Sénégal: Mauvaise nouvelle pour Sadio Mané    COUR SUPREME : Chakib Khelil, Djoudi et Tou convoqués    LE PARTI TOURNE LA PAGE D'OUYAHIA : Vers l'effondrement du RND ?    Delort déjà à l'aise parmi ses frères !    PLUS DE 600.000 CANDIDATS CONCERNES : Début aujourd'hui des épreuves du Bac    Le récent mouvement populaire que notre pays connait témoigne de la vitalité du peuple algérien    Le ministère tunisien rejette les pseudo-partis politiques nouvellements créés    Bensalah et Bedoui sommés de partir    Maîtrise des déchets et protection de l'environnement    Pour le régime Bouteflika, la chute est brutale    Ali Ghediri écroué    Le bleu pour le Soudan sur les réseaux sociaux    Le gouvernement de Hong Kong essuie des critiques de son camp    L'UE insiste sur le traité négocié avec Londres    Le fils de Ould Abbès sous mandat de dépôt    Guichet unique pour les handicapés    «Le résultat du match CSC-USMA est douteux»    Helaïmia s'engage avec les Belges de Beerschot Anvers    Conférence nationale de la société civile, aujourd'hui    Des citoyens bloquent le siège de l'APC de Bouti Sayeh    24 hectares de récoltes sur pied ravagés par le feu    Gendarmerie nationale : Saisie de 9,3 kg de kif traité, une arrestation    «Le certificat prénuptial est très important»    9 affaires de drogue traitées en mai    Fidèle à la mémoire de Fouad Boughanem    Chef d'entreprise en Algérie, il est devenu vendeur de fripe aux «puces» de Montreuil    Le retour de La Dolce Vita    Un spectacle chorégraphique de la troupe "Antonna"    Expositions, concours et rencontres au menu    NAHD: Le CSA cible deux coaches    Conflit à l'ETRAG de Constantine : Le tribunal rejette la plainte de la direction    L'usine étatique d'eau minérale de Laghouat : L'APW dénonce un blocage intentionnel    Mercato d'été    Bouira: Trois morts et quatre blessés dans un accident de la route    11ème congrès international des gynécologues privés: 10 à 12% des couples présentent une infertilité    La protection de l'environnement en question    Dréan: Le marché hebdomadaire adjugé pour 1,7 milliard de cts     Constantine - CHU Constantine: Le DG, le chef de bureau des marchés et un fournisseur sous contrôle judiciaire    MC Oran: A quand le bout du tunnel ?    Volley-ball - Super division - Play down: Les prétendants de sortie    «J'ai couru vers le Nil»* de Alaa El Aswany: Comment la révolution égyptienne a été brisée ?    Mohamed Zerrouki (1902-1957): Un écrivain visionnaire précoce resté méconnu    LES AIGLES EN CARTON    Les Sénats européens et africains expriment leur volonté de promouvoir les valeurs communes    Hommage aux 128 martyrs du Printemps noir    15 pays au rendez-vous    Damas affirme avoir abattu des missiles israéliens ciblant Tel Al-Hara    Autres transitions réussies…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Histoires Etranges : Le massacre de Jonestown 8e partie
Publié dans Info Soir le 25 - 02 - 2016

Résumé de la 7e partie n C'est le 31 juillet 1980 que l'affaire commence, lorsque les cinq enfants du député Ryan lancent une action en justice, suite à la divulgation d'une enquête expliquant que, des agents de la CIA avaient été infiltrés dans la communauté pour tester le programme MK-Ultra.
Construite avant la seconde guerre mondiale, cette base fut d'abord une station météorologique, avant de devenir une base de ravitaillement pour les avions qui traversaient l'atlantique en direction de l'Europe ou du nord de l'Afrique. Avec la découverte du bauxite au Brésil, elle fut également une base de départ pour protéger les côtes d'Amérique du Sud d'une éventuelle invasion des forces de l'Axe. Après la guerre, cette base fut presque désaffectée. Une trentaine de militaires s'occupaient encore de la maintenance jusqu'en 1949 où, faute de crédit, la base fut rendue entièrement aux Britanniques. En 1952, la base fut dotée d'un nouveau terminal pour accueillir les vols commerciaux en plus des militaires, jusqu'en 1966, où le Guyana décréta son indépendance. Les forces armées des Etats-Unis et britanniques quittèrent définitivement la base. C'est à cette époque que des sympathisants communistes américains entrèrent en jeu avec l'élection d'un gouvernement socialiste, afin de jouer les intermédiaires avec les cubains et les soviétiques. Et notamment une alliance entre la 7e génération des Rockfeller et le tout fraîchement Premier ministre Forbes Burnham. Ce dernier recevait un financement des Rockfeller, et en contrepartie, ceux-ci avaient la possibilité d'exploiter les mines d'or du Guyana et d'y permettre un rapprochement avec les soviétiques et les cubains. Le but étant de faciliter le ralliement de l'Afrique pour les Cubains. La base d'Atkinson Field était presque idéalement placée. N'oublions pas que 50 000 soldats cubains se sont rendus en Afrique pour tenter de mener des révolutions et d'apporter de l'aide aux rébellions socialistes. D'un autre côté, elle permettait aux soviétiques d'avoir un accès à Cuba par le sud. Seulement voilà, les Etats-Unis n'avaient pas anticipé ce revirement de situation et la CIA eut vent de l'intention d'installation de missiles sol-air aux alentours de l'aéroport de Timehri, nouvellement renommé. Paranoïa de la guerre froide, les Américains sentent qu'avec Cuba en haut et la Guyane en bas, le canal de Panama risque bien de finir sous la houlette des rouges. Seulement les Soviétiques, n'étant pas idiots non plus, ont préféré déplacer en 1974 l'emplacement des missiles à l'abri des regards et à l'intérieur des terres. Concrètement, entre Georgetown et Port Kaituma…. !!! Se posait donc un sérieux problème pour la CIA. Comment intervenir sans refaire le coup de la Baie des Cochons à Cuba, qui avait été un cinglant revers de médaille, et éviter un risque de guerre entre les deux nations. Il fallait donc pouvoir intervenir dans un contexte de préférence civil tout en détournant l'attention des Russes. L'implantation du Temple du Peuple en Guyane pourrait en être la solution. Mais comment s'y prendre ? Tout d'abord, favoriser l'exode de Jones et de sa clique jusqu'en Guyane, sachant pertinemment que l'homme dans toute sa paranoïa, risquait de devenir incontrôlable.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.