Covid 19 : L'Algérie projette l'exportation du vaccin « CoronaVac » vers les pays africains    Corruption : Hamid Melzi condamné à 5 ans de prison ferme    Bendjemil à la tête d'un directoire    Alex Ferguson compare Ronaldo à une grande figure historique    Tlemcen : La Cacobatph prend des mesures au profit des opérateurs économiques    Le départ de Messi ne passe toujours pas pour Tebas    Bientôt un recensement démographique et économique    Bekkaï veut une révision des prix des billets d'avion pour le Sud    Perspectives prometteuses dans la culture du colza    Dispositif d'aide à l'insertion professionnelle pour plus de 1 000 jeunes    Libye et Mali au menu des discussions de Lamamra avec le SG de l'ONU    L'ultimatum de Mahmoud Abbas à l'Etat d'Israël    Le Premier ministre accuse la France d'un «abandon en plein vol»    Une majorité de femmes au Parlement en Islande    La gauche radicale lance sa campagne à Johannesburg    Le procès en appel ajourné pour absence de certains témoins    L'épreuve des signatures    Le sort du RAJ connu ce mercredi    Le Malien Yacouba Doumbia débarque à Tizi    Les Académiciens en stage à Annaba    Lancement prochain de la réalisation d'une première gazonnière en Algérie    Khellaf directeur de cabinet de la présidence, Aggoune porte-parole    La distribution du livre scolaire pose problème    Les comités de quartiers expriment leurs préoccupations    Il frappe son père à coups de couteau, l'agresseur écroué    Drame en haute mer    Un monodrame algérien sélectionné    Débat avec Saïd Boutadjine    Actuculte    Vaste campagne de nettoiement des sites touristiques à Djanet    Tournoi de Toulon : La sélection algérienne des U20 présente    Forêt de Coca: Un jeune découvert pendu à un arbre    Prises de conscience    Faute de pain, nous mangerons des gâteaux !    L'Algérie crée un dispositif d'information passagers    Les locales de toutes les interprétations    Mohamed Loukal, placé sous mandat de dépôt    La recette du Président    La réhabilitation du palais du Bey relancée    Les « solutions » du ministère    "Une priorité" pour Aïmene Benabderrahmane    Faut-il une nouvelle loi?    Au moins 50 morts dans des combats près de Marib    Belmadi en mode mondial    Législatives à suspense pour la succession de Merkel    Appel à la participation au dialogue inclusif    «Ma ville, ma vie, ma bataille...»    Le casting du futur film d'animation se dévoile enfin    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Une ville, une histoire
Récits sapientiaux (74e partie)
Publié dans Info Soir le 14 - 06 - 2008

Résumé de la 73e partie n La pureté des intentions – nniya – est une vertu capitale. Tout ce que l'on fait, dit la sagesse populaire, doit se faire sous son égide.
Rien ne vaut la bonne foi, dit la sagesse populaire. La bonne foi ou les bonnes intentions, c'est la nniya. C'est d'elle que procède la foi, car, dit-on, tout ce qui vient d'elle vient du cœur, c'est-à-dire sans calcul. S'agit-il d'accomplir un acte de la vie religieuse, comme la prière, le jeune ou le pèlerinage, il faut d'abord exprimer sa bonne foi ou l'intention de faire réellement la chose, sans subir de contrainte. Autrefois, aux premiers temps de l'Islam, les conversions obtenues de force, sans l'expression de cette nniya, étaient nulles et non avenues.
«Les actes, disait le Prophète, dans un hadith célèbre, procèdent des bonnes intentions. ‘'Inna'ma al-‘amâl bi- nniyât''».
La nniya passe parfois pour de la bêtise. Il est courant, en effet, d'appeler les personnes faciles à berner, les gens trop crédules de «nniya'», mais cette nniya, qui fait parfois rire, est recherchée par les pieux personnages. «Ah, disait le calife Omar, si seulement j'avais la foi des vieilles femmes !» Cette foi, si simple, si sincère, qui ne se pose pas de questions complexes, n'est-ce pas là, justement, la vraie foi ?
Un récit, que l'on retrouve partout en Algérie, met en scène une femme simple qui vivait en ermite dans la montagne. Elle s'est retirée pour éviter de mal se comporter avec les gens et de ne pas avoir à s'emporter. Dans les régions berbérophones, on dit qu'elle ne parlait que son dialecte berbère et ignorait tout de la langue arabe, dans les autres régions, on dit qu'elle était simple d'esprit et qu'elle n'arrivait même pas à retenir ses prières. Quoi qu'il en soit, elle ne retient pas les paroles qu'il faut prononcer durant la prière. Mais sa foi est très vive et, assise sur un rocher, à longueur de journée, elle lance cette oraison :
«Oh mon Dieu, je t'adore de toutes mes forces…'»
Dieu Tout-Puissant écoute cette prière, lancée inlassablement, et il répond à ses besoins. Ainsi, dit la légende, tous les jours, la pieuse femme trouve toujours sa boisson et sa nourriture.
Elle mange, elle se désaltère et, levant les bras au ciel, remercie son Seigneur.
— Merci pour la substance que tu m'assures !
Et retrouvant encore plus d'énergie dans cette nourriture spirituelle, elle reprend sa prière, inlassablement :
«Mon Dieu, je t'adore de toutes mes forces !»
Dans certaines régions, cette femme passe pour une sainte et on va parfois lui rendre visite.
— Femme de Dieu, lui demande-t-on, invoque pour moi Dieu très Haut !
L'ermite lève les mains au ciel et lance.
— Ô Dieu vient au secours de Tes serviteurs !
Et elle achève sa prière par ces mots :
«Mon dieu je t'adore de toutes mes forces !»
Et Dieu répond toujours à sa fidèle servante.
Parfois, on lui apporte des vivres, on lui donne même de l'argent, mais elle refuse de le prendre.
— A quoi cela pourrait-il me servir ? Dieu me donne chaque jour ma subsistance (à suivre...)


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.