Spectacle théâtral « Nedjma » à Ain Fouara    Sahara occidental: une lettre de Ghali adoptée comme document officiel du Conseil de sécurité    Manchester United: l'inquiétude de Solskjaer    Assassinat de Ali Tounsi: la présidente de la Cour refuse le réexamen des preuves    L'Opep+ décide de maintenir son niveau de production actuel jusqu'à fin avril    Covid-19: six nouveaux cas du variant britannique découverts en Algérie    Les acquis de la cause sahraouie poussent le Maroc à des décisions "irresponsables"    MES PREALABLES AU RAPPORT DE BENJAMIN STORA.    Le théâtre d'Oran reprend ses activités après une année d'arrêt    Rupture des relations avec l'ambassade d'Allemagne à Rabat: la correspondance de Bourita trahit une réaction émotive de la diplomatie marocaine    Coronavirus: 168 nouveaux cas, 148 guérisons et 6 décès    Le Président Tebboune reçoit les dirigeants de trois partis politiques    L'ambassade de France s'explique    Tebboune : la menace technocratique    Démantèlement d'un réseau activant à Tipasa    Huiles de table - Communiqué de Cevital    La victoire ou l'élimination    Mouassa s'en va déjà    Cristiano Ronaldo rejoint Pelé avec 767 buts... ou pas    Mahrez, étincelant    Améliorer d'abord les conditions de vie    Le corps d'un des deux pêcheurs disparus retrouvé    "Les élections ne sont pas une priorité"    Beldjoud préside l'installation du wali    Hirak, l'heure des clarifications    Lancement de la 1re édition du Festival international du court métrage d'Imedghassen    Des experts se penchent sur la restauration du mausolée d'Imedghassen    Skikda… Bariq 21 lance Green Farm    Salon national du livre d'Alger : Un livre, une vie    La disette de Suarez inquiète    Laurent Gbagbo absent mais pourtant omniprésent    Les Palestiniens veulent une enquête «urgente»    Bilan du MDN 49 narcotrafiquants arrêtés    La mafia du foncier dénoncée    Djilali Sofiane: Certains slogans scandés lors du Hirak pourraient mener au "dérapage"    1.020 DA pour le bidon de 5 litres    L'Algérie tend la main à sa diaspora    La dépendance au pétrole se confirme    Arrivée de l'avant-garde d'une unité d'observateurs du cessez-le-feu    Varane, signature imminente?    Un grand humaniste engagé    La gratin intellectuel rapproche les deux rives    Ras El Aïn et Haï Sanawber: Relogement prochain de 3.000 familles    11.015 comprimés psychotropes saisis et un réseau démantelé    Rivière asséchée !    Récupération du foncier industriel inexploité: «Une première étape pour relancer l'activité économique»    Education: Le ministre renoue le dialogue avec les syndicats    Démantèlement d'un réseau à Tipaza    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Football national : Leur dangerosité est prouvée : Faut-il interdire les terrains en synthétique en Algérie ?
Publié dans Info Soir le 05 - 12 - 2017

Idée - Le sujet a été déjà évoqué, de manière très timide, mais il revient de nouveau avec une étude menée par l'université d'Yale, aux Etats-Unis, sur la dangerosité du gazon synthétique.
Lors du prochain Symposium sur le renouveau du football algérien, un des sept ou huit ateliers sera consacré à la problématique des infrastructures et son impact sur le développement du football dans notre pays. Evidemment, les animateurs de cet atelier vont aborder plusieurs aspects et volets, dont celui des terrains de football qui posent souvent problème, sachant que le parc en Algérie est composé de 1 296 stades dont 28 seulement sont en pelouse naturelle (2%), 364 (28%) en gazon synthétique et 904 en tuf (70%). Aussi, la tendance est vers la reconversion des stades en tuf et même en pelouse naturelle en gazon synthétique (cas récemment du stade Akid Lotfi de Tlemcen), dont certains sont de mauvaise qualité. Il n'y a d'ailleurs qu'à faire le tour de certains stades et de terrains de proximité de quartier pour voir l'état de ces terrains qui se dégradent au bout d'une année ou deux d'utilisation, alors que dans d'autres pays, le terrain synthétique a une plus longue durée de vie, moyennant bien évidemment des travaux d'entretien, chose qui n'existe pratiquement pas chez nous comme l'arrosage ou l'apport en sable, voire en gomme pour permettre une meilleure souplesse et ménager les «rotules» des footballeurs. Toutefois, et selon Aliapur, l'organisme français de collecte et recyclage des pneus, il faut 23 000 vieux pneus usés pour fabriquer un terrain de football de onze contre onze.
Dans une étude à paraître menée à l'université d'Yale aux Etats-Unis (9ème au classement mondial), il n'y aurait pas moins de 190 substances classées comme toxiques ou cancérigènes trouvées dans les granulés composant les terrains synthétiques. Dans certains pays, on pense même à les réduire, voire les bannir, comme ce fut le ca dans la ville de New York où la mairie a renoncé dès 2008 à la plupart des projets des terrains en synthétique.
Qu'en est-il du cas Algérie où ces terrains pullulent avec tous les risques encourus ? Il y a quelques années, le ministre de la Jeunesse et des Sports (MJS) Mohamed Tahmi avait pondu une note interdisant la reconversion des terrains en gazon naturel en tartan afin de préserver au moins ce qui reste. Malheureusement, cette note ou circulaire a été mise au placard puisque le MJS a cédé aux caprices du wali de Tlemcen qui a décidé de transformer le terrain du stade Akid Lotfi, longtemps en gazon naturel, en revêtement synthétique. Mais devant les dangers qui guettent nos enfants et les pratiquants sur ce genre de terrain, n'est-il pas temps de se pencher sur cette problématique et veiller au moins sur la qualité des produits utilisés afin qu'ils soient conformes aux normes FIFA ? La balle est dans le camp des décideurs et des responsables du sport en Algérie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.