Golan occupé.. Les habitants du Golan dénoncent Washington    Eliminatoires CAN 2019 U23 (match aller).. Guinée Equatoriale 0 Algérie 0    ligue 1.. Lamine Kebir : «L'USMA a toujours son destin entre les mains»    Journée internationale des forêts.. Près d'un million d'arbres ont été plantés en Algérie    Festival «lire en fête» à Khenchela.. Grande affluence    Tébessa.. Deux bombes artisanales détruites    En amical hier à Paris.. La JSK s'incline face au Red Star (1-0)    JOURNEE NATIONALE DE L'AVOCAT : Nouvelle marche pour le respect de la volonté populaire    TRANSFORMATEURS ELECTRIQUES DEFECTUEUX : Un danger pour les citoyens de Tiaret    PROTECTION DES VEGETAUX : Nouvelle alerte au mildiou à Ain Nouissy et Hassi Mamèche    Les différentes logiques du pouvoir de 1963/2019    MASCARA : Saisie de comprimés de psychotropes à Baba Ali    MOUVEMENT POPULAIRE : Bouabdellah Ghlamallah insiste sur l'unité nationale    La nuit a toujours peur du soleil    MINISTERE DE LA CULTURE : Abdelkader Bendamèche nommé directeur de l'AARC    Trucs et astuces    Un seul mot d'ordre : «Système dégage»    Pas de communication    Benzia et Slimani s'entraînent hors du groupe    Les 4 samedis    Rencontre avec une «bleue» des marches    «Libérez la télévision»    Intempéries: Des inondations et des routes coupées    CHU d'Oran: Lancement des travaux de rénovation du réseau AEP    Conflit OM-JSK: La FAF appelle les deux présidents à la sagesse    Chlef: Le commerce informel fait toujours parler de lui    Aéroport Ahmed Benbella: Saisie de 108 cartouches de cigarettes    Alors que les manifestants contestent toute ingérence étrangère: Paris émerveillée, Moscou prudente    Mohamed Mebtoul à Médiapart: «Bouteflika et sa clientèle continuent de mentir au peuple»    Blida: Collision entre un bus et deux camions, 1 mort et 11 blessés    La Ligue arabe dénonce la saisie des recettes d'impôts par l'occupant israélien    La solution de classe mondiale pérenne et performante pour l'efficacité énergétique des bâtiments AIRIUM    Prenez votre envol avec la technologie intelligente de LG    La FNAI alerte contre des transactions immobilières douteuses    Tizi Ouzou au rendez-vous    Une cache contenant des armes et des munitions découverte à Tamanrasset    La Guinée Bissau croit en la qualification    L'Algérie décroche 37 médailles dont 9 en or    Contrat de partenariat entre la Fédération algérienne et BP jusqu'en 2020    Meeting du Front El Moustkbal à Aïn Temouchent    Une autre étape du processus du règlement du conflit    Une production d'oeuvres sur fond de contestations    Une "conférence nationale" en avril pour dresser une "feuille de route"    Les explications de l'ambassade US    Des familles évacuées et plusieurs routes coupées    "C'est l'Algérie qui décide de son avenir"    L'Algérie est devenue un "exemple à suivre"    Création prochaine de la 1re école de musique militaire en Afrique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dans la lucarne : Réalisme de l'art, art du réalisme
Publié dans El Watan le 15 - 06 - 2006

Dans la série Palettes, sur Arte, le réalisateur Alain Jaubert consacre un brillante étude au célèbre tableau Le radeau de la Méduse du peintre français Théodore Géricault. Cette œuvre extraordinaire, peinte par Géricault entre 1817 et 1818, est une étape majeure de l'art romantique.
