L'art de la confusion.    Après la découverte d'une bombe à M'chedallah, les villageois réclament la sécurité    Emeutes à Si Mustapha (Boumerdès) : la population se révolte en signe de soutien au président d'APC    Dans les coulisses de : Naïma Salhi «chassée» de Naciria et de Chabet ElAmeur    Mouvement au sein des chefs de sûreté de wilaya    Ouverture demain du Salon international des dattes    Exploitation des mines d'or dans le Sud : les discussions avec les partenaires étrangers avancent    Turquie 9 morts et 86 blessés dans un accident de train à Ankara    Défi de survie pour le mouvement des «gilets jaunes»    Natation : Sahnoune éliminé sur 50 mètres en Chine    CNAS : tenter de réduire les accidents du travail    Ouadhias (Tizi Ouzou) : Deux voleurs de batteries de relais téléphoniques identifiés par la police    Soins des Algériens en France : Y a-t-il un changement ?    Yacine Mahideb. Poète : Des mots pour panser des blessures    Issiakhem : Il aurait sans doute ri !    Issiakhem de A à Z    La menace terroriste plane à nouveau sur la France    Bouira : Le DJS sur la sellette !    Tournoi de beach-volley demain et dimanche à Oran    Sidi-Saïd prend de vitesse ses détracteurs    L'auto-satisfecit algérien    Le FLN part en favori    Une bonbonne de gaz explose dans un restaurant mobile    Gâteau aux raisins secs    «Tôt ou tard, le tarif de l'électricité doit être revu»    Trio malien pour JS Saoura-IR Tanger    Votre week-end sportif    La revanche des riches    Déclaration de politique générale du gouvernement: Ouyahia dément tout empêchement de la présidence    Démission du SG et menaces du RCK: La FAF et la LFP retombent dans leurs travers    Un individu sous les verrous: Chantage sur le Net    Aïn El Turck: Cinq femmes tuées par le monoxyde de carbone    10 familles d'El Djebass relogées    Division nationale amateur - Ouest: Le dauphin à l'assaut du leader    Défaitisme    Bouchareb ne va pas durer longtemps    L'histoire à méditer    Coup d'envoi de la première rencontre culturelle «Voix de femmes»    Une ville au passé révolutionnaire    Réminiscences de mots à l'Espaco    Répression meurtrière à la suite de manifestations de l'opposition    Brexit : Theresa May à la peine dans son tour d'Europe pour obtenir des concessions    Commerce : Engagement de l'Algérie dans tout projet pour le développement de l'Afrique    Chine et Etats-Unis … les "nouveaux rivaux"    Inter Partner Assistance Algérie fête ses dix ans en triplant son capital social : Le meilleur est à venir    Mondial des clubs: Vers une finale River Plate-Real Madrid    Hydrocarbures : Sonatrach et la compagnie russe Transneft signent deux contrats    Un monument à Soljenitsyne inauguré à Moscou le jourde son centenaire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une ville, une histoire
La légende de Sidi Ali Embarek (1re partie)
Publié dans Info Soir le 29 - 10 - 2006

Périple n Les trois hommes marchent longuement, s'arrêtant dans les agglomérations qu'ils traversent, mangeant ce que les gens leur donnent, buvant l'eau des sources...
La ville de Koléa, qui se trouve à 42 km au sud-ouest d'Alger, s'étend sur les collines du Sahel, dominant l'oued Mazafran et la Mitidja. C'est une ville relativement récente, par rapport à d'autres villes algériennes, puisque sa fondation ne remonte qu'à la seconde moitié du XVIe siècle. Comme son nom l'indique, qouli'â, est une ville fortifiée, construite par le bey Hassane ben Khereddine. Celui-ci l'a peuplée d'Andalous qui ont apporté avec eux leur style de vie, leur savoir et leur savoir-faire. Des écoles sont ouvertes et bientôt, la réputation des maîtres qui y enseignent se répand.
C'est ainsi que loin de là, dans la vallée d'Eghriss, du côté de Mascara, un homme d'une quarantaine d'années, appelé Sidi Ali Mbarek, féru de sciences, entend parler de Koléa et de ses doctes savants.
Dans sa tribu, il est connu par sa piété et certains voyaient même en lui un saint, ce qui explique le titre de «sidi», «mon seigneur», qu'on lui donnait.
Chez lui, il s'est initié à l'écriture et à la lecture et a même appris le Coran. Cela lui a suffi jusqu'ici, mais voilà que la soif d'apprendre le prend. Un jour, il décide de partir.
Il en parle à deux de ses connaissances, auxquelles il propose de le suivre.
— Nous partagerons ce que nous gagnerons, leur dit-il.
Un beau matin, ils partent, sans en informer personne. Ils n'ont pour tout bien que leurs baluchons dans lesquels ils serrent quelques effets et leurs burnous. Celui de Sidi Embarek est tout rapiécé, il l'a tellement porté qu'il est presque en lambeaux.
Les trois hommes marchent longuement, s'arrêtant dans les agglomérations qu'ils traversent, mangeant ce que les gens leur donnent, buvant à l'eau des sources.
Si Sidi Embarek supporte les désagréments du voyage – le Prophète Mohammed n'a-t-il pas dit que le voyage est une portion du châtiment divin — ses compagnons semblent se lasser.
— C'est encore loin, cette ville où tu veux nous conduire ? lui demandent-ils
— Il faut encore marcher, répond Sidi Embarek
— Nous sommes fatigués, disent les deux hommes.
— Un peu de patience, et vous serez comblés !
Il leur parle de Koléa, la ville des savants.
— Nous nous abreuverons bientôt de science comme nous ne l'avons jamais fait auparavant. Nos peines seront récompensées !
Le petit groupe continue donc d'avancer, mais le chemin paraît encore bien long.
— Ce lieu est encore loin ? ne cessent de demander les deux compagnons
— Patience , patience, dit Sidi Embarek
Mais la patience a des limites.
A l'approche de la ville de Miliana, dont on aperçoit les vergers et les jardins fleuris, les deux hommes refusent de continuer.
— C'est ici que nous allons nous arrêter, dit l'un d'eux
— Reste avec nous ou alors, si le cœur t'en dit, continue...
Sidi Embarek choisit de continuer. Il prend congé de ses compagnons et reprend la route. (à suivre...)


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.