«Des forces non constitutionnelles gèrent le pays»    «La grève ne doit pas toucher le système pétrolier et gazier»    L'ADE prépare la saison estivale    L'après-Bouteflika a déjà commencé    Bronn forfait face au Swaziland et l'Algérie    Les Verts pour terminer sur une bonne note    Le GS Pétroliers passe en quarts    Saisie de 100 g de cocaïne et 12,5 kg de kif    Saisie de 9 322 comprimés psychotropes    ON A TOUJOURS REFUSE DE NOUS ECOUTER. AUJOURD'HUI, ON VA SE FAIT ENTENDRE    USM Annaba: L'attaque, ce maillon faible    RCK - Démission du président Farès: Un directoire mis en place    Le coup de pied de l'âne    Retards dans le lancement des VRD et malfaçons: Les souscripteurs AADL dénoncent    Tébessa: La pénurie d'eau s'installe    Seddik Chihab: Le pays est gouverné par «des forces anticonstitutionnelles»    Algérie - USA: Des experts du FBI pour la formation aux enquêtes sur les vols de patrimoine culture    Programme spécial vacances à la salle Ahmed Bey    2.150 logements AADL-2 livrés le 5 juillet    Refus des visas pour les Algériens    Réunion de travail entre les présidents de clubs et la FABB    Les joueurs poursuivent leur grève    Le corps du pilote italien Giovani Stafanit en voie d'évacuation vers son pays    Aide du PAM pour plus d'un demi-million de personnes    L'ONU présente un nouveau plan pour le retrait des combattants    200 millions d'euros de dégâts depuis le début du mouvement    Première section de formation pour les enfants autistes    Les postiers rejoignent el hirak    «Le mois de mars marqué par "les hauts-faits aux objectifs nobles" du peuple»    Cinq partis politiques lancent un «Rassemblement pour une nouvelle République»    Manifestations populaires et perspectives    Un artiste promis à un million de dollars au Japon    Cheïkh Aïchouba Mostefa dit Si Safa    Célébration du 57e anniversaire de la fête de la victoire    Lamamra maintient le cap    Cascade de démentis    VEHICULES CKD-SKD: Légère baisse de la facture d'importation    De pluies assez soutenues    Constantine : Fin des travaux de consolidation des stations du téléphérique    MARCHES POUR LE CHANGEMENT : Les personnels de la santé appellent au "respect de la Constitution", à "l'indépendance de la justice"    Tamanrasset : Adapter les textes régissant le commerce extérieur avec les spécificités des régions frontalières    Les derniers terroristes del'EI acculés au bord de l'Euphrate    El-Qods occupée: Escalade israélienne, condamnations et mises en garde palestiniennes    Crise au Venezuela : Washington parle de "négociations positives" avec Moscou    Après près de 30 ans à la tête du pays : Le président kazakh Noursoultan Nazarbaïev démissionne    France : La croissance 2019 revue en baisse à 1,4%, dit Le Maire    Ghardaïa, la 51e édition de la fête du tapis reportée sine die    Tlemcen : Les accords d'Evian au centre d'une rencontre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Histoires vraies
Radeau de la mort (1re partie)
Publié dans Info Soir le 10 - 09 - 2008

Etre un grand peintre et n'avoir exercé son art que pendant quinze ans à peine, cela relève de l'exploit. C'est pourtant ce que Théodore Géricault a accompli. En effet, il ne se met devant un chevalet qu'à la fin de ses études. Il meurt à trente-trois ans, et la dernière année il est cloué au lit, incapable de s'approcher de ses pinceaux. Pourtant son Radeau de la Méduse aujourd'hui au Louvre, est un chef-d'œuvre. Qu'on qualifierait d'immortel si, malheureusement, l'utilisation excessive de bitumes par Géricault n'entraînait une détérioration inéluctable de cette œuvre magnifique.
On peut dire que Géricault, pendant toute sa courte carrière, se cherche. Et à la fin de son existence, il déplore : «Si j'avais seulement fait cinq tableaux, mais je n'ai rien fait, absolument rien !»
Pourtant, de bonnes fées se sont de toute évidence penchées sur le berceau de Théodore. Il est beau, charmeur, il plaît à tous, il a de la fortune. Son père, veuf de bonne heure, sa grand-mère... tout le monde l'adore. On fait ses quatre volontés, et il en profite pour abandonner ses études à dix-sept ans. Dès cette époque, il possède une écurie, fréquente le monde où ses beaux yeux à la rêverie orientale font merveille — s'adonne au chant... et sa belle voix émeut les dames. Enfin, il se met à la peinture.
Il s'y voue avec passion, comme pour tout ce qu'il fait. En 1819, Géricault fait l'événement en présentant au Salon Le Radeau de la Méduse. L'artiste n'a que vingt-huit ans, et le tableau est tout d'abord intitulé Scène de naufrage, titre qu'il conservera d'ailleurs longtemps, mais tout le monde connaît l'histoire scandaleuse de l'événement représenté : il ne date que de trois ans.
En juillet 1816, la frégate la Méduse quitte l'île d'Aix. Elle emporte quatre cents soldats et marins français pour occuper le Sénégal qui, jusqu'à la chute de Napoléon 1er, était aux mains des Anglais. Le commandant a des problèmes avec son équipage. Le navire s'échoue sur les récifs du banc d'Arguin, près des côtes du Sahara. Les canots de sauvetage sont insuffisants et, après cinq jours de vains efforts pour dégager la Méduse, on décide d'installer sur un radeau de fortune environ cent cinquante hommes et une cantinière, qui ne quitte pas son époux.
Toutes ces personnes sont choisies parmi les marins et les simples soldats. On les installe, tant bien que mal, sur un radeau improvisé de vingt mètres sur sept. Ce radeau doit être remorqué par les canots. Soudain les amarres qui le relient aux canots sont coupées, et le radeau dérive... La chaleur est épouvantable ; les naufragés baignent dans l'eau de mer jusqu'à la ceinture ; les provisions sont nulles, car il ne s'agit que de biscuits qui sont déjà tombés dans la mer. Il y a plusieurs barils de vin, mais pas d'eau potable.
Ceux qui sont sur le radeau sont souvent d'anciens bagnards, des marins de fortune recrutés un peu partout. Une troupe sans discipline. D'autant plus que seuls trois officiers ont accepté de partager leur sort. Corréard, ingénieur de la Marine, Savigny, chirurgien, et l'aspirant Coudin. La bousculade est insupportable ; on pousse à l'eau soixante-trois des malheureux aucun secours n'est en vue. On se livre, sous l'empire de la faim, à des actes d'anthropophagie. Après trois jours, certains naufragés construisent au centre du radeau une plate-forme qui permet de se tenir au sec, mais dès le quatrième jour la chaleur africaine, dite «calienture», provoque des crises de folie. Certains se jettent à la mer pour aller «boire un coup au cabaret du coin» ; d'autres succombent aux blessures infligées par leurs compagnons de misère. Car les soldats ont emporté leur sabre. (à suivre...)


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.