Géricault, en dépit de son jeune âge - il est né en 1791 - fait preuve dans cette toile d'une très grande maturité politique. Le radeau de la Méduse est une œuvre engagée dans laquelle l'artiste fait écho à un événement qui s'était déroulé quelques années plus tôt. En 1816, la France arme quatre puissants navires qu'elle destine à la conquête du Sénégal. Au large de la Mauritanie, la frégate La Méduse, qui fait partie de cette flotte guerrière, fait naufrage. Ses occupants, au nombre de 147, montent sur un radeau. Seuls une dizaine de ces naufragés survivront au terme d'épreuves atroces. Des actes abominables s'étaient déroulés sur le radeau où les survivants s'étaient même livrés au cannibalisme. C'est de cet événement tragique qui fit grand bruit dans la France de l'époque, que Théodore Géricault fera la matière de son grand tableau. Le peintre avait suivi ce fait divers dans ses détails les plus infimes et il y avait trouvé une forme de résonance de ses propres inquiétudes esthétiques et métaphysiques. Géricault était un surdoué, un peintre flamboyant dont la personnalité, vite affirmée, le désignait comme l'un des grands noms de son époque. Géricault avait été initié à la peinture par Carle Vernet. Pour cette raison, il croisera le chemin du fils de Carle, Horace Vernet, qui se fera connaître, lui, pour son affiliation à l'orientalisme et ses toiles à la gloire du colonialisme français en Algérie. Issu d'une riche famille de la ville de Rouen, Géricault fit très tôt preuve d'indépendance. Tant à l'égard de ses parents que des canons académiques de la peinture dans les années 1800. Attaché au courant romantique, Géricault était sans doute beaucoup plus un peintre réaliste dont les premiers travaux s'inspiraient de la vie de tous les jours. Il était empreint de cette sensibilité de la quotidienneté qui le rendait attentif aux événements qui défrayaient la chronique. Le naufrage de la Méduse constitua pour sa carrière un embrayeur qui lui permit de mettre en circulation ses idées. Sa toile est aussi un reflet de sa propre personnalité dans sa dimension mortifère outrée. Géricault était un être déchiré, maladif, un peu sulfureux par bien des aspects de son existence intime. Il avait cherché, un moment, à fuir la France. Il se fixa peu de temps en Angleterre où il tentera de renouveler son inspiration thématique. Mais le naufrage de la Méduse lui offrira l'opportunité d'établir un véritable testament artistique. Bouleversé par l'événement, mais dans le même temps en proie aux premières attaques de la maladie qui l'emportera en 1824, Géricault fait de son Radeau de la Méduse un traité de la désespérance, un inventaire de la mortification amplifié par une représentation au réalisme outré de séquences insoutenables d'agonie. Le peintre entendait dénoncer l'abandon à leur terrible sort des naufragés de la Méduse. Son tableau est d'une telle puissance émotionnelle que le spectateur peut le croire peint sur les lieux de la tragédie. En fait, Géricault s'est énormément mis dans cette œuvre. Encore très jeune, le peintre dont le santé est chancelante, est occupé par l'idée de la mort, du déclin de l'âme et du corps. Le temps lui est compté. C'est en grande partie cette conscience de la fin à laquelle il est parvenu qui habite son œuvre majeure Le radeau de la Méduse. Géricault, avec ce tableau, a influencé des générations de peintres qui ont introduit après lui le lien fort entre l'art et le réalisme dans leurs travaux. A la fin de sa vie, Géricault concentrera sa quête artistique sur le monde équestre et le cheval sera au cœur de son art. Le peintre s'éloignait ainsi du climat vénéneux que son œuvre autant que sa personnalité avaient suscité : Le radeau de la Méduse avait entraîné des batailles sans merci dont Géricault était la cible invariable. Ce recul ne préservera pas le peintre des atteintes de la maladie. Il meurt le 26 janvier 1824 à l'âge de 33 ans. Son célèbre tableau le situe, d'entrée, comme le précurseur d'un art qui pour donner la mesure du réel n'en est pas moins appuyé par une inébranlable exigence. Et c'est en cela que le peintre a pu faire école.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.