Real Madrid: Benzema, un record de la tête en 2019    Vent de contestation au groupe média d'Ali Haddad    Man United : Pour Mourinho, son limogeage était mérité    Le bilan s'élève à près de 200 victimes    Les magistrats confirment et dénoncent    Le temps des incertitudes    Les travailleurs exigent le versement de leurs salaires    Un Plan national climat pour bientôt    Des partis et des personnalités soutiennent Kaïs Saïed    L'Iran plaide pour un projet régional de sécurité    L'armée envoie des renforts à proximité du plateau du Golan    Affrontements entre manifestants et forces de l'ordre à Suez    Début de la révision des listes électorales    Une nouvelle marche populaire pour la libération des détenus à Chemini    Résultats    Bien négocier la manche aller    Batelli critique le rendement des joueurs    Ce que risque Sofiane Bouchar    Le niet de Benbitour    Plus de 16 500 étudiants affiliés    Interception de 9 harragas    Le policier à l'origine de l'accident mortel à Oued R'hiou écroué    Les syndicats chez le ministre    Un espace pour préserver l'histoire de cette expression populaire    "Trésor humain vivant" du Sénégal    Blonde ou brune ?    Tinder lance une série interactive qui influencera les rencontres proposées à l'utilisateur    Réception de plusieurs équipements au 1er trimestre 2020    Le procès renvoyé au 29 septembre    Tribunal militaire de Blida : Un procès sur fond d'interrogations    Affaire Kamel Chikhi : Report du procès au 6 octobre prochain    «La classe politique et les personnalités doivent se positionner avec le peuple»    On adopte la règle du pollueur payeur    MO Béjaïa : Nechma remplace Bouzidi    JS Kabylie : Enchaîner par une troisième victoire face au CRB    La langue de Molière ou la langue de Shakespeare : «Is that ‘‘la question'' ?»    Aït Ferrach (Bouzeguène) : Un mémorial de chouhada en chantier    Aïn Defla : Abdelkader Chaterbache, un artisan au service de l'éducation    El-Tarf: Des transporteurs bloquent l'accès d'une base de vie chinoise    GALETTE ET PETIT-LAIT    La future coalition en Israël : blanc bonnet et bonnet blanc    Pommades cancérigènes: Les précisions du SNAPO    Le spleen du professeur avant la retraite    Le ministère s'explique    Les victimes protestent et réclament leur argent    Téhéran met une nouvelle fois en garde contre une attaque    Présidentielle en Tunisie … La logique arithmétique plaide pour Kaïs Saïed    Brexit : Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«El-Gusto»
Hommage au chaâbi
Publié dans Info Soir le 17 - 01 - 2005

Mémoire El-Gusto est né d?un hasard. L?aventure a commencé pendant l?été 2004, lorsque Safinez Bousbia a fait une rencontre fortuite avec M. Ferkioui, un nom de la musique chaâbie.
El-Gusto est l?intitulé du film documentaire réalisé par Safinez Bousbia. C?est l?histoire d?un groupe de musiciens (comme Mustapha Tahmi, Hamed Bernaoui, El-Hadi El-Anka, Abdelkader Chercham, Mohamed Laâgab, Hamaï Mebrouk?) ayant marqué le chaâbi des années 1940 jusqu?aux années 1970.
El-Gusto est né d?un hasard. L?aventure a commencé, pendant l?été, au mois d?août 2004, lorsque Safinez, la réalisatrice, a fait une rencontre fortuite avec M. Ferkioui qui, à travers une discussion sur sa carrière de musicien d?antan, lui souffle l?idée d?imaginer un scénario, et donc de nourrir l?ambition de réaliser un documentaire réunissant, après une trentaine d?années de séparation, ces musiciens (encore vivants), empreintes de musique chaâbie.
«J?étais en vacances, au mois d?août, avec une amie étrangère, et je lui faisais visiter la Casbah ; lors de notre visite, on est tombé sur le propriétaire d?une miroiterie. C?était M. Ferkioui. On a sympathisé et, au cours de la discussion, on s?est rendu compte qu?il était musicien, ancien chef d?orchestre (de 1940 à 1970). Il nous a parlé de sa carrière et nous a montré des photos de lui et de ses amis, eux aussi musiciens. Et de là, j?ai eu l?idée d?aller à la rencontre de ceux encore vivants, pour les réunir, un mois après, à Dar Aziza», raconte Safinez Bousbia.
Sa recherche fructueuse la met donc en contact avec des endroits et des gens, et même avec l?histoire. Sa détermination l?amène à exhumer une mémoire longtemps oubliée pour certains, ou encore ignorée pour la plupart.
La rencontre, attachante, a eu lieu donc au mois de septembre, à Dar Aziza. Safinez a filmé. «J?ai filmé la rencontre, les musiciens, leur témoignage, et j?ai présenté le film au ministère de la Culture, accompagné d?une lettre dans laquelle je décrivais la situation sociale et morale de l?artiste, et aussi en sollicitant un soutien financier pour assurer la réalisation de la totalité de mon projet. Il se trouve, hélas, que je n?ai pas eu de suite à ma demande», explique-t-elle.
Safinez, plus déterminée que jamais, retourne en Irlande où elle vit. Et là-bas, elle n?hésite pas à faire la promotion de son projet. Surprise ! En sollicitant l?aide d?associations versées dans l?audiovisuel, elle parvient à décrocher quelques soutiens.
Safinez revient au mois de décembre à Alger où elle entame le tournage de la première partie de son documentaire.
El-Gusto s?organise en deux parties de 52 minutes chacune. La première se déroule à Alger, montrant la rencontre, faisant le portrait des diverses communautés locales exposées à travers la musique chaâbie, révélant différents témoignages et divers points de vue sur le sujet (chaâbi). La première partie, dont le tournage est achevé, a été couronné par un concert donné au Palais de la culture par tous ces musiciens que Safinez a rencontrés. Cet événement conduira plus tard l?orchestre, lors de la deuxième partie, à se rendre en France par bateau sur les traces d?une partie de la culture algérienne qui s?est vue, un jour, obligée de quitter l?Algérie.
L?orchestre se réunira avec les musiciens encore vivants qui faisaient autrefois partie de la même école.
En effet, il est important de souligner que ces musiciens que Safinez a rencontrés (et veut rencontrer en France) ont tous fait partie, à l?époque, de la même école où El-Anka était leur maître. L?ensemble de l?orchestre, une fois réuni, donnera un concert à l?Olympia à Paris. Celui-ci sera dédié à la communauté d?émigrés algériens établie en France. «L?objectif de mon projet est de mettre l?accent sur un patrimoine qui, un jour, sera emporté. Ce qui reste du chaâbi de l?époque sera à jamais disparu si rien n?est fait, aujourd?hui, pour le préserver. Et pour cela, il est important de réhabiliter la condition de tous ces musiciens, véritables témoins, qui ont porté haut la culture du chaâbi», explique-t-elle.
Le documentaire El-Gusto s?achève par un concert regroupant tous les musiciens (ceux d?Alger et de France), qui aura lieu dans le mythique théâtre romain de Timgad. «Et pour parvenir au bout de ce projet culturel, je sollicite l?implication (financière) de partenaires en mesure de me soutenir dans mon entreprise culturelle qui est un devoir de mémoire», conclut-elle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.