Le Soudan à l'heure d'une révolution incertaine    Les prix des fruits et légumes ont baissé de 30 à 40%    Des centaines de travailleurs et travailleuses de Rouiba-Réghaïa demandent à Sidi Saïd de dégager    Gaïd Salah nie toute «ambition politique»    Les députés FLN tentent la manière forte    Le FCE sous l'influence des résidus de l'ère Haddad ?    «L'armée doit écouter les propositions des élites»    Le procès de Kamel El Bouchi reporté au 19 juin    Benbitour interdit de débat à M'sila    Mustapha Djallit sera désigné manager général du club    Le MC Oran exposé à la saignée    Le duel jusqu'au bout !    Matthäus : «Bentaleb est un joueur exceptionnel, sa saison reflète celle de Schalke»    Algérie: la révolte populaire ne peut plus passer par la vieille « classe politique »    La rue face aux contradictions du système    Les soutiens encombrants de Gaïd Salah    La commission de recours décide de faire rejouer la rencontre    L'ONU et l'UA dénoncent les ingérences en Libye    Bientôt un nouveau procès    Tadjine el kemmoun    Prélèvement multi-organes et greffe hépatique à Constantine    ACTUCULT    Pari gagné !    Au cœur de la violence intégriste    La nuit du conte pour rallumer l'âtre de grand-mère    MO Béjaïa : Les Crabes condamnés ?    Oran : L'examen de la 5e en chiffres    Traitement des déchets ménagers à Bouira : Les communes défaillantes    El Tarf : L'APW dans une bulle    Amine Mohamed Djemal. Chanteur, compositeur et leader du groupe Babylone : «Le feuilleton Ouled Halal, une belle expérience familiale et fraternelle»    Election présidentielle : La période de dépôt de candidatures prendra fin demain    Elections européennes dans un fort climat eurosceptique    Volleyball - Coupe d'Algérie - Demi-finales: Le GS Pétroliers en favori    Les ambiguïtés autour du mot « dialogue »    L'AMOUR ET LA GUERRE    LG partage un Iftar avec la presse nationale    La nouvelle définition mondiale du kilogramme entre en vigueur    Le gouvernement pris en étau    Trump ira en Irlande en juin    Affrontements à Jakarta après les résultats de l'élection    Ankara se prépare à d'éventuelles sanctions américaines    Après le décret Trump, Google coupe les ponts avec Huawei    Rabiot pour remplacer Rodrigo?    Le tombeau de la chrétienne comme vous ne l'avez jamais vu!    OCDE : L'organisation plus pessimiste sur le commerce mondial et la croissance    British Steel : Le repreneur d'Ascoval, pourrait déposer le bilan    Royaume-Uni et Italie : Vers des séismes politiques ?    Analyse : Les transmutations génétiques des coups d'Etat africains    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La localité recèle des trésors inexploités : Igli : ce joyau méconnu de la Saoura
Publié dans Info Soir le 17 - 05 - 2016

Atouts n Distante de quelque 153 km de la nouvelle circonscription administrative de Beni Abbès de laquelle elle relève, Igli devrait être considérée comme un autre joyau de la Saoura au sud-ouest du pays à l'instar de celui de Taghit. Mais ce n'est pas le cas.
 On vient de toutes les régions du pays admirer la beauté la région de Béchar, mais on visite rarement cette localité encore méconnue par beaucoup. Pourtant, Igli renferme un immense trésor de sites touristiques aussi beaux les uns que les autres, et qui devraient constituer la première source de l'économie d'Igli, de l'avis de ses cadres. «l'Etat doit prendre conscience que nous avons un paradis et une source économique à exploiter et capable de générer de l'emploi et de faire revivre la région et sa population», nous dit l'un d'eux.
Cette ville de 7 852 hectares est à vocation agricole et touristique par excellence. Relevant du Grand Erg de l'Ouest, elle renferme des sites jusque-là inexploités et non valorisés. Elle se trouve dans une zone d'oueds. Oued Saoura vient suite à la jonction de oued Guir et oued Zouzfana. C'est le deuxième plus long oued en Algérie après l'oued Chlef, qui s'étend sur 800 km à partir d'Igli jusqu'à Reggane. Igli, ou «Ifli» en amazigh, signifie la rive de l'oued, selon les uns. D'autres attribuent le nom à la rencontre des oueds. Outre son beau relief, ses grandes dunes de sable jaune fin, on peut citer parmi les atouts de cette oasis «riche-pauvre», d'après ses habitants, le vieux ksar d'Igli «Akham Aqdhim», l'emblème de cette vieille localité où l'on rencontre le doyen âgé de 105 ans, El-hadj Mebarek Dahane, muezzin de la mosquée Lahcène-Ben Ali. Un imam qui continue à se déplacer librement et facilement à pied pour appeler à la prière, et ce, depuis près de 70 années ! Il ne peut pas bien s'exprimer pour des problèmes d'aphasie, mais appelle avec sa douce voix à la prière ou entonne des chants religieux et des invocations. Le ksar se trouve dans un état de délabrement en attendant les se-couristes du patrimoine. Bâti aux environs de 1202, il domine toute la vallée de la Saoura et la ville qui grandit de jour en jour avec ses nouveaux quartiers de béton et de parpaing gris qui enlaidissent la couleur rouge et argileuse des anciennes habitations. «On revendique la réhabilitation du ksar «Akham Aqdhim» vieux de près de 7 siècles. Il a été déserté dans les années 80», nous a lancé Belkacem enseignant retraité. Sa commune compte des vestiges historiques dont des tombes géantes et également de la pierre taillée. «Depuis deux ans, une équipe du ministère de la Culture a répertorié les lieux. On veut qu'ils soient va-lorisés», souhaite-t-il. Le président de la commune, Youcef Djaber, nous a confirmé que la seule structure d'accueil, l'auberge de 50 lits, ne suffit pas. «Un village hors Igli sera exploité comme village touristique de 16 bungalows par l'ONT. Il est à près de 40% de réalisation et sera réceptionné dans les mois à venir. En outre, nous avons reçu des demandes d'investissements par certains. Nous allons les aider par des assiettes de terrain car nous leur avons donné l'accord favorable pour le lancement de leurs projets» nous a-t-il fait savoir. 


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.