Real Madrid: Navas tout proche du PSG ?    CRB: Amrani dirigera le Chabab à N'Djamena    JSK - Zeghdane: «Nous sommes déterminés, la qualification est notre seul objectif»    "Il y a beaucoup d'arnaques"    Le maréchal Haftar source d'alimentation du marché noir pétrolier    «Les manœuvres marocaines à Guerguerat menacent la sécurité de toute la région»    L'ONU craint une fragmentation    Le Soudan se dote de nouvelles institutions    Une nouvelle coalition pour barrer la route à Matteo Salvini    5e colonne, en marche !    Benflis insiste sur le départ du gouvernement    Le projet de convention nationale finalisé aujourd'hui    Rassemblement demain devant l'ambassade d'Algérie à Paris    Ribéry prolonge le plaisir chez la Viola    Les joueurs mettent fin à la grève    Où en est l'aménagement du futur parc de Sidi-Ghilès ?    Collecte d'affaires scolaires pour les enfants défavorisés    Nouveau décès parmi les pèlerins algériens    3 morts et 35 blessés dans deux accidents de la route    Un danger permanent en période de grosses chaleurs à Naâma    Tôt ou tard, le rêve redémarrera !    Grande offensive des affaires religieuses    Où est passé le ministre des Moudjahidine ?    Trois sœurs de Kasdi Merbah appellent à rouvrir le dossier    Slimani : Tout pour aider son nouveau club    CAN-2019 (U23) : La sélection nationale en stage à Sidi Moussa    Ligue 2 : Le RCA et l'OMA autorisés à jouer à domicile    L'incident a créé la panique : Deux blessés dans la chute du toit d'une bâtisse à Skikda    Litige opposant Hydro Canal à une société italienne: Risque de vente aux enchères des actions de la société algérienne    Enième report de la livraison des 2.800 logements AADL de Misserghine: Les souscripteurs protestent devant la wilaya    Un sommet avant le SommetV: Poutine en villégiature à Bormes-les-Mimosas    Constantine - Marchés des fruits et légumes: Chute relative des prix et timide reprise des activités    Chlef: Le secteur hôtelier renforcé    Djemaï s'essaye au désespéré sauvetage du FLN    La discipline des juges et magistrats    Risque d'embrasement ?    Après d'importants travaux de restauration: Les Arènes d'Oran ouvertes aux visiteurs    Tiaret: Le cimetière, ce lieu de rencontre des vivants    Artistes en herbe à l'affiche    Après le Front El Moustakbel, rencontre avec Talaï El-Houryate : L'instance de médiation et du dialogue à la rencontre de la société civile    Au deuxième trimestre : L'économie allemande s'est contractée, l'export souffre    Carlos Lopes: Avec la ZLEC, "les Africains ont avantage à faire du commerce intra-africain"    Au second trimestre : Thomson Reuters relève ses prévisions après une croissance de 4%    Energie solaire L'Algérie est prête pour la réalisation du projet national de production de 5600 MW d'électricité    Les 4 conditions de Benflis    Appel à l'investissement privé    L'opposition s'inquiète de l'entrée en vigueur de l'état d'urgence    Javier Bardem appelle à protéger les océans    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





De la sculpture au théâtre de Verdure
UNAC. Arts plastiques
Publié dans El Watan le 20 - 04 - 2008

A l'initiative de l'Union nationale des arts culturels (UNAC), le Théâtre de Verdure à Alger abrite, depuis mercredi dernier, une exposition de sculpture.
Cette manifestation durera jusqu'au 15 mai prochain. Elle est marquée par la participation de 45 sculpteurs, lesquels proposent au public plus de 200 œuvres. Entre autres participants, le sculpteur Mohamed Demagh, qui présentera trois de ses compositions. Il travaille avec des objets et matériaux récupérés lors de ses randonnées. Il les allie et combine pour leur donner forme et expression. « Dans le rien, il y a des multiplications et des multitudes. A chaque seconde, on grandit. Le mouvement devient des mots. Je ne donne pas de titres à mes œuvres », indique l'artiste rencontré sur les lieux. Ainsi, il récupère une guitare sèche usée qu'il fixe horizontalement sur un socle en bois façonné comme une clé qu'on utilise en musique pour identifier les notes. « Pour moi, le bois rappelle la terre. Nous sommes nés de la terre. Je manie la matière pour lui donner une âme. Elle devient vivante et procure de la joie », relève le même interlocuteur. L'artiste n'utilise pas les techniques de modelage et de moulage. « Je n'utilise pas ces techniques. Quand je récupère un objet ou un matériau, je le transgresse d'une manière à lui donner la vie », poursuit-il. Avec du bois, de la terre et du plastique, il confectionne une espèce de tison qu'il incruste dans un socle en forme de cœur. La troisième composition est conçue à base de bois, auquel il donne la forme d'un tronc d'arbre qu'on dirait frappé de foudre. Une partie de la sculpture présente discrètement une figure humaine souriante. Par son harmonie, la composition traduit dans sa totalité la nature dans toute son exubérance et sa luxuriance. Pour l'artiste : « Les fleurs sont libres, parce qu'elles ne sont pas dans le jardin. » La sculptrice, Leïla Ameddah, participe avec deux œuvres. Il s'agit de Maternité et Elégance. Elles sont créées à base de plâtre et de poudre de marbre. Elle a utilisé les techniques de moulage et de modelage. Les sculptures sont semi-abstraites et reflètent le souci de l'artiste pour le mouvement et son unité. Il est en spirale dans Maternité et sinueux dans Elégance. « Créer une sculpture suscite des sensations qu'éprouve une femme durant l'accouchement. Parce que les opérations de moulage et de modelage demandent beaucoup d'attention, sinon la sculpture risque de se briser ou de se fissurer », relève l'artiste. Younès Boutrif privilégie la sculpture sur les roches et pierres à l'exemple du marbre, du granit, du cristal, du silex et du jade. Il les travaille avec le burin, le marteau et le papier de verre pour le ponçage. Outre les calligraphies, l'artiste s'intéresse à la femme. « J'ai choisi de faire de la sculpture avec la pierre par défi. Car, il n'est pas donné à n'importe qui de manier la pierre, et de lui donner la forme voulue. Mon prétexte est la femme. C'est-elle qui donne la vie », explique le sculpteur. Les sculptures de Younès Boutrif ont des formes et des volumes anthropomorphes et zoomorphes, c'est ce que traduisent à titre d'exemple ses compositions La Femme et le Serpent et Femme-bouteille. Cherif Mennoubi s'inspire du patrimoine. Il utilise la résine, le plâtre, le bronze et la pierre pour créer ses figurines. Sans titre est incarnée par une femme dans un habit traditionnel polychrome, une jarre vide sur l'épaule. « Pour cette figurine, j'ai utilisé beaucoup de couleurs. Il s'agit pour moi de la richesse culturelle qui caractérise l'Algérie. » La composition est créée avec un mélange de plâtre et de résine. D'autres artistes ont choisi d'autres formes et matériaux, à l'exemple de Mohamed Massen qui manie le métal de manière filiforme. Mourad Ikane s'investit dans les bustes. Nourreddine Ben Azzouz s'inspire des masques africains. On peut aussi découvrir, à travers cette exposition, les techniques de collage et les bas-reliefs.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.