et ni l'ambassade, ni les autorités locales ne veulent intervenir dans ce dossier. Le gouvernement américain va donc faire pression sur Jones, afin qu'il accepte de recevoir Ryan, et que les autorités juridiques du révérend accueillent la commission. Sous la pression Jones accepte et le 17 novembre l'avion de Ryan se pose sur le petit aéroport de Port Kaituma, près de Jonestown. La commission est accueillie par les autorités juridiques du Temple et est emmenée jusqu'à l'emplacement du camp. Sur place tout va pour le mieux en apparence. Ryan est surpris par la propreté et par les discours de fidèles, qui indiquent qu'ils sont heureux de vivre ici, et que s'ils décident de partir, personne ne les retient. Seulement Ryan n'est pas dupe, il sent bien que c'est une belle grande mascarade pour noyer le poisson, et le lendemain, le bel édifice commence à s'effriter. Lorsqu'il rencontre Jones, Ryan lui transmet un message en papier qu'un journaliste a reçu d'un adepte, sur lequel figure un appel à l'aide. Jones commence à perdre patience et explique que c'est une personne qui veut lui nuire. 
A suivre


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.