PSG : Pochettino s'exprime pour Neymar    Extinction de l'action publique dans l'affaire Tabbou    Barça : Koeman tranquille pendant deux jours    Bordj Bou Arréridj : Retard dans le versement des cotisations    Les micro-entreprises appelées à s'inscrire    Le gouvernement envisage une protection policière pour les députés    Italie : deuxième tour des élections municipales à Rome    L'UGTT appelle à présenter les objectifs    Fin des procès par visioconférence à Oran    Brahim Laâlami transféré à la prison de Bouira    Près de 300 harraga secourus en mer par les Espagnols    Le Cnapeste s'alarme de la dégradation de la situation des enseignants    Massacres du 17 octobre 1961 : Fatima, la fille du fleuve, une BD contre l'oubli    Nombreux appels à la désescalade    Issine ? Connais pas !    Tebboune déclare la guerre aux spéculateurs    Un nouveau concept sur le marché des assurances    Paqueta croit aux chances du Chabab    Medaouar assure que «rien n'est officiel»    Milan prend la tête après un samedi renversant    Le MSP menace de se retirer    Le chef de l'état se recueille au sanctuaire du Martyr    Benbouzid «corrige» l'OMS    «Rien n'a été fait en matière de prévention»    Cherchem    «L'informel ? Un danger pour la sécurité du pays»    Présentation à Alger d'une pièce théâtrale sur la Révolution algérienne    Liga : Le Barça se reprend face à Valence    Asphyxiées par le monoxyde de carbone: Trois personnes sauvées par la protection civile à Es-Sénia    Haï Edhaya: Un quinquagénaire mort dans un incendie    WA Tlemcen: Une nouvelle ère commence    Croissance factice    La mort comme seul héritage    17 octobre 1961: L'Algérie n'acceptera jamais une amnistie des mémoires    Tlemcen: Une stèle dédiée à Benaouda Benzerdjeb    Les néo-harkis reviennent cette semaine    «Il n'y a pas de petits ou de grands pétards»    La main tendue de Lamamra    Le Polisario demande à l'ONU de préciser la mission de son émissaire    Déboires d'un père de 9 enfants    Une loi pour protéger les institutions    Où finira robert Lewandowski?    La France officielle se cloisonne    L'Algérie «rapatrie» le 17 octobre 1961    Un langage et des paradoxes...    Vers de nouvelles hausses en 2022    "Ni complaisance, ni compromission"    Plusieurs secteurs à l'ordre du jour    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Vers une baisse des prix
Publié dans Info Soir le 23 - 10 - 2003

Dans le but d?encourager la production des génériques, le ministère de la Santé a pris une série de mesures qui concernent, outre l?importation, l?enregistrement des médicaments produits localement ou importés.
Ainsi, il a été rappelé que seuls les médicaments génériques et ceux dits «princeps» sont enregistrés pour l?importation, à condition qu?«il n?existe pas de médicament générique déjà enregistré et que le surcoût du médicament dit "princeps" n?excède pas les 25 % du tarif de référence publié au Journal Officiel pour la dénomination commune internationale (DCP) correspondante».
S?agissant de l?importation des médicaments, le ministère de la Santé a décidé de l?autoriser dans le seul cas où la production nationale ne répond pas aux besoins du marché local. Néanmoins, les prix de référence du médicament générique n?ont pas été revus, au grand dam des opérateurs en pharmarcie.
En effet, alors que l?on s?attendait à ce que cette tarification qui date de plusieurs années soit modifiée, les pouvoirs publics l?ont maintenue, le ministère de la Santé n?ayant pas jugé utile de définir avec précision le médicament générique. Toujours est-il que les mesures prises par les pouvoirs publics ont été saluées par les producteurs nationaux du médicament, qui ne sont pas nombreux, il faut bien le souligner.
C?est que la production locale a été longtemps délaissée au profit de l?importation, de l?aveu même du ministère de la Santé, dont la nouvelle politique vise à «mettre le médicament à la portée de tous les citoyens». Plus explicitement, l?on aspire à ce que le médicament devienne le moins cher possible.
Le citoyen peut-il espérer dès lors une baisse des prix ? A priori oui, puisque si les mesures prises viennent à être scrupuleusement appliquées, il est certain que les prix des médicaments génériques baisseront.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.