Galatasaray : Falcao est attendu demain    Installation du président de la Cour d'Aïn Témouchent    Le pouvoir d'achat des citoyens sera préservé    «Cette nouvelle ne concerne pas que les voitures allemandes»    Les eaux souterraines, sources d'approvisionnement en eau potable    L'armée prend le contrôle de la route Damas-Alep et coupe les terroristes de leurs bases    «L'indépendance du juge n'est pas un privilège mais une responsabilité qui lui est imposée»    La sélection algérienne dames termine à la 11e place    Un match contre ses détracteurs    Le FC Barcelone va faire une offre de prêt pour Neymar    Bataille rangée dans les rues d'Aïn Témouchent    Création prochaine d'une nouvelle zone d'extension touristique à Tala-Guilef    El Gasba (flûte), instrument musical phare des fêtes de la région du Hodna    POUR DETENTION DE 1776 UNITES DE PSYCHOTROPES : Une ressortissante espagnole sous contrôle judiciaire à Mostaganem    AEROPORT D'ORAN : Saisie de 6000 euros non déclarés    KSAR CHELLALA (TIARET) : Sit-in des bénéficiaires des logements sociaux    Les habitants revendiquent la délocalisation de la décharge    Sept hectares de forêt ravagés par le feu    Première titularisation et premier but pour Dani Alves avec Sao Paulo    Nouvelle menace de forfait en Ligue des champions    L'activité commerciale peine à reprendre    Gros marché    Ouverture, hier, du procès de l'ex-président déchu    PSA réaffirme ses engagements    Les fausses peurs des «experts»    "Le panel n'est pas sur la bonne voie"    Le FFS appelle le pouvoir à s'inspirer de l'exemple soudanais    Le ministère de la Santé nous écrit    sortir ...sortir ...sortir ...    "Renouer le fil de l'histoire interrompu en 1962"    Collections et musées dans la construction du passé de l'Algérie    Un Festival international des films de femmes à Cotonou    La citoyenneté en débat    Convergence à Ifri pour un ressourcement    Slimani direction à Al Gharafa ?    Sahara occidental : L'avocate espagnole Cristina Martinez empêchée de se rendre à El Ayoun occupée    Angleterre : Chelsea n'y arrive toujours pas    En souffrance aux ports: Les matériels roulants bloqués libérés    Le panel ne parle pas au nom du Hirak mais ses détracteurs aussi    Communiqué - Ooredoo annonce le rétablissement de son réseau de couverture    Solde commercial : Une dégradation prévisible, liée à la structure de l'économie nationale    Une campagne vouée a l'échec    Cause palestinienne : Eddalia réitère le soutien indéfectible de l'Algérie    2e journée de l'Afrique à New York: L'ONU salue la "contribution active" de l'Algérie    Reconnaissance faciale, conduite autonome… La Russie présente à l'Unesco ses "technologies d'aujourd'hui"    La Volkswagen Golf Joint n'est plus disponible    17.200 Seat vendues en 7 mois    Le chanteur andalou Brahim Hadj Kacemanime un concert    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dans la lucarne : Réalisme de l'art, art du réalisme
Publié dans El Watan le 15 - 06 - 2006

Dans la série Palettes, sur Arte, le réalisateur Alain Jaubert consacre un brillante étude au célèbre tableau Le radeau de la Méduse du peintre français Théodore Géricault. Cette œuvre extraordinaire, peinte par Géricault entre 1817 et 1818, est une étape majeure de l'art romantique.
Géricault, en dépit de son jeune âge - il est né en 1791 - fait preuve dans cette toile d'une très grande maturité politique. Le radeau de la Méduse est une œuvre engagée dans laquelle l'artiste fait écho à un événement qui s'était déroulé quelques années plus tôt. En 1816, la France arme quatre puissants navires qu'elle destine à la conquête du Sénégal. Au large de la Mauritanie, la frégate La Méduse, qui fait partie de cette flotte guerrière, fait naufrage. Ses occupants, au nombre de 147, montent sur un radeau. Seuls une dizaine de ces naufragés survivront au terme d'épreuves atroces. Des actes abominables s'étaient déroulés sur le radeau où les survivants s'étaient même livrés au cannibalisme. C'est de cet événement tragique qui fit grand bruit dans la France de l'époque, que Théodore Géricault fera la matière de son grand tableau. Le peintre avait suivi ce fait divers dans ses détails les plus infimes et il y avait trouvé une forme de résonance de ses propres inquiétudes esthétiques et métaphysiques. Géricault était un surdoué, un peintre flamboyant dont la personnalité, vite affirmée, le désignait comme l'un des grands noms de son époque. Géricault avait été initié à la peinture par Carle Vernet. Pour cette raison, il croisera le chemin du fils de Carle, Horace Vernet, qui se fera connaître, lui, pour son affiliation à l'orientalisme et ses toiles à la gloire du colonialisme français en Algérie. Issu d'une riche famille de la ville de Rouen, Géricault fit très tôt preuve d'indépendance. Tant à l'égard de ses parents que des canons académiques de la peinture dans les années 1800. Attaché au courant romantique, Géricault était sans doute beaucoup plus un peintre réaliste dont les premiers travaux s'inspiraient de la vie de tous les jours. Il était empreint de cette sensibilité de la quotidienneté qui le rendait attentif aux événements qui défrayaient la chronique. Le naufrage de la Méduse constitua pour sa carrière un embrayeur qui lui permit de mettre en circulation ses idées. Sa toile est aussi un reflet de sa propre personnalité dans sa dimension mortifère outrée. Géricault était un être déchiré, maladif, un peu sulfureux par bien des aspects de son existence intime. Il avait cherché, un moment, à fuir la France. Il se fixa peu de temps en Angleterre où il tentera de renouveler son inspiration thématique. Mais le naufrage de la Méduse lui offrira l'opportunité d'établir un véritable testament artistique. Bouleversé par l'événement, mais dans le même temps en proie aux premières attaques de la maladie qui l'emportera en 1824, Géricault fait de son Radeau de la Méduse un traité de la désespérance, un inventaire de la mortification amplifié par une représentation au réalisme outré de séquences insoutenables d'agonie. Le peintre entendait dénoncer l'abandon à leur terrible sort des naufragés de la Méduse. Son tableau est d'une telle puissance émotionnelle que le spectateur peut le croire peint sur les lieux de la tragédie. En fait, Géricault s'est énormément mis dans cette œuvre. Encore très jeune, le peintre dont le santé est chancelante, est occupé par l'idée de la mort, du déclin de l'âme et du corps. Le temps lui est compté. C'est en grande partie cette conscience de la fin à laquelle il est parvenu qui habite son œuvre majeure Le radeau de la Méduse. Géricault, avec ce tableau, a influencé des générations de peintres qui ont introduit après lui le lien fort entre l'art et le réalisme dans leurs travaux. A la fin de sa vie, Géricault concentrera sa quête artistique sur le monde équestre et le cheval sera au cœur de son art. Le peintre s'éloignait ainsi du climat vénéneux que son œuvre autant que sa personnalité avaient suscité : Le radeau de la Méduse avait entraîné des batailles sans merci dont Géricault était la cible invariable. Ce recul ne préservera pas le peintre des atteintes de la maladie. Il meurt le 26 janvier 1824 à l'âge de 33 ans. Son célèbre tableau le situe, d'entrée, comme le précurseur d'un art qui pour donner la mesure du réel n'en est pas moins appuyé par une inébranlable exigence. Et c'est en cela que le peintre a pu faire école.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.