Justice L'ancien ministre des Finances Karim Djoudi mis sous contrôle judiciaire    ANP : Gaïd Salah en visite de travail et d'inspection à la 3e Région militaire    Hommage à Ahmed Kellil    Dialogue… ?    Conférence nationale de la société civile : Quelques observations sur les propositions du 15 juin 2019    Recul des Bourses en Europe : L'impact des tensions commerciales se matérialise sur les marchés    Pour coopérer dans le secteur du gaz : "La Russie est un partenaire idéal de la Chine"    Dispersion d'un sit-in début juin à Khartoum (Soudan): Résultats de l'enquête des militaires    Pourquoi les "actes de sabotage" contre les pétroliers ne profitent pas à l'Iran?    Le Sétifien Abdelmoumène Djabou signe pour deux saisons    «La situation actuelle du football africain m'inquiète et inquiète la FIFA»    Hocine Achiou : "En un an, Boudaoui a eu une progression extraordinaire"    Mali : La liste des 23 enfin dévoilée    Le réseau routier en dégradation permanente à Benaga    Les énergies renouvelables en débat    BAC 2019 : Connexion perturbée et silence des autorités    Des noms communs devenus des toponymes composés    Renault : Le Maire et Senard jouent l'apaisement, se tournent vers l'avenir    Crise Libyenne : al-Sarraj préconise des élections avant la fin de l'année    L'ancien ministre des Transports Amar Tou mis sous contrôle judiciaire    Connexion perturbée et silence des autorités    Le coup d'envoi donné à Rouiba    La gendarmerie annonce un dispositif special    Plus de 420.000 Algériens schizophrénes    BAC 2019: aucune fuite de sujets au premier jour des épreuves    La campagne présidentiellebat son plein    "El faqir", premier spectacle de rue pour enfants à Oran    Les idées sont au chevet des actions    Laïd Benamor désavoué    Des activités en hausse    Souscripteurs des programmes LPA et LSP : Unis pour le départ de la «mafia de l'immobilier»    Ouverture de la saison estivale à Jijel : Près de 30 kilomètres de plages surveillées    Allik et Amrani restent    Zoubir Kerraz dit «Tereza» n'est plus    Du règne sans partage à la déchéance    La preuve de la «généralisation de la corruption»    Derniers réglages avant le Kenya    El-Hennani confirme : «ma démission est irrévocable»    ACTUCULT    Pressions sur un imam pro-mouvement du 22 février    Qui veut enflammer le Golfe ?    Des avocats comptent introduire une action en justice : Naïma Salhi s'attaque à Djamila Bouhired    Les enfants font leur «cinoche»    «Faire découvrir au public ce riche patrimoine du Gharnati, Sanaa et El Malouf»    Nouvelle escalade entre les Etats-uniset l'iran    Un avion d'Air Algérie rebroussechemin !    Affrontements meurtriers à Nzérékoré    Le prix du chef de l'Etat Ali-Maâchi décerné à 24 jeunes talents    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





HistoireS Etranges : Le massacre de Jonestown 5e partie
Publié dans Info Soir le 22 - 02 - 2016

Résumé de la 4e partie n Jones ordonne le remplissage de deux fûts de 200 litres de limonade auxquels seront ajoutés du valium et du cyanure. Les parents font boire la mixture aux enfants avant de l'ingurgiter eux-mêmes. Jones et son infirmière mettront fin à leur jour peu de temps après en se tuant par balle.
De 1961 à 1963 il rejoint le Brésil en tant que missionnaire s'occupant d'orphelinats et des démunis. Il s'enfonce dans les contrées les plus reculées pour rendre visite aux tribus. En 1964 il est ordonné pasteur par une église qui prône les mêmes traitements pour les noirs que pour les blancs. Il milite alors pour l'égalité raciale et le socialisme apostolique. Très vite ses prêches attirent les foules et l'expansion commence à mijoter dans la tête de Jones. Il décide de quitter l'Indiana, terre agricole et pauvre, pour la Californie, plus riche et plus dense. En 1966 il fonde sa nouvelle église près de Los Angeles, achète des immeubles et des cars, dans lesquels il envoie ses disciples faire du prosélytisme dans la cité des anges et à San Francisco. Il commence déjà à développer une paranoïa concernant un holocauste nucléaire. 1971 est l'âge d'or du Temple du Peuple. Jones rachète une synagogue qu'il transforme et une église à San Francisco. Il est cité en référence grâce à ses dispensaires, ses restaurants sociaux, ses ateliers, ses crèches ainsi que l'aide qu'il apporte à la réinsertion des marginaux et des drogués. Il devient extrêmement populaire et l'ami de nombreuses personnalités politiques. Il soutient des candidats, ce qui renforce encore plus son aura auprès de la presse et des masses populaires. C'est à cette période qu'il développe une sorte de folie des grandeurs en effectuant des cultes avec des pseudos guérisons miraculeuses qui n'ont que le nom, puisqu'elles sont loufoquement mises en scène. La suite…. On la connait ! En fait le problème est assez compliqué. Jones avait déjà amadoué les instances gouvernementales guyanaises pour qu'elles lui cèdent 110 hectares dans la jungle en 1973. Ce qu'il faut savoir, c'est que le Guyana est sous pression du Venezuela qui a des vues sur le pays. Le fait qu'une communauté américaine s'installe à 60 kilomètres de la frontière est très bien vu par le gouvernement. Comme le gouvernement est socialiste, il voit d'un bon œil l'établissement d'une société qui défend l'idée de partage. Deuxièmement la communauté est considérée dans les statuts américains comme une église et non comme société ou comme personne en tant que telle. Les règles de loi diffèrent et on ne peut pas attaquer en justice une église comme une société. Fort de l'appui du gouvernement guyanais, Jones n'a donc aucun problème à gagner le pays d'Amérique du sud. Après l'émotion et les terribles images en provenance du Guyana, c'est l'heure des questions et des doutes quant à un véritable suicide collectif. Effectivement de nombreuses zones d'ombres planent sur cette affaire. Tout d'abord le chiffre des victimes.  
A suivre


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.