A-t-on les moyens de bâtir une Algérie nouvelle et forte ?    Conférence de Berlin: mobiliser les efforts internationaux pour régler la crise en Libye    MONOXYDE DE CARBONE : 30 morts depuis début janvier    Air Algérie menacée par des compagnies françaises !    Vers un mouvement dans le corps des walis ?    GRANDE MOSQUEE DE PARIS : Le nouveau recteur n'est pas candidat au CFCM    Ould Abbès plaide la folie    NAAMA : Saisie de 3,5 kg de kif traité à Moghrar    EN L'ESPACE DE 3 JOURS : Plus d'une centaine de harraga interceptés    ARCHIVES NATIONALES : Colloque national sur la procédure de communication    L'ancien journaliste de l'APS, Abdelkrim Hamada, inhumé au cimetière d'El-Kettar    Discours haineux et régionalistes sur les réseaux sociaux: Mise en garde des spécialistes    Hand-CAN 2020 (2e j): six pays dont l'Algérie passent à la seconde phase    La troupe de danse de Chengdu (Chine) séduit le public de l'Opéra d'Alger    Ligue1 (mise à jour): l'USMA pour confirmer à Chlef, duel de mal classés à Magra    Large vague d'indignation    Réaménagement du calendrier des éliminatoires    Almas négocie avec Taoussi    L'Algérie se qualifie dans la douleur !    Yaïche tire la sonnette d'alarme    Les explications sur le cas Belkaroui    JSK : Velud s'en va    FFS : la réconciliation compromise ?    Début du procès de Donald Trump au Sénat    Washington et Pékin ont encore beaucoup à faire pour «soigner leurs fractures»    Séminaire de formation médicale continue sur le cancer du sein    L'interdiction pour les citoyens de travailler au Koweït réimposée    Le directeur du Sheraton d'Alger en détention à El-Harrach    Le Président Tebboune préside une réunion du Conseil des ministres    Conférence de Mohamed Arezki sur le patrimoine algérien    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Difficultés financières de l'Eniem : Les discussions avec le CPE «sur la bonne voie»    Plusieurs dizaines de détenus en prison et sans procès : Quelles sont les arrière-pensées des autorités ?    48e vendredi du mouvement populaire : «Non à l'état policier !»    La cotation du Sahara Blend algérien perd près de 7 dollars    Chlef, Mostaganem: 33 harraga interceptés, des passeurs arrêtés    El-Bayadh: Plus de 2 quintaux de viande blanche saisis    Tebboune recevra mardi des responsables de médias publics et privés    Constantine: 11 personnes, dont des cadres de la BNA, arrêtées    Transport maritime: Un navire de la CNAN bloqué au port d'Anvers pour créance impayée    La guerre des «boutons»    Fichier des demandeurs de logements : une nouvelle application électronique    Arrestation de 7 individus    Le Président Ghali annonce la composition du nouveau gouvernement de la RASD    Découverte d'une sépulture et d'objets en poterie    L'écrivain et traducteur Abderrahmane Meziane n'est plus    Souk-Ahras accueille la première édition    «La nécessité d'accompagner l'ADE pour offrir un meilleur service au citoyen»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Publication/ «Zaâtcha 1849» de Mohamed Balhi : L'épopée des hommes des Zibans, revisitée
Publié dans Info Soir le 21 - 06 - 2016

Démarche n A l'origine du mouvement de résistance des Zibans, Cheikh Bouziane, porteur d'eau à La Casbah d'Alger.
L'homme de Biskra a su rallier des hommes et des femmes, toute une population, pour contrer les excès des nouveaux colons. Ce fut la terrible guerre des oasis et le massacre des innocents. Dans «Zaâtcha 1849», un livre paru aux éditions Anep, l'auteur, Mohamed Balhi, revient sur l'épopée des insurgés algériens lors de la bataille des Zibans contre la pénétration coloniale.
Des événements qui, selon lui, sont d'actualité grâce à l'appel d'associations, d'intellectuels pour le rapatriement des 34 crânes de résistants, pris comme trophée de guerre. Le livre se présente comme une occasion de plus, pour faire bouger les choses afin que les autorités algériennes interviennent dans la restitution des restes des premiers révolutionnaires de la cause algérienne et ceux de la bataille des Zibans, stockés dans des cartons au niveau du Musée de l'Homme de Paris.
