PROCES DE SAID BOUTEFLIKA ET DES GENERAUX TOUFIK ET TARTAG : Le gouvernement se prononce sur la transmission en direct    Les conditions pour une participation honorable à l'élection présidentielle du 12 décembre 2019    EFFONDREMENT D'UN VIEIL IMMEUBLE A VALERO : Deux femmes coincées dans les décombres secourues    MASCARA : La BRI démantèle un réseau de faussaires de billets de banque    Boumerdès : 4 harragas meurent noyés en mer et 9 autres disparus    Juventus: Simeone encense "l'animal" Ronaldo    EN : Une dernière étape avant d'officialiser le match face à la Colombie    Juve - Sarri : "le foot italien ne peut pas se considérer parmi les favoris"    Craintes d'un nouveau conflit armé dans le Golfe    Les raisons d'un bouleversement politique    "C'est toute la classe politique qui vient d'être sanctionnée"    Hyundai i10 2020 Changement et modernisation    Marche et grève générale le 24 septembre    Les campus toujours au rendez-vous    Rassemblement aujourd'hui devant le siège du parti    L'entraîneur de Horoya AC évoque le match retour    Rebiai et Bouhalfaya libérés, Koudri et Moussaoui appelés    Malgré les arrestations et le dispositif sécuritaire : Les étudiants en force    «Le circuit de distribution doit être assaini»    Des administrateurs pour Sovac et Global Group    Les commissions d'inspection des écoles primaires à pied d'œuvre    ACTUCULT    Une vingtaine d'artistes participent à la manifestation    sortir ...sortir ...sortir ...    Les super héros des Comics et Marvel débarquent à Alger    Abdelkader Chaterbache, un artisan au service de l'éducation    Le MSP dénonce les interpellations et hésite sur la présidentielle    Sous le signe de la solidarité avec les détenus    Le rétablissement de la production saoudienne sera difficile    Echos de campus    Le CSA menacé de paralysie    Un grand cinéaste s'en est allé    Révision de la règle 51/49: Des assurances sur les domaines de souveraineté    Alger, Constantine: Samir Belarbi et trois manifestants en détention provisoire    FAF - AG extraordinaire: Le nouveau système de compétition validé    Au cours des derniers mois: Près de 50.000 registres de commerce supprimés par leurs propriétaires    Pour s'enquérir des dysfonctionnements du secteur de l'Education: Une commission d'inspection du ministère de l'Intérieur sur le terrain    157 kg de viande rouge et 62 kg d'abats impropres à la consommation saisis    Les Rohingyas vivent sous la menace d'un «génocide»    Les quatre représentants algériens affichent une belle forme    Libre en juin, Cavani divise en interne    L'UA demande des efforts concertés aux pays africains pour assurer une gouvernance efficace des migrations    L'envoyé de l'ONU attire l'attention sur le risque d'une escalade militaire    Des instructions fermes quant au respect des délais d'avancement des travaux    Les plus lus et les plus traduits au monde    Youcef Meziani n'est plus    Professions de promoteur et d'agent immobilier: Les agréments délivrés par les walis    Grâce à la rationalisation des importations des céréales : L'Algérie a économisé plus d'un milliard de dollars    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Exposition
La sculpture dans toute sa diversité
Publié dans Info Soir le 22 - 04 - 2008

Imaginaire n Une grande exposition de sculpture réunissant une quarantaine d'artistes se tient jusqu'au 15 mai au théâtre de verdure.
L'exposition réunit une quarantaine de sculpteurs avec plus de 200 compositions comme Mohamed Demagh, Toufik Mechtahi, Mehdi Rahmouni et bien d'autres. Tous se différencient les uns des autres d'une façon manifestement distinctive, individuellement créative, singulièrement novatrice ; chacun apparaît dans un imaginaire démonstratif et dans une sensibilité perceptible.
