Covid-19: réception prochaine d'une quantité de "Lovenox"    Agression marocaine à El Guerguerat: un parti mexicain exprime sa solidarité avec le peuple sahraoui    1re journée de Ligue 1 : Quatre matchs nuls, un coup d'épée dans l'eau    Décès du Moudjahid Said Bouhadja: l'Amenokal de l'Ahaggar présente ses condoléances    Le RND condamne vigoureusement la résolution du Parlement européen sur les droits de l'homme en Algérie    Liverpool : Les Reds placent deux internationaux sur la liste des transferts    Elections du Conseil de la Fifa : Zetchi s'attend à "une rude concurrence"    Championnat d'Afrique d'Aviron en salle: L'Algérie participe avec 11 athlètes    Pluies orageuses sur plusieurs wilayas à partir de vendredi en fin de journée    Coronavirus: 1058 nouveaux cas, 612 guérisons et 20 décès ces dernières 24 en Algérie    Le Commandant de la Gendarmerie en visite au 4ème Commandement régional de Ouargla    France. Les archives cadenassées de la guerre d'Algérie.    LUTTE CONTRE LE CORONAVIRUS : Conversion de l'hôtel militaire en structure sanitaire    Ligue 1: ouverture d'un dossier disciplinaire à l'encontre de 15 clubs    Lyon: Aouar sanctionné, Garcia approuve    Moulay El Hassan sera-t-il roi du Maroc ?    MANQUE D'EAU A SIDI BEL ABBES : Ain Témouchent appelée à la rescousse    ORAN : Explosion d'un transformateur électrique 60/30 kV à El Kerma    TIARET : Remise des clés à 2322 bénéficiaires de logements    OUED LILI (TIARET) : 2 voleurs de cheptel arrêtés après un accident de la route    ABANDONNES PAR L'ENTREPRENEUR : Des bénéficiaires de LPA crient à l'injustice à Mascara    SITUATION POLITIQUE EN ALGERIE : Goudjil dénonce une "campagne" contre l'Algérie    Conseil des MAE de l'OCI: Boukadoum conduira la délégation algérienne    L'APLS poursuit ses attaques contre des positions de l'armée d'occupation marocaine    Le secteur de la communication a amorcé "des changements profonds" adaptés aux différentes évolutions    Maladie de Boukharouba.Extrait du livre de Pierre Accoce Dr Pierre Rentchnick « Ces malades qui nous gouvernent » Stock – 1993    Résolution du Parlement Européen concernant les graves atteintes aux Droits Humains en Algérie.    Electricité et de gaz : les citoyens d'Alger inviter à régler leurs factures    OPEP : Attar présidera lundi la 180ème réunion ministérielle    Milan à la relance, Tottenham et Naples pour faire le trou    «Nous avons un groupe homogène»    Saïd Bouhadja n'est plus    Entre avancées et entraves    Le membre du BP du PT acquittée à Jijel    Des journalistes créent une association nationale de soutien avec le peuple sahraoui    Recensement de plus de 17 690 sites archéologiques depuis 2016    Kambozia Partovi, grande figure du cinéma iranien, est mort de la Covid-19    L'ONU confirme la poursuite des affrontements avec le Maroc    De nombreux établissements scolaires paralysés    "La sécurité, c'est mieux !"    Les livres, gouverneront-ils un jour ?    "Puentes", des ponts culturels entre l'Algérie et l'Espagne    "La création en banlieue : un art de combat ?" en débat    AEP : l'ADE multiplie les forages à Boumerdès    Douze autres pays concernés: Les Emirats suspendent l'octroi des visas aux Algériens    Tlemcen: Deux nouveaux directeurs à la tête de l'urbanisme et du logement    Les angles de l'ingérence    Une médaille pour nos revers !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





HistoireS Etranges : Le massacre de Jonestown 2e partie
Publié dans Info Soir le 18 - 02 - 2016

Résumé de la 1re partie n Le révérend Jim Jones a poussé ses fidèles à se donner la mort en avalant un breuvage empoisonné. D'après les récits, les parents auraient d'abord fait boire la limonade aux enfants, avant de l'avaler eux-mêmes.
Il rencontrera même la future première dame des Etats-Unis. Cette aura lui permettra en outre d'obtenir d'avantage de fonds pour son Eglise du Temple du Peuple. Seulement, cette ascension suscite des interrogations, notamment auprès des journalistes, qui commencent à enquêter sur Jones. Des premières révélations font état de pratiques douteuses au sein de la communauté du Temple. On parle de jeux sexuels, de maltraitance et surtout de détournements de fonds. Jones aurait viré des sommes conséquentes sur des comptes bancaires internationaux dans des paradis fiscaux. On parle de centaines de milliers de dollars. Mais le soutien politique dont il jouit, lui permet de continuer d'administrer son église sans être inquiété. Pourtant Jones semble devenir de plus en plus paranoïaque face aux journalistes. Un climat malsain s'installe entre le révérend et les médias. Il ne veut plus que ses fidèles soient filmés ou interrogés. En 1977, suite à diverses révélations d'anciens membres et de journalistes, Jones est poursuivi en justice pour outrages aux mœurs et doit subir un contrôle fiscal. Il décide de fermer toutes ses églises en Californie et de partir au Guyana, où il a fait construire un village depuis 1973, qu'il définit comme la Communauté agricole du Temple du Peuple. Cette communauté est censée vivre en totale autarcie. Jones pense que le Guyana sera le seul endroit épargné par une éventuelle apocalypse nucléaire. Il exhorte ses fidèles à le suivre dans ce qu'il appelle une nouvelle vie de partage loin de ce pays qui ne veut plus d'eux. Ils sont près d'un millier de fidèles à suivre le révérend dans ce pays d'Amérique du Sud. C'est en plein cœur du Guyana à 60 kilomètres de la frontière du Venezuela que Jim Jones a construit son camp retranché. Il y installe une grande salle de prière, une cantine, une garderie et de nombreuses petites maisons que se partagent les fidèles. Jones est un homme intelligent et il va faire en sorte d'obtenir le soutien des autorités locales en leur faisant miroiter le bien-fondé de sa communauté. Il s'entoure également d'un avocat pour les questions juridiques. Il sait pertinemment qu'aucune extradition ne sera possible sans l'accord des autorités locales. En 1978 de nouvelles accusations fleurissent sur le Temple du Peuple. D'anciens membres de la secte qui ont quitté le Guyana parlent des conditions déplorables dans lesquelles ils ont vécu. Baraquements sordides et sales, travail incessant (jusqu'à 16 heures) pour de maigres rations, réveil brutal au milieu de la nuit pour écouter les sermons de Jones et surtout dictat du révérend. Les relations entre membres doivent avoir l'approbation de Jones. Les enfants doivent appeler le révérend Papa. 
A suivre


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.