La passion algérienne.    Real Madrid: Llorente part à l'Atletico (officiel)    Huis clos à l'entraînement d'hier : les vraies raisons    Louisa Hanoune reste en prison    Réouverture du dossier de l'autoroute Est-Ouest    À bas l'oligarchie !    La grande embrouille !    Les solutions en dehors de la justice    Amar Ghoul rattrapé par "son" autoroute    Petits rappels à l'attention lacrymale des Bekkayate d'ici !    La Russie et la Chine opposées à l'initiative américaine    Proposition de sortie de crise    Gaïd Salah met en garde les porteurs de l'emblème de l'amazighité    Que le spectacle commence !    Des referees européens pour superviser la VAR à partir du deuxième tour    Des finales disputées    Le procès Kamel Chikhi ajourné au 3 juillet    Deux cas de triche    Un mort et trois blessés dans un accident de la route    Un étudiant palestinien poignardé par son compatriote    L'affaire Tahkout devant la Cour suprême    Les salariés dans le désarroi    Un secteur en quête de professionnalisation    sortir... ...sortir... ...sortir...    Khalida Toumi et Abdelouahab Nouri convoqués par la justice    A votre bon cœur !    La taule à gogo    Assassinat du journaliste Jamal Khashoggi : Une experte des Nations unies demande une enquête sur le prince héritier saoudien    Une bien triste leçon égyptienne    Transport aérien: Le SNTMA parle de «climat de tension et d'injustice»    L'Autre football    Groupe A : Egypte-Zimbabwe, vendredi à 21h00: Les Pharaons pour confirmer leur statut    Un préjudice pour les communes et un danger pour les automobilistes: Vol des couvercles d'égouts sur la voie express    St Germain (Aïn El Turck): Des habitants dénoncent la cruelle déchéance de l'Esplanade du 5 juillet    El Kerma: Un réseau spécialisé dans le vol des pièces détachées démantelé    L'Iran et la Russie sont-ils les vraies cibles de l'attaque des deux pétroliers en mer d'Oman?    Dr Berkani Bekkat, président de l'ordre des médecins algériens : "Nous n'avons plus le temps pour une Constituante"    Présidentielle en Mauritanie: Ould Abdel Aziz quitte le pouvoir, mais pas la politique    Cameroun Entre répression et arrestations, les pro-Kamto continuent de résister    Le Pr Belmihoub Analyse l'impact du "Hirak" sur l'économie dans un entretien à l'APS : ''C'est le temps économique qui va s'aligner sur le temps ...    Organisation nationale des moudjahidine L'ONM appelle à un dialogue national avec la participation de tous    Marches des étudiants : Appel à des négociations sans les symboles du système    BCE : Draghi évoque une baisse des taux, Trump peste contre l'euro faible    Ouargla: Lancement des travaux d'aménagement du parc industriel de Hassi-Benabdallah    Prière funéraire à la mémoire de Morsi à Istanbul    Séance plénière consacrée auvote de deux projets de loi    Coup d'envoi demain de la 32e édition    "West Side Story" de Steven Spielberg dévoile sa première photo    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





HistoireS Etranges : Le massacre de Jonestown 2e partie
Publié dans Info Soir le 18 - 02 - 2016

Résumé de la 1re partie n Le révérend Jim Jones a poussé ses fidèles à se donner la mort en avalant un breuvage empoisonné. D'après les récits, les parents auraient d'abord fait boire la limonade aux enfants, avant de l'avaler eux-mêmes.
Il rencontrera même la future première dame des Etats-Unis. Cette aura lui permettra en outre d'obtenir d'avantage de fonds pour son Eglise du Temple du Peuple. Seulement, cette ascension suscite des interrogations, notamment auprès des journalistes, qui commencent à enquêter sur Jones. Des premières révélations font état de pratiques douteuses au sein de la communauté du Temple. On parle de jeux sexuels, de maltraitance et surtout de détournements de fonds. Jones aurait viré des sommes conséquentes sur des comptes bancaires internationaux dans des paradis fiscaux. On parle de centaines de milliers de dollars. Mais le soutien politique dont il jouit, lui permet de continuer d'administrer son église sans être inquiété. Pourtant Jones semble devenir de plus en plus paranoïaque face aux journalistes. Un climat malsain s'installe entre le révérend et les médias. Il ne veut plus que ses fidèles soient filmés ou interrogés. En 1977, suite à diverses révélations d'anciens membres et de journalistes, Jones est poursuivi en justice pour outrages aux mœurs et doit subir un contrôle fiscal. Il décide de fermer toutes ses églises en Californie et de partir au Guyana, où il a fait construire un village depuis 1973, qu'il définit comme la Communauté agricole du Temple du Peuple. Cette communauté est censée vivre en totale autarcie. Jones pense que le Guyana sera le seul endroit épargné par une éventuelle apocalypse nucléaire. Il exhorte ses fidèles à le suivre dans ce qu'il appelle une nouvelle vie de partage loin de ce pays qui ne veut plus d'eux. Ils sont près d'un millier de fidèles à suivre le révérend dans ce pays d'Amérique du Sud. C'est en plein cœur du Guyana à 60 kilomètres de la frontière du Venezuela que Jim Jones a construit son camp retranché. Il y installe une grande salle de prière, une cantine, une garderie et de nombreuses petites maisons que se partagent les fidèles. Jones est un homme intelligent et il va faire en sorte d'obtenir le soutien des autorités locales en leur faisant miroiter le bien-fondé de sa communauté. Il s'entoure également d'un avocat pour les questions juridiques. Il sait pertinemment qu'aucune extradition ne sera possible sans l'accord des autorités locales. En 1978 de nouvelles accusations fleurissent sur le Temple du Peuple. D'anciens membres de la secte qui ont quitté le Guyana parlent des conditions déplorables dans lesquelles ils ont vécu. Baraquements sordides et sales, travail incessant (jusqu'à 16 heures) pour de maigres rations, réveil brutal au milieu de la nuit pour écouter les sermons de Jones et surtout dictat du révérend. Les relations entre membres doivent avoir l'approbation de Jones. Les enfants doivent appeler le révérend Papa. 
A suivre


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.