Younès Boutrif fait dans la sculpture sur les roches et pierres – marbre, granit… Il s'empare du matériau, encore à l'état brut, dans son apparence encore primitive, et aussitôt touché, palpé, l'inspiration lui vient, alors, et sans plus tarder, il prend ses instruments de travail – le burin, le marteau et le papier de verre pour le ponçage, lorsqu'il a fini de sculpter son matériau et lui donner une forme, une apparence.
La femme se révèle un prétexte à sa création. Les objets qu'il sculpte et auxquels il confère des volumes et formes anthropomorphes sont l'incarnation de la femme. Des sculptures, comme La femme et le serpent, sont également zoomorphes. Une façon d'apparenter l'humain à la nature, son environnement originel. La femme occupe aussi une place importante dans l'imaginaire de Leïla Ameddah qui, elle, fait porter sur ses sculptures en plâtre et en poudre de marbre – les ingrédients sont mélangés, moulés puis modelés – une forte charge émotive. Elle les marque de son empreinte féminine, conférant ainsi à chacune une psychologie de manière à lui donner une présence. Ce qui fascine encore, en parcourant l'espace d'exposition, c'est bien le travail de Hacen Boulmis qui, à travers ses compositions en bois, nous fait rappeler nos origines africaines. Ses sculptures aux formes insolites, parfois fantasques, sculptures pareilles aux totems ou à ces effigies idolâtrées par les sociétés primitives, sont sensiblement imaginées. Elles sont l'incarnation d'humain comme d'animal.
D'autres sculptures anthropomorphes, réalisées en marbre ou en granit, donnent cette image de divinités, semblables à celles que l'on peut retrouver dans l'Antiquité, ou bien chez les peuples aux croyances tribales.
Si les uns se font dans des démonstrations sculpturale figuratives ou semi-figurative, les autres, à l'exemple de Ben Ali Mehdi, adhèrent, en revanche, à une démarche typiquement contemporaine. Il compose à partir de matériaux de récupération une œuvre en relief qui, d'apparence, se veut abstraite.
Ainsi, l'exposition, riche en apparence thématique, permet d'emblée de montrer que la sculpture est un art manifeste. Comme il y a des peintres, il y a également des sculpteurs soucieux de pratiquer et de développer la sculpture dans la diversité des matériaux utilisés pour le travail de composition, comme aussi dans son originalité artistique : imaginaire, sensibilité… .
l «Cette exposition est importante», explique l'union nationale des arts culturels organisatrice de l'événement, ajoutant : «L'objectif est de rassembler dans un même espace, et à travers plus de 200 compositions, des sculpteurs représentant autant d'imaginaires que de sensibilités.» L'objectif de cette exposition, selon les organisateurs, consiste également à faire connaître ce genre de travail, car, souvent, la sculpture, qui est un art à part entière, pareils aux autres formes artistiques, telle que la peinture, est méconnue par le grand public qui, lui, est plus familier à la peinture. Effectivement, le grand public – un non averti – est souvent habitué à la peinture, et il ne connaît des arts plastiques que cette forme d'expression, parce que les expositions initiées, çà et là, sur la place d'Alger, sont toutes, voire pratiquement, consacrées à l'expression picturale. Les galeries comme les musées manifestent un intérêt privilégié pour la peinture. Toutes leurs manifestations sont vouées à la peinture, à croire que les arts plastiques ne se résument qu'uniquement à cette forme artistique, à savoir la peinture. Un tort est fait, là, à nos artistes. L'exposition s'avère alors une occasion de faire sortir l'art de la sculpture de l'ombre au grand jour, de le hisser à haut niveau d'expressivité ; elle est aussi une opportunité pour les artistes de se faire connaître dans l'art qu'ils exercent et dans lequel ils excellent. «Notre souci est de présenter toutes les formes artistiques sans distinction quelconque», indiquent les organisateurs, soulignant aussitôt le rôle que joue l'union nationale des arts culturels dans la promotion des arts plastiques à Alger comme ailleurs, à travers le pays, lors des salons régionaux consacrés aux arts plastiques.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.