DISCOURS DE GAID SALAH A BECHAR : ‘'L'heure des comptes est arrivée''    TRIBUNAL DE BIR MOURAD RAIS : Ali Haddad écope de 6 mois de prison ferme    MASCARA : Un dealer arrêté à Tighennif    Quatre cadres du ministère de l'Industrie et l'ancien directeur du CPA en détention    La procédure de levée de l'immunité parlementaire de Talaï enclenchée    Autopsie d'un complot    Entre incohérences et absence de stratégie    Vers une conférence nationale en septembre    Des troupes de la Royal Navy déployées dans le golfe d'Oman    L'armée veut imposer sa feuille de route    Serraj prépare la contre-offensive à Tripoli    Biden devance Trump dans les sondages    Le cas Ounas divise les Verts    "Le recrutement sera bouclé d'ici quelques jours"    Amical : Le Sénégal s'impose face au Nigéria    Man United : Un flop du Barça pour remplacer Pogba ?    La société civile pour une transition de «rupture»    Les réseaux sociaux bloqués pour contrer la fraude    Résultats de l'examen Cinquième à Sétif : un taux de réussite de 85,08 %    Ouverture de six plages et 700 agents de la protection civile mobilisés    3 hectares de blé et d'orge détruits par un incendie    Sassel-plage abrite le lancement de la saison estivale    Approvisionnement en eau de puits non contrôlés : L'APC de Sétif tire la sonnette d'alarme    Remise des prix de la meilleure photo    ACTUCULT    Inas célèbre ses dix ans d'enseignement de tamazight    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine    606 retraits de permis de conduire au mois de mai    Théâtre régional d'Oran : Les hurlements d'Léo ce soir au théâtre    La crise, c'est eux!    Ils revendiquent toujours le départ du nouveau directeur: La protesta des travailleurs du Complexe financier d'Algérie Poste se poursuit    Régularisation foncière à Sidi Maarouf: 125 familles de la cité Kaibi Abderrahmane interpellent le wali    USM Alger: Un champion dans l'impasse    GC Mascara: Une AGO décisive demain    ALGER N'EST PAS L'ALGERIE    Kamel Daoud hôte de la nouvelle librairie «Abdelkader Alloula»: « Ouvrir actuellement une librairie est plus courageux que d'écrire un livre »    Hommage à Ahmed Kellil    Quelques scénarios de sortie de crise    Hocine Achiou : "En un an, Boudaoui a eu une progression extraordinaire"    Mali : La liste des 23 enfin dévoilée    Dialogue… ?    Chine - Russie : Elever leurs relations au niveau d'un partenariat de coordination stratégique global    Des noms communs devenus des toponymes composés    Forum de la mémoire : Violation continue des droits de l'enfant sahraoui par le Maroc    Connexion perturbée et silence des autorités    La campagne présidentiellebat son plein    Renault : Le Maire et Senard jouent l'apaisement, se tournent vers l'avenir    "El faqir", premier spectacle de rue pour enfants à Oran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





HistoireS Etranges : Le massacre de Jonestown 3e partie
Publié dans Info Soir le 20 - 02 - 2016

Résumé de la 2e partie n C'est en plein cœur du Guyana à 60 kilomètres de la frontière du Venezuela que Jim Jones a construit son camp retranché. Il y installe une grande salle de prière, une cantine, une garderie et de nombreuses petites maisons que se partagent les fidèles.
Châtiment corporel et climat de terreur avec des gardes armés autour du camp. Et surtout Jones se réserve le droit d'avoir des relations sexuelles avec plusieurs femmes et adolescentes. Enfin pour couronner le tout, Jones fait des répétitions de suicide collectif. Toutes ces accusations commencent sérieusement à inquiéter beaucoup de monde aux Etats-Unis et certains milieux ainsi que certaines familles décident de prendre le taureau par les cornes. Une information judiciaire est lancée contre Jim Jones, qui réplique par son autorité judiciaire qu'en aucun cas les fidèles sont retenus de force et qu'aucune arme n'est utilisée dans l'enceinte du camp. Son épouse légitime va même jusqu'à renforcer les arguments de l'avocat en invitant quiconque à venir se rendre compte de la situation et qu'il pourra partir quand il le veut. Jones va même pousser les autorités locales à faire un communiqué indiquant que tout se passe bien et que cette communauté est une bonne chose dans ce pays. Fort de cet appel, et pressé par Margareth Singer (collaboratrice d'une section antisectes), le député Léo Ryan décide alors de se rendre sur place accompagné d'une commission et de journalistes de NBC. Seulement le problème, c'est qu'il faut un intermédiaire sur place. Ils ne peuvent pas débarquer sans autorisation et sans escorte. Et ni l'ambassade, ni les autorités locales ne veulent intervenir dans ce dossier. Le gouvernement américain va donc faire pression sur Jones, afin qu'il accepte de recevoir Ryan, et que les autorités juridiques du révérend accueillent la commission. Sous la pression Jones accepte et le 17 novembre l'avion de Ryan se pose sur le petit aéroport de Port Kaituma, près de Jonestown. La commission est accueillie par les autorités juridiques du Temple et est emmenée jusqu'à l'emplacement du camp. Sur place tout va pour le mieux en apparence. Ryan est surpris par la propreté et par les discours de fidèles, qui indiquent qu'ils sont heureux de vivre ici, et que s'ils décident de partir, personne ne les retient. Seulement Ryan n'est pas dupe, il sent bien que c'est une belle grande mascarade pour noyer le poisson, et le lendemain, le bel édifice commence à s'effriter. Lorsqu'il rencontre Jones, Ryan lui transmet un message en papier qu'un journaliste a reçu d'un adepte, sur lequel figure un appel à l'aide. Jones commence à perdre patience et explique que c'est une personne qui veut lui nuire. 
A suivre


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.