La marche de Béjaïa violemment réprimée    Trois terroristes abattus à Benihemidane    Installation de la nouvelle chef de daïra    Dhouibi dément tout changement de cap    Le rapport inquiétant de Crisis Group    La fin du dollar ?    Les réseaux sociaux, ce monde parallèle    «C'est un terrain déjà viabilisé»    Combats inédits entre rebelles pro-Ankara    La kamikaze avait prêté allégeance à Daesh    Prémices d'une nouvelle ère    La Mauritanie surprend, la Zambie abdique    La JS Saoura prépare Gagnoa    Saisies de pétards et autres produits pyrotechniques    Le cadre de vie des citoyens au menu du conseil de wilaya    Alerte à l'hémorragie    On est toujours le réfugié de quelqu'un    Quand il faut se reposer, il faut !    Mémoires et sens en mouvement    Mauvaise utilisation du gaz : Lancement d'une campagne de sensibilisation en direction des élèves    AWEM Blida : 12 000 nouveaux postes d'emploi assurés depuis début 2018    Boufarik : Un complexe sportif à l'abandon…    24 heures    Retour à Astana avec Idleb comme pomme de discorde    Pour identifier les facteurs à l'origine de la hausse des prix: Une étude des marchés de fruits et légumes lancée    Entre réforme set continuité    Projet Batigec des 1.000 logements LPA: Des «blocages» risquent de prolonger les délais de réalisation    Le cimetière des vanités    D'importantes quantités de produits pyrotechniques saisies    Affaire Salsabile: Le procès en appel reporté    Oran: 15 ans de prison pour des trafiquants de cocaïne    MC Alger: Adel Amrouch et la triste réalité du football algérien    WA Tlemcen: Rebondir au plus vite    ASM Oran: Une situation qui ne prête pas à l'optimisme    Le wali chez les familles des victimes des inondations    Déclaration : Appel des assises internationales du journalisme de Tunis    Mouvement de protestation à la SNTF : Perturbation du trafic ferroviaire à partir de la capitale    Sommet de l'UA: la ligne rouge tracée par l'Algérie    Démission de Ould-Abbès: Confusion au FLN    Le sens des guerres dans l'évolution du monde: L'âge nucléaire mènera-t-il l'humanité vers un monde sans guerre, un monde plus uni ?    La société civile et les partis politiques interpellent le président de la République    Peintures marines et compulsions terrestres    Abdeldjallil Machou, Bio express    Journées d'arts urbains d'Oran    Eucoco 2018 : Le pillage des ressources sahraouies dénoncé    Une quarantaine de civils tués dans les frappes de la coalition US    À l'occasion du 63e anniversaire de l'indépendance de son pays : Le Président Bouteflika félicite le souverain marocain    Ligue 1 Mobilis (13e J.-Mise à jour) : L 'ASAM gagne, le MOB et le MCA se neutralisent    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Affaires religieuses : L'adhan encadré
Publié dans Info Soir le 14 - 09 - 2017

Organisation - La formule et le mode de l'appel à la prière dans les mosquées a été fixé par un arrêté du ministère des Affaires religieuses et des Waqfs, datant du 16 avril 2017
«L'appel à la prière est un rite religieux qui a pour but d'annoncer aux fidèles le début du temps légalement prescrit pour la prière obligatoire. Il consiste à réciter des paroles consacrées et transmises, d'une manière précise et depuis un lieu spécifique», stipule l'arrêté, dans lequel est en outre indiqué la formule à réciter par le mouadhin. L'arrêté définit également le Thathwib, qui consiste à «déclamer deux fois par le mouadhin, lors du second appel pour la prière de l'aube (Al Fadjr)» la formule «la prière est meilleure que le sommeil». L'arrêté signé par le ministre des Affaires religieuses, Mohamed Aïssa, stipule de plus que «l'appel à la prière est effectué pour les prières obligatoires uniquement, il ne peut l'être pour d'autres prières», et indique qu'il convient pour effectuer l'appel à la prière de «parfaire la voix» et «mettre au point les haut-parleurs de la mosquée de manière à rendre audible l'appel sans exagération». L'arrêté ministériel spécifie par ailleurs que l'appel à la prière du vendredi et aux cinq prières quotidiennes «ne peut être effectué avant le temps légalement prescrit conformément au calendrier officiel des horaires légaux, établi par le ministère des Affaires religieuses et des Waqfs». L'appel à la prière de l'aube (al-Fadjr) est toutefois «annoncé une demi-heure avant le second appel à la prière», stipule l'arrêté qui indique enfin la formule précise à prononcer pour annoncer le début de la prière (al-Iqama). Dans le même contexte mais dans un cadre différent, deux autres arrêtés du ministère des Affaires religieuses ont été publiés au Journal officiel.
Le premier arrêté fixant la composition et le fonctionnement de la commission d'audit et de vérification des recueils du saint Coran stipule dans son article 2 que «la commission est présidée par le directeur de l'orientation religieuse et de l'enseignement coranique. Elle est composée d'un sous-directeur de l'enseignement coranique en tant que vice-président et de quinze (15) à vingt (20) experts compétents en matière d'audit et de vérification de recueils du saint Coran, en tant que membres».
Le second arrêté est relatif à la liste référentielle pour les dénominations des mosquées, qui est, précise l'article 2, «puisée dans le patrimoine islamique et national, conformément aux attributs (les noms Sublimes) d'Allah, noms de prophètes et de messagers, noms des ‘sahaba' et ‘tabi'ine' (compagnons du Prophète et leurs successeurs), femmes et hommes, noms des glorieux martyrs, noms de personnalités éminentes, noms d'oulémas, noms de figures nationales et d'évènements religieux ou nationaux, noms historiques et du patrimoine culturel religieux, tels que la Grande Mosquée ou la mosquée El-Atik, expressions évoquant des sens vertueux tels que Ettaqwa, Al-Houda, Assuna».
Selon l'article 4 du présent arrêté, «il est interdit d'attribuer aux mosquées toute dénomination portant un sens non approprié, toute dénomination pouvant entraîner un différend, les noms des personnes qui les ont édifiées».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.