PSG : Neymar remis à temps pour le match face à l'OM    Foot - Classement Fifa : L'Algérie conserve sa 30e position, perd une place au niveau africain    Benzema devra encore patienter pour le jugement    Loi criminalisant la spéculation: les opérateurs appelés à déclarer leurs entrepôts avant le 30 novembre    Elections locales à Mostaganem : Des maires et des ex-députés exclus de la course aux candidatures    Météo : pluies sous forme d'averses orageuses dans plusieurs wilayas du pays à partir de ce vendredi    La prédiction de Ronaldinho pour Mbappé    Le procès Hamel reporté au 17 novembre    L'économie dans le brouillard    Les remises plafonnées à 50% à compter de 2022    L'impérative réforme du système de protection sociale    Vers un durcissement des contrôles    Large consensus sur les élections du 24 décembre    L'Espagne ouvre la porte aux migrants mineurs    Le Conseil de sécurité de l'ONU débarque chez le colonel Goïta    27 morts dans un attentat à Damas    Prix Nobel algérien ? Tu rêves, mon frère !    Djabelkhir dans l'attente d'un avis du Conseil constitutionnel    Un scrutin miné ?    Rejet de 77 dossiers de candidature    Le RND au bord de la crise    Environ 290 transactions enregistrées    Slimani absent à Prague    Amara appelle les clubs à se conformer aux exigences de la CAF    Le Chabab affûte ses armes    Des candidats exclus font appel    Les citoyens ne se vaccinent plus    Entre relâchement et réticences vaccinales des Algériens    2 morts et 7 blessés dans une collision entre un véhicule léger et un bus scolaire    Des maires français réclament "la reconnaissance du crime d'Etat"    Le numérique au placard ! Vive le placard !    Le cartable allégé pour demain ?    El Kerma: Plus de 1.500 nouveaux logements pour répondre à la forte demande    Tlemcen: 350 tonnes de pomme de terre déstockées    Mendicité, la loi existe, il faudrait juste l'appliquer !    Force humaine    L'écrivain Dib et le rapport à la nationalité française    Eric, tu fais honte à tes anciens camarades    Spéculation sur le livre scolaire    Double meurtre sur l'autoroute    35e anniversaire de la mort de Samora Machel    Ces «experts» Algériens    La guerre des spéculateurs    «Il faut se mobiliser pour accompagner ces efforts»    Les colons sionistes volent la récolte d'olive au sud de Naplouse    «Barrons la route aux ennemis de la paix»    Cette obsession qui nourrit les amalgames    Une opportunité pour l'émergence de jeunes talents    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Epopée
Byzance et l'Islam (13e partie)
Publié dans Info Soir le 18 - 10 - 2005

Cela va amener à une pression toujours accrue des princes sur les seigneurs qui débouche sur des accords féodaux avec le développement des fiefs de reprise.
Le dernier mouvement montre que cette nouvelle configuration politique est représentée par la mise en place de liens féodaux hiérarchisés et légitimés par le développement du droit féodal et coutumier. Cette évolution veut montrer qu'au cours du XIIe siècle, les liens féodaux ont tendance à être de plus en plus territoriaux mettant l'accent sur le fief plus que sur l'hommage. Partout, on assiste à une concentration du pouvoir politique régionale dans les mains du prince. Ainsi, on commence à dire que certains châteaux de seigneurs sont «jurables et rendables» : le prince a le droit d'y résider en écartant le vassal. Les princes prennent sous leur protection les marchands lors des foires.
Si l'ensemble de l'espace français apparaît comme une mosaïque de principautés, deux s'en dégagent : celle des Plantagenêts et la principauté royale ; l'une par sa quantité, l'autre par sa qualité.
Entre France et Angleterre, l'essor des Plantagenêts
Les prémisses de cet essor commencent en Normandie au XIe. En 1066, le duc de Normandie Guillaume, débarque en Angleterre, gagne la bataille de Hastings et s'empare du royaume tout en demeurant duc de Normandie, donc vassal du roi de France. Ce nouveau pouvoir royal anglais dégage très vite des caractéristiques bien marquées : il instaure un pouvoir royal fort s'appuyant sur un entourage de chevaliers normands. Il trouve ses bases sur le contrôle d'un large domaine royal (1/5 du royaume) et de liens féodaux hiérarchisés : tous les seigneurs anglais doivent hommage pour leur fief. Le domesday book montre le début d'une administration centrale (l'échiquier) et territoriale par le moyen des shérifs.
Fin XIe, le roi d'Angleterre est plus puissant que le roi de France.
Au XIIe siècle va s'ajouter un renforcement du pouvoir français. Après quelques flottements de la dynastie de Guillaume, en 1106, son petit-fils, Henri I, réunifie la Normandie et l?Angleterre. A sa mort en 1135, on voit apparaître un nouvel élément qui renforcera la présence des rois anglais sur la Francie Occidentale. Henri I n'ayant pas de fils, c'est un cousin, Etienne, qui est choisi comme successeur. Sa fille Mathilde se marie au comte d'Anjou Geoffroi. Mais voici que le roi de France, Louis VII, va répudier son épouse Aliénor, héritière de l'Aquitaine. Henri, fils de Geoffroi, va épouser Aliénor et, en 1152, Etienne, roi d'Angleterre, meurt et lègue le royaume à Henri. L'ensemble territorial alors dominé par la couronne britannique est composé de l'Angleterre, de l'Anjou, de l'Aquitaine, de la Bretagne et de la Normandie ! La puissance acquise est telle que certains historiens parlent d'«empire angevin».
Mais malgré cette quantité de terre, les Plantagenêts ne créent pas cet empire : l'histoire politique des deux parties des terres est très différente ; la domination complète du territoire anglais ne se mettra pas en place sur la façade occidentale. (à suivre...)


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.