Conférence internationale de Palerme sur la Libye: Ouyahia plaide pour une solution inclusive    Proposé par l'Egypte: Le cessez-le-feu à Ghaza après les accrochages    Ligue 1 Mobilis: La JSK se relance, le MCA à l'arrêt    Commission de discipline de la LNF: L'audience du président de la JS Kabylie, Mellal, reportée au 19 novembre    Liste des logements sociaux à Tlemcen: Les protestataires ne décolèrent pas    RENOUVELLEMENT DU CONSEIL DE LA NATION : Charef Benchenni représentera le FLN    REAPPARITION DE LA ROUGEOLE : Le ministère de la santé rassure    ESCROQUERIE VIA INTERNET : Deux réseaux de faussaires neutralisés sur Oued Kniss    Remaniement ministériel en Tunisie : Youssef Chahed obtient la confiance du parlement    Jil FCE optimiste    Sans perturber les vols : Nouvelle zone de turbulence à Air Algérie    Fin d'examen de l'avant-projet détaillé    Le Premier ministère dénonce une «odieuse manipulation»    Les candidats du FLN et du RND choisis, HMS temporise    Trop de soutiens, on veut des candidats !    Sun Tzu au secours du Parti communiste    Conférence sur la Libye : Ouyahia aujourd'hui à Palerme    Seddik Chihab à propos de la réponse de Tayeb Louh à Ouyahia : «Je n'ai rien à dire !»    Début des grandes manœuvres avant Lomé    La sécurité régionale au menu du dialogue de haut niveau    Stabilité régionale : Le rôle de l'Algérie mis en avant    Secteurs de l'habitat et des télécommunications : Trois conventions-cadres signées    Les syndicats dénoncent de «la poudre aux yeux»    Comment faire sortir le Salon du Palais    Tourisme : Il ne suffit pas d'avoir des hôtels…    Tigzirt (Tizi-Ouzou) : Une femme meurt asphyxiée au monoxyde de carbone    Il signe une 4e passe décisive à Man City : Mahrez sermonné par Fernandinho !    L'écrivain Mahmoud Aroua : «Il est difficile de se faire éditer»    Alger accueille le 2e grand prix Abdelkrim Dali    Il pourrait revenir sur scène avant l'été : Meskoud garde sa belle voix    GC Mascara: Des conflits qui mettent le Ghali en danger    IRB Oued Taria: Le club de football disparaît    Des comprimés psychotropes saisis, 4 individus arrêtés    Incertitudes    «Coup de force» contre Bouhadja: Les députés RCD reviennent à la charge    Un appel ayant visé à provoquer la «fitna»    Relizane: Une usine Ford à Sidi Khettab    L'armistice vu par un indigène    Pour booster la coopération algéro-grecque: Une commission interministérielle mixte et un forum des hommes d'affaires, en 2019    Nuit d'horreur à Constantine !    14 membres du PKK "neutralisés" par l'aviation turque    Abdelkader Bouazghi depuis Bordj-Bou-Arreridj : " La réconciliation nationale a été un cadre de forte mobilisation pour mener à bien le programme ...    Travaux publics et Transports : Plus de 70 nouvelles gares routières entrées en exploitation    Copa Libertadores : Boca résiste à River (2-2) dans une Bombonera en fusion    Attal buteur, Mahrez passeur, Feghouli de nouveau titulaire    RDC : Fayulu candidat-surprise de l'opposition, tensions pré-électorales en vue    Ouyahia parle de "manipulation"    Exposition à Alger d'Arezki Larbi du 17 novembre au 1er décembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les Rahaba
Aux racines de l?ancestral
Publié dans Info Soir le 16 - 02 - 2005

Tradition Un art populaire à la recherche de la relève à Khenchela et dans les Aurès.
Les Rahaba, groupes de chants populaires anciens, constituent dans les Aurès, et dans la wilaya de Khenchela en particulier, un aspect essentiel de l?art populaire et de l?héritage culturel traditionnel, auquel de nombreux citoyens restent encore attachés.
Les Rahaba sont des ch?urs masculins qui se distinguent nettement du chant bédouin ou auréssien, en solo, des groupes folkloriques constitués de joueurs de flûte (gasba) et percussion (bendir). Les ch?urs des Rahaba ne sont pas accompagnés d?instruments. Le groupe est formé de dix choristes au maximum, vêtus de blanc (gandoura et chèche).
Ils exécutent une chorégraphie particulière, formant une figure de deux rangées, se tenant par la main, face à face dans un mouvement de va-et-vient, tapant des pieds, tout en chantant ou en répétant des refrains, ponctués de cris gutturaux. La Guerre de libération nationale fut une période durant laquelle les groupes des Rahaba se sont multipliés, y compris dans les maquis, car si ces ch?urs, exclusivement masculins chantent souvent la femme, ils ont, dans leur répertoire, un grand nombre de chants d?inspiration nationaliste et patriotique.
Les Rahaba accompagnent toutes les circonstances de la vie sociale, religieuse et familiale dans les Aurès, labours, moissons, mariages, circoncisions et autres.
Les groupes de Rahaba créent une ambiance qui capte la ferveur de toute l?assistance, à laquelle se joignent quelques fusils qui tirent simultanément des salves de baroud soulevant un nuage de fumée, suivies de youyous stridents poussés par des femmes.
Deux groupes de Rahaba ont édité des cassettes audio : El-Assala de la commune de Tamza et les Rahaba de la commune de Yabous. Ces deux formations ont participé à plusieurs rencontres nationales et internationales notamment arabes, ainsi qu?aux manifestations organisées en France en 2003, dans le cadre de l?Année de l?Algérie. Ils se forment également en été, de nombreux groupes qui se produisent à l?occasion des mariages et chantent le répertoire de chanteurs célèbres de la région, Aïssa El-Djarmouni, Ali El-Khencheli, Abdelhamid Bouzaher, Lamrir Tayeb, Zoulikha et bien autres encore.
A noter dans ce cadre que la direction de la culture de la wilaya de Khenchela a recensé plus d?une vingtaine d?associations locales qui s?intéressent au patrimoine musical traditionnel.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.