Commerce: permanence respectée à 99% par les commerçants au 1er jour de l'Aïd el Fitr    Le romancier Samir Kacimi anime des ateliers d'écriture virtuels    Benbouzid dévoile les priorités du secteur après la levée du confinement    Territoires Non Autonomes: l'Eucoco rappelle le droit des peuples à l'autodétermination    Aid El Fitr: le Président Tebboune présente ses vœux aux éléments de l'ANP et des travailleurs du corps médical    Le ministre de la Communication salue les efforts des travailleurs du secteur    Campagne de récolte de pommes de terre de saison : un rendement record à Mostaganem    COVID-19: 157 bus mobilisés pour le transport quotidien des personnels de la santé    Arts Martiaux / Classement Ligue Onechampionship: l'Algérien Mahmoudi au pied du podium    Le Premier ministre présente ses vœux au peuple algérien à l'occasion de l'Aïd El-fitr    Le discours intégral de Tebboune    Covid-19: la crise sanitaire entraînerait des transformations numériques "majeures" en Afrique    195 nouveaux cas confirmés et 10 décès enregistrés en Algérie    Hand-MCO: pour un changement du système de compétition des 2 premiers paliers    La détente est nécessaire et possible    CIO : Report des JO-2021 ?    Reprise de la compétition : Trois scénarios pour l'actuelle saison    Jamal Khashoggi : Le pardon de ses fils est «choquant»    L'Affaire Halfaya prend une autre tournure    5 ans de prison ferme requis    Rassemblement des femmes à Béjaïa    Proche-Orient : Les Palestiniens refusent l'aide médicale de MBZ    Défense ; Les Etats-Unis se retirent du traité «Open Sky»    Distribution de 200 000 masques à Tizi Ouzou    On vous le dit    Brèves    Khemis El Khechna : Le marché de gros cédé à 16,2 milliards    Editions Chihab : Mère des Cités, un sacré polar    Au royaume de Massinissa, Jugurtha, Koceila et Dihya    Oran : Les artistes anonymes, autres victimes collatérales de la pandémie    L'année judiciaire ne sera pas clôturée le 15 juillet    Beaucoup reste à faire    La production de la fraise en net recul à Jijel    Les travaux traînent en longueur    Indignation contre une loi sur la sécurité nationale de Pékin    Les feuilles de l'automne    Zemmamouche parti pour rester    Anthar Yahia estime qu'"il n'y a pas assez de terrains"    Des voix dénoncent l'annexion de la Cisjordanie occupée par Israël    Plus de 660 000 déplacés dans le monde depuis fin mars    Lancement d'une campagne artistique en hommage au personnel soignant    "Je finalise un essai sur le règne de Bouteflika"    Une soirée ramadhanesque avec Hind Boukella    La fin de Cheikh Shamessedine sur Ennahar TV    AID EL-FITR : Les journées du 1er et 2 chaoual chômées et payées    Le Président de la République reçoit un appel téléphonique de son homologue égyptien    Les cas confirmés de Covid-19 en hausse dans la bande de Ghaza    L'espoir, cet emprunt fait au bonheur !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





HistoireS Etranges : Le massacre de Jonestown 2e partie
Publié dans Info Soir le 18 - 02 - 2016

Résumé de la 1re partie n Le révérend Jim Jones a poussé ses fidèles à se donner la mort en avalant un breuvage empoisonné. D'après les récits, les parents auraient d'abord fait boire la limonade aux enfants, avant de l'avaler eux-mêmes.
Il rencontrera même la future première dame des Etats-Unis. Cette aura lui permettra en outre d'obtenir d'avantage de fonds pour son Eglise du Temple du Peuple. Seulement, cette ascension suscite des interrogations, notamment auprès des journalistes, qui commencent à enquêter sur Jones. Des premières révélations font état de pratiques douteuses au sein de la communauté du Temple. On parle de jeux sexuels, de maltraitance et surtout de détournements de fonds. Jones aurait viré des sommes conséquentes sur des comptes bancaires internationaux dans des paradis fiscaux. On parle de centaines de milliers de dollars. Mais le soutien politique dont il jouit, lui permet de continuer d'administrer son église sans être inquiété. Pourtant Jones semble devenir de plus en plus paranoïaque face aux journalistes. Un climat malsain s'installe entre le révérend et les médias. Il ne veut plus que ses fidèles soient filmés ou interrogés. En 1977, suite à diverses révélations d'anciens membres et de journalistes, Jones est poursuivi en justice pour outrages aux mœurs et doit subir un contrôle fiscal. Il décide de fermer toutes ses églises en Californie et de partir au Guyana, où il a fait construire un village depuis 1973, qu'il définit comme la Communauté agricole du Temple du Peuple. Cette communauté est censée vivre en totale autarcie. Jones pense que le Guyana sera le seul endroit épargné par une éventuelle apocalypse nucléaire. Il exhorte ses fidèles à le suivre dans ce qu'il appelle une nouvelle vie de partage loin de ce pays qui ne veut plus d'eux. Ils sont près d'un millier de fidèles à suivre le révérend dans ce pays d'Amérique du Sud. C'est en plein cœur du Guyana à 60 kilomètres de la frontière du Venezuela que Jim Jones a construit son camp retranché. Il y installe une grande salle de prière, une cantine, une garderie et de nombreuses petites maisons que se partagent les fidèles. Jones est un homme intelligent et il va faire en sorte d'obtenir le soutien des autorités locales en leur faisant miroiter le bien-fondé de sa communauté. Il s'entoure également d'un avocat pour les questions juridiques. Il sait pertinemment qu'aucune extradition ne sera possible sans l'accord des autorités locales. En 1978 de nouvelles accusations fleurissent sur le Temple du Peuple. D'anciens membres de la secte qui ont quitté le Guyana parlent des conditions déplorables dans lesquelles ils ont vécu. Baraquements sordides et sales, travail incessant (jusqu'à 16 heures) pour de maigres rations, réveil brutal au milieu de la nuit pour écouter les sermons de Jones et surtout dictat du révérend. Les relations entre membres doivent avoir l'approbation de Jones. Les enfants doivent appeler le révérend Papa. 
A suivre


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.