Après une interruption de près d'une année: Retour des marches du vendredi    Le bon grain et l'ivraie    Télécommunications: Les débits minimums vont passer à 4 Mbps    Raffinerie de Skikda: Démarrage de la récupération des gaz torchés    Football - Ligue 1: La JS Saoura s'installe sur le fauteuil    Ligue 2 - Groupe Ouest: Regroupement en tête    Groupe Est: Retrouvailles nostalgiques à Batna et Khroub    Bouira: Un mort et 9 blessés dans 3 accidents de la route    Infortunée sardine    Covid-19: Deux cas du variant britannique découverts en Algérie    Un gâchis irrécupérable ?    Alger-Centre : Coupures d'eau dans plusieurs quartiers    Milan : Pioli est désolé, mais...    Nice : Boudaoui titulaire face à Rennes. Atal encore absent    Real : Un accord de principe trouvé avec Sergio Ramos ?    Encore un corps repêché à El Tarf    [Vidéo] Des milliers de manifestants dans Les rues d'Alger    Institut Cervantès à Alger : Communication « Alger dans la fiction théâtrale Lopesque »    L'avocat de Blida libéré hier    Place aux jeunes ! Quand ils seront vieux !    Hirak, quels débouchés politiques ?    Á 90 ans, Goudjil confirmé à la tête du Sénat    «La pensée libre» à la barre    Ould Kaddour dans le collimateur    Le Mouloudia encore loin du compte    Trois chocs à l'affiche    Un Algérien nommé Aït Ali Brahim    Mohamed Bazoum, élu président du Niger    Le Maroc veut construire un deuxième mur de défense    La Tunisie retient son souffle    Panique en Israël    L'Algérie ou le déclin par les mathématiques    Un important lot de vaccin reçu hier    Le CICR appelé à protéger les Sahraouis dans les territoires occupés    Libération sous caution de Nabil Karoui    Les cinémas autorisés à rouvrir à New York    Le rêve brisé d'un amoureux du cinéma    Plus de 50 œuvres littéraires abordant la valeur de la cohésion nationale publiées    Sardine, vin, prière et pêcheurs !    Djamaâ El Djazaïr : Le périmètre de protection et les règles de sécurité fixés    Lutte contre la criminalité : Saisie de 650 comprimés psychotropes    Journée nationale de la Casbah : 80% du patrimoine bâti de La Casbah classés «rouge»    Pré-emploi et terrain sinistré    Tiaret: Sur les traces de l'homme préhistorique de Columnata    Le nouveau découpage assurera la "fixité des populations"    Le pouvoir d'achat en cote d'alerte    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Les nouveaux dirigeants libyens bientôt en Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





HistoireS étranges : Le mystère du Stardust 5e partie et fin
Publié dans Info Soir le 16 - 11 - 2016

Résumé de la 4e partie n En Amérique du sud, au-delà de 7000 m, on se trouve en présence d'un phénomène qu'on appelle le Jet Stream.
L'équipage n'a rien vu venir puisqu'ils étaient dans les nuages et n'avaient donc presque aucune vision au sol. Ils se sont encastrés dans la montagne à grande vitesse sans se douter de ce qui allait arriver, pensant qu'ils avaient déjà passé la barrière des Andes. Terrible et tragique destin, mais dans un sens ils n'ont pas eu le temps de comprendre ce qui allait leur arriver et sont certainement décédés sur le coup et sans souffrance. Enfin, peut-on l'espérer ! Reste une explication à trouver et pas des moindres. Comment l'avion a-t-il pu disparaître pendant 50 ans ? Le glacier détiendrait-il les raisons de ce mystère ? Pour le savoir le Dr. Bauza va faire appel à Juan Carlos Lleiva, un spécialiste des glaciers et des montagnes, afin de fournir une éventuelle explication. Lleiva, après avoir pris connaissance du dossier du crash du Stardust, émet l'hypothèse suivante : Il estime que l'impact n'a pas eu lieu où se trouvent les débris, mais bien plus haut vers le sommet du glacier. En effet le mois d'août correspond au plein hiver dans l'hémisphère sud. Le mont Tupungato devait être très enneigé. Il est fort probable que l'explosion du Stardust ait déclanché une avalanche qui a pu entièrement recouvrir la carcasse de l'avion. Ceci expliquerait que les recherches aient été infructueuses après la catastrophe. Si le Lancaster s'était abîmé au bas du glacier, le risque d'avalanche aurait été presque nul. Lleiva explique que les glaciers sont en perpétuel mouvement et il se peut donc que l'épave du Stardust ait été englobée grâce à l'avalanche dans le glacier. Pendant toutes ces années les débris ont bougé avec le glacier avant de réapparaître en bas lorsque l'atmosphère plus chaude fait fondre le glacier. Il en veut pour preuve des récentes découvertes de chasseurs allemands prisonniers des glaces de l'arctique sous 30 m de fond. Il y a donc fort à parier que de nouveaux débris font refaire surface prochainement en bas du glacier du Tupungato. Si cela s'avère exact, l'hypothèse de Lleiva aura totalement levé le voile sur la disparition du Stardust pendant près de 50 ans. Un mystère reste pourtant entier à l'heure actuelle, celui du message du pilote juste avant le crash. Le fameux STENDEC. Les spécialistes aéronautiques se sont longtemps penchés sur la question avant de s'avouer vaincus. Personne n'a pu avancer une théorie ou une explication concernant ce mot qui n'apparaît dans aucun manuel, dans aucune procédure de l'aéronautique. Ce message reste un mystère. Le gouvernement britannique a même tenté de poursuivre une enquête dans le cadre privé du pilote, mais sans succès. Il reste totalement mystérieux. Malheureusement pour les amateurs d'ufologie, le Stardust n'a pas été enlevé par des extraterrestres pour réapparaître 50 ans plus tard. Le mystère a été résolu scientifiquement. Même si à l'heure actuelle, cela reste des théories, elles semblent crédibles à 99%. Seule la découverte prochaine de nouveaux débris que le glacier aura recrachés permettra d'étayer et de conforter ces théories. Rappelons nous que seul 20% de l'appareil est réapparu jusqu'à maintenant. Reste ce mystérieux STENDEC qui n'a pas encore trouvé de réponse. Espérons que l'avenir nous permettra enfin de comprendre sa signification. 

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.