Les souscripteurs s'approprient les lieux    Après le choc, la colère !    "J'ai toujours été un fan de la JSK"    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Séisme à Mila: urger la réparation des pannes des réseaux AEP    Dispositif sur l'ouverture graduelle des plages et des lieux de détente à partir de samedi    Mila: le barrage de Béni Haroun est équipé d'installations parasismiques    Arrêt de la saison 2019-2020: la JSK conteste la décision de la FAF    EL TARF : Saisie de 3 pistolets automatiques et près de 680 cartouches    RESSORTISSANTS ALGERIENS RAPATRIES DE L'ETRANGER : L'Algérie réduit la période de quarantaine    RND: le dernier congrès, une "étape décisive" dans le parcours du parti    Médias-Pratiques anti-professionnelles: engager une réflexion collective    Séisme à Mila: la Libye entièrement solidaire avec l'Algérie    Accidents de la route: 6 morts et 371 blessés en 48 heures    CORONAVIRUS : Djerad annonce l'ouverture des mosquées le 15 août    ALGERIE - FRANCE : Une écriture commune de l'histoire "n'est pas possible"    583 nouveaux cas confirmés et 11 décès en Algérie    27 migrants morts    Le PAD tire à boulets rouges sur le pouvoir    Les 4 samedis    Vaste mouvement dans le corps des magistrats    Les mains de l'intérieur !    MCA-GSP, enfin le retour aux sources !    Ciccolini fier d'entraîner les Rouge et Noir    Fermeture de près de 5 400 commerces à Alger    Zakaria Draoui fait son come-back    5 août 1934 : du lieu-dit des pogroms au fantasme de la «tolérance»    Banni de Twitter pour antisémitisme, le rappeur Wiley défend ses publications    Moula Moula et d'autres contes, premier recueil du conteur Seddik Mahi    L'Algérie envoie quatre avions humanitaires à Beyrouth    21 morts dans une attaque dans le nord du pays    Des pays émergents risquent l'insolvabilité    Belkecir, Zendjabil et les réseaux de la drogue    Le wali d'Annaba retire sa plainte contre Mustapha Bendjama    Un militant du hirak placé sous mandat de dépôt    Amar Chouaki, nouveau directeur général    L'artiste peintre Hadjam Boucif n'est plus    "Tu n'as pas seulement été mon avocate, mais une grande sœur"    Lire en Algérie, dites-vous !    US Tébessa : Le président Khoulif Laamri n'est plus    Aïn Charchar (Skikda) : La pastèque se cultive dans la zone d'activité industrielle    L'opposition irritée par la candidature de Ouattara à un troisième mandat    Production de la pomme de terre à Tébessa : Des prévisions pour plus de 1,3 million de quintaux    Mohamed Belkheiria, premier condamné à mort exécuté    «Celia Algérie» sollicite l'intervention du wali de Blida: Le blocage de l'usine de Beni Tamou perdure    Djezzy: Hausse des investissements et des revenus    Après Mme Dalila, Mme Maya, voilà Mme Sabrina : «arnaque-party ?»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Projet de télémédecine
Pour desservir les régions isolées
Publié dans Info Soir le 02 - 06 - 2008

Apport n La politique de la santé en Algérie ne peut se concrétiser sans l'apport des technologies récentes en matière de communication et d'information.
La télémédecine représente une de ces alternatives pour assurer un soin de qualité aux populations des régions isolées. L'initiateur de ce projet, le Dr Hatem Hocini, a bien voulu nous en parler. Pour notre interlocuteur, c'est un projet pilote initié et conduit par le Cdta (Centre de développement des technologies avancées). Le Centre pour le développement international (Crdi - Canada) y participe à travers une subvention. Les principaux partenaires dans la concrétisation de ce projet sont au nombre de 6 : le centre de santé de Hadjira, Algérie Télécom satellite ainsi que 4 hôpitaux (Birtraria, Hacène-Badi, Ouargla et Adrar). Le projet a reçu le soutien du ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique et du ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière.
«Le projet concerne le développement d'une plateforme télémédecine et son déploiement sur les services pédiatriques des hôpitaux engagés dans le projet et constituant un premier miniréseau pilote de télémédecine. Ce réseau de télémédecine assure en premier lieu la téléconsultation, l'assistance à distance d'actes chirurgicaux, la formation continue des médecins ainsi que l'aide au diagnostic», souligne notre interlocuteur.
Le réseau dont il est question dans ce projet a été mis sur pied de manière bien étudiée. Chaque nœud du réseau est doté d'une plateforme développée au sein des laboratoires du Cdta, qui permet :
• La tenue de vidéoconférences interactives.
• La numérisation des images médicales sous format papier ou films radiographiques à partir de stations PC.
• Le transfert d'images médicales fixes et/ou animées sous les formats standards d'imagerie médicale (Dicom).
• La communication entre médecins à travers le web (chat, forums de discussions, newsletter, mailing,…) ou en utilisant la voix sur IP.
• Le travail collaboratif sur des dossiers de patients en utilisant le tableau blanc interactif ou le partage d'applications.
• L'accès à un serveur vidéo hébergeant les documents multimédia de formation ou de perfectionnement des professionnels de la santé.
«Dans une première phase, depuis le 27 novembre 2007, les premières exploitations du réseau ont porté sur les services de pédiatrie des cinq nœuds et démarré avec les activités suivantes :
l Consultations de patients à distance.
l Colloques hebdomadaires (revue de presse et revue des sortants).
l Téléformation (cours et séminaires).
l Télédiagnostic et travail collaboratif entre médecins.
lAssistance à distance lors d'opérations chirurgicales.
Au sujet des caractéristiques inhérentes à ce projet, le Dr Hocini dira : «Il y a deux aspects. Le premier purement technologique et concerne le choix du support télécom et l'intégration technologique. Nous avons étudié les différentes technologies de télécommunication offertes dans notre pays, compte tenu de la qualité de service garantie, du coût de la mise en place, des coûts de fonctionnement, de la facilité de déploiement... Egalement, nous avons effectué un travail relatif au choix de la plateforme software sur laquelle repose la plateforme et son architecture, les normes et protocoles mis en jeu, l'interface homme-machine et la convivialité nécessaires.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.