A cet égard, l'auteur de «Zaâtcha 1849», lui-même engagé dans l'action de rapatriement, a profité de l'opportunité, et ce, lors de la présentation de son livre à la librairie Chaib Dzair hier, pour mettre en exergue les propos de responsables du Musée ayant affirmé qu'il «n'y avait pas d'objection au rapatriement des crânes si l'Etat algérien venait à en émettre une demande».
Notons qu'une pétition a été lancée pour la restitution des restes mortuaires des résistants algériens morts au champ d'honneur au début de la colonisation, conservés dans les sous-sols du Musée de l'Homme à Paris.
Mise en ligne, à l'initiative de Brahim Senouci, enseignant algérien établi en France, la pétition a recueilli des centaines de signatures. Selon le texte de la pétition publié sur le site (www.change.org) et devant être remis au musée parisien, l'action vise à rapatrier en Algérie les restes des héros algériens pour y recevoir une digne sépulture.
Les signataires appellent les autorités algériennes à entreprendre auprès de l'Etat français «les démarches nécessaires» au rapatriement en Algérie de ces restes mortuaires.
Outre le crâne de Cheikh Bouziane, le chef de la révolte des Zaâtchas, il y a aussi ceux appartenant à Mohamed Lamjad Ben Abdelmalek, dit Cherif Boubaghla (l'homme à la mule), à Moussa El Derkaoui, à Si Mokhtar Ben Kouider Al Titraoui, à Aïssa Al Hamadi, qui fut le lieutenant de Cherif Boubaghla…
Par ailleurs, Mohamed Balhi a mis l'accent sur une réécriture de notre histoire, particulièrement sur les premières décennies de la pénétration française « par des historiens algériens » à partir de « l'intérieur » sans avoir recours à une vision importée. Cette approche, selon l'auteur pri
vilégierait plus de subjectivité.
«Le drame des Algériens, c'est que l'on est obligés d'écrire sur notre histoire à partir d'archives françaises ou de bulletins miliaires de l'époque…», a-t-il regretté. Et de déplorer l'ignorance de la jeunesse algérienne des premières révoltes algériennes contre la pénétration coloniale en Algérie, notamment sur Cheikh Bouziane et l'épopée de la bataille de Zaâtcha. Alors que, a-t-il relevé, «le combat acharné de la population et des combattants des Zibans sont encore étudiés à l'académie militaire de Saint-Cyr sous le thème de la Guerre des oasis».
Leila N.
l Revenant sur la dimension historique du «génocide de Zaâtcha», l'écrivain a fait remarquer que ni le massacre des habitants des oasis de Biskra ni la résistance héroïque des ksouriens, assiégés par l'armée coloniale en ces années 1840, n'apparaissent comme un fait historique dominant dans l'historiographie nationale, comparativement à d'autres mouvements de résistance. Il faut rappeler que Cheikh Bouziane, Moussa et Lahcène ont été exécutés sur ordre du général Herbillonet, leurs têtes exposées sur la place de Souk Lahchiche à Biskra. Concernant la puissance du legs de la tradition orale, Balhi reconnaît que l'oralité par le biais des poètes, des gouals et autres chantres, a permis de pérenniser cette page de l'histoire, ainsi que l'héroïsme de Cheikh Bouziane et de ses compagnons. D'où le travail de mémoire exercé par «chaar el melhoun», ou la poésie populaire, avec son action de fond sur la culture du sentiment nationaliste. Ce qui n'a pas été sans revers puisque, nous dit Mohamed Balhi, les représailles ont sévi sur les bardes qui ont créé un répertoire de textes oraux, chanté, propagé les exploits de la bataille de Zaâtcha et de Cheikh Bouziane. Ce qui nous a permis, lors de la rencontre à la librairie, d'écouter, par la voix du président de l'association de «Chaâr el melhoun», deux strophes de poèmes dédiés à cette époque sanglante des Zibans.
Mohamed Balhi rappellera, pour ceux qui ne le savent pas, que Victor Hugo et Lamartine, monuments de la splendeur poétique française, si romantiques étaient-ils, considéraient la colonisation comme un bienfait… Plus que le registre fort du symbolique, il y va de la préservation de notre identité nationale, 37 crânes d'Algériens du Musée de l'Homme attendent de regagner la terre natale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.