Présidentielle 2019: Le report, une solution à «l'impasse» ?    Exception d'inconstitutionnalité: Le plaidoyer de Louh    Tébessa: Un programme d'urgence pour l'eau potable    Argent de la diaspora: Les Algériens, derniers de la classe    Leurs dossiers acceptés mais ils ne peuvent accéder au site pour le paiement: Sit-in des souscripteurs devant la direction régionale de l'AADL    Un pacte self-service    FAF - Coupe d'Algérie (1/32e et 1/16e de finale): Place aux émotions et gare aux surprises !    LFP - Championnat national: Statut professionnel, gestion amateur    Ligues 1 et 2: Où est passé le bilan chiffré de la compétition ?    Axe Gdyel - Hassi Ben-Okba: Un octogénaire meurt dans une collision entre un camion et une voiture    Tebessa: 2 à 15 ans de prison dans une affaire de terrorisme    Affaire du magistrat tué à Sidi Bel-Abbès: L'épouse de la victime, sa fille et un complice écroués    Au fil... des jours - Communication politique : nouvelles du front ! (2ème partie)    Le pouvoir d'en haut, la confiance d'en bas    Karim Wade saisit la Cour de justice de la Cedeao pour pouvoir être candidat    Kia Al Djazair introduit le GPL sur 3 de ses modèles    Land Rover Algérie : Plusieurs offres promotionnelles aux ateliers SAV    Des milliers de manifestants marchent pour les libertés    Le FLN pour une nouvelle sérénité    1ère Foire commerciale intra-africaine Participation de l'Algérie au Caire    Copa Libertadores : River Plate s'adjuge le titre face à Boca Juniors    Le poids de la crise    La poursuite de l'ouverture chinoise renforcera sa croissance    Les solutions "miracles" de Chakib Khelil    Benghabrit hausse le ton et menace…    Un test de dépistage en 10 minutes    Ouyahia contrarié ?    18ème Salon AutoWest : L'industrie automobile nationale à l'honneur    Commémoration du 58e anniversaire des manifestations du 11 décembre 1960 : Aïn Témouchent abritera les festivités nationales    Master-class d'instruments traditionnels en décembre    La vie perturbée de la CAN-2019    Un pacte mondial sur les migrants mort-né    Six personnes ont trouvé la mort en 24 H    «Prémunir le retour à la décennie noire qui a failli détruire l'Etat national»    Ghezzal retrouve la compétition    L'Algérien Ferhat retrouve ses talents de passeur    L'ONPLC annonce l'élaboration d'une cartographie des dangers de corruption    Nabila Goumeziane : «L'œuvre de Mohya, une référence de notre patrimoine»    «Am not your negro» et «L'autre côté de l'espoir» lauréats des Grands prix    «Brossi» décroche la «Grappe d'Or»    ORAN : 2 ‘'passeurs'' arrêtés et une barque saisie    Repêchage de deux corps sans vie sur deux plages de Ben M'Hidi    Le communiqué déroutant de la coalition    «C'est un jour important pour moi»    AUDI, la marque surprise du salon Autowest    Violation des droits d'association, d'expression et de manifestation: Un appel pour éviter le scénario des «Gilets jaunes»    Tolérance, ONG, mosquées, campus: Les clarifications du ministre des Affaires religieuses    Huawei : La directrice financière soupçonnée de fraude par les Etats-Unis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une ville, une histoire
Sidi Fredj (1re partie)
Publié dans Info Soir le 12 - 07 - 2006

Image n La kouba de Sidi Fredj a subi le même sort que Sidi Zouaoui, les envahisseurs français l'ont démolie.
Les Algériens, notamment ceux qui habitent Alger et ses environs, connaissent Sidi Fredj : une belle plage de sable fin, à moins de trente kilomètres de la capitale. La station balnéaire est connue des touristes étrangers attirés par la côte turquoise.
Les gens de la mer connaissent le port de plaisance où peuvent accoster plusieurs dizaines de bateaux de différentes dimensions.
Pour les passionnés d'histoire, Sidi Fredj rappelle un triste événement national : c'est là, le 14 juin 1830, en effet, dans la presqu'île de Sidi Fredj, qu'a débarqué, sous le commandement du général de Bourmont, l'armée française. C'est de là que les envahisseurs iront à la conquête d'Alger qui tombera un certain 5 juillet.
Cent douze ans plus tard, le 8 novembre 1942, les troupes américaines débarquaient à leur tour, au même endroit, prélude à une guerre totale contre l'Allemagne nazie.
Tous ces événements se rattachent à Sidi Fredj et on peut le lire dans les livres d'histoire. Ceux qui s'interrogent sur le nom de ce joli endroit, comprennent tout de suite que le nom qu'il porte, Sidi Fredj (déformé par les Français en Sidi Ferruch), est certainement celui d'un saint homme, ainsi que l'indique la particule «sidi», appliquée aux grands hommes, notamment aux religieux et aux saints. Mais quand on demande qui est ce Sidi Fredj, la plupart vous répondent : «On l'a oublié !»
Il est vrai que pour se souvenir des saints, il faut disposer de traces tangibles de leur passage et la trace du saint est son mausolée ou du moins sa tombe. Sidi Abderrahmane, le saint patron d'Alger, a son mausolée au cœur même de la Casbah et il n'y a pas d'Algérois qui ne soient passés devant son maqam, voire ne l'a visité au moins une fois dans sa vie. Sidi Mhammed Boukobrine a même deux tombes : une au Hamma d'Alger où il a longtemps vécu et enseigné et l'autre aux Aït Smaïl (dans la région de Boghni), dans le Djurdjura où il est né et a passé son enfance. Si le souvenir de certains saints est toujours vivant, c'est justement parce que leur tombe ou leur mausolée est resté. A Alger, on ne connaît plus grand-chose de Sidi Helal, surnommé Boulmezbara, l'homme à la hache, mais on connaît son petit mausolée, situé derrière le lycée Abdelkader. Il y a quelques décennies encore, il recevait la visite de femmes qui venaient répandre du sel à l'intérieur du sanctuaire. Mais qui se rappelle Sidi Zouaoui, dont le mausolée se trouvait au niveau de la rue Ben Mhidi et qui a été rasé lors du percement de la rue d'Isly ? Plus personne !
La kouba de Sidi Fredj a subi le même sort que Sidi Zouaoui, les envahisseurs français l'ont démolie. Les visites, qui avaient lieu autrefois au mausolée et qui revêtaient une grande solennité, ont été, de ce fait, interdites. Jusqu'au nom du saint homme qui a été déformé en Sidi Ferruch. Le véritable nom ne sera rétabli qu'à l'indépendance qui, rappelons-le, eut lieu un 5 Juillet.
Le temps est venu aussi de faire connaître cet homme qui était l'un des saints les plus connus de la côte ouest d'Alger. (à suivre...)


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.