Début de l'opération de la révision exceptionnelle des listes électorales    Le procès historique attendu par les Algériens    Report du procès en appel de Kamel Chikhi    «Le marché pétrolier est resté équilibré»    Frais d'engagement des clubs    Le GSP au championnat arabe    Aarab Elyes nouvel entraîneur-adjoint    Real Madrid: Le clan Zidane fait une grande annonce pour son avenir !    Quelles leçons tirer du fort taux d'abstention aux dernières législatives ?    C'est fait à Annaba    Lancement à partir de Batna de la campagne nationale de prévention des risques des inondations    Espace pour préserver son histoire    Un roman inédit de Françoise Sagan en librairie    Djaballah sera-t-il candidat à la présidentielle ?    PROTECTION CIVILE : 12 accidents font 10 blessés à Mostaganem    Plus de 250 nouveaux professeurs en renfort    Un trafiquant de psychotropes condamné à 18 mois de prison    La FAF reçoit l'ambassadeur d'Argentine    Réforme ou manœuvre électoraliste ?    Vers la fermeture de l'usine Renault    Vers l'interpellation des chefs de parti sur le "hirak"    Le pirate qui avait sillonné le ciel algérien arrêté    Plus de 2,6 millions de personnes ont besoin d'une aide alimentaire d'urgence    Et maintenant ?    Un vendredi sur son 31    3 remèdes au miel pour traiter naturellement la grippe    Un incendie détruit une école primaire    L'indépendance de la justice, parent pauvre du système    Imminent changement à la tête des médias publics    La prophétie de Benflis    Pour la mise en place de stratégies d'enseignement de l'art dramatique et de traduction des textes théâtraux    Les Misérables de Ladj Ly, candidat de la France pour les Oscars    Le gouvernement français veut jouer la transparence    Karoui autorisé lors du deuxième tour    Indices    Béjaïa : Les manifs continuent    Téhéran met une nouvelle fois en garde contre une attaque    JS Kabylie : Le CRB et Horaya en ligne de mire    Berraf réagit aux accusations    Sonatrach: Des contrats gaziers à long terme renouvelés dans les prochains mois    Présidentielle en Tunisie … La logique arithmétique plaide pour Kaïs Saïed    Brexit : Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    Au 1er semestre 2019 : Hausse de près de 5% de la production industrielle publique    Y a-t-il une vie en dehors des GAFAM? Episode I : les réseaux sociaux    Lutte contre le changement climatique: L'ONU salue les efforts de l'Algérie    Côte d'Ivoire : La profanation de la tombe de DJ Arafat ne restera pas impunie    Un rapport de l'IGF pointe un risque de faillite    Le chef de la Minurso visite les camps de réfugiés sahraouis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Histoires vraies
Radeau de la mort (2e partie)
Publié dans Info Soir le 11 - 09 - 2008

Résumé de la 1re partie n Le radeau de la Méduse, chef-d'œuvre de Géricault exposé au Louvre, représente le naufrage de la frégate «La Méduse»...
Au neuvième jour, il ne reste plus que vingt-cinq survivants sur cent quarante-neuf personnes. Des papillons se posent sur le radeau : on espère être assez près de la terre ferme. L'embarcation dérive, un bateau passe à l'horizon, mais continue sa route. Au bout de douze jours enfin, un navire, «L'Argus», qui accompagnait «la Méduse», revient sur sa route pour voir ce qu'il est advenu des naufragés. On repère le radeau, qui ne soutient plus que quinze survivants des lambeaux de chair humaine sont en train de sécher au soleil. Une fois à terre, cinq survivants succombent pour s'être trop goulûment jetés sur la nourriture ; la cantinière meurt avec son époux.
Savigny fait partie des survivants et, dès qu'il le peut, il dépose un rapport au ministère de la Marine. La presse, mise au courant, publie une partie du rapport. Le scandale est énorme, la responsabilité du commandant de «la Méduse», Hugues Duroy, comte de Chamareix, est gravement engagée. Le régime de Louis XVIII en est éclaboussé.
Corréard, grâce à des officiers anglais, arrive à son tour à Paris, après avoir séjourné à l'hôpital de Saint-Louis-du-Sénégal, où on l'a laissé nu dans ses draps pendant quarante jours... Il rejoint Savigny, très compromis par la publication du récit, et ils travaillent ensemble à une thèse sur... «les effets de la faim et de la soif». Corréard publie cette thèse. Le Mercure de France ouvre une souscription au profit des rescapés. Nouveau scandale. Corréard est poursuivi par la justice. L'opinion publique s'insurge contre le sort fait à cet homme qui a déjà tant souffert.
Géricault s'arrange pour rencontrer Corréard et Savigny, et il étudie avec eux les détails de la tragédie. Tragédie qui flatte les instincts légèrement morbides du peintre, dont certaines œuvres précédentes représentent exécutions capitales ou assassinats. D'ailleurs, cela fait plusieurs mois qu'il se rend à la morgue pour y étudier des cadavres. Un voleur mort à l'hôpital, dont des amis médecins lui ont confié la tête, est déjà dans son atelier...
Géricault hésite sur le moment du naufrage qu'il va représenter. L'insurrection du premier soir ? Un naufragé en train de dévorer un cadavre ? Il sait qu'il ne doit pas choquer le public du Salon, auquel il destine sa toile. Il choisit l'instant de l'espoir, quand une voile apparaît à l'horizon.
«Je ne peux pas travailler dans mon atelier de la rue des Martyrs. On y est beaucoup trop à l'étroit.»
Géricault découvre l'espace qu'il lui faut dans le faubourg du Roule, juste en face du tout nouvel hôpital Beaujon. Voisinage commode pour se procurer les pièces anatomiques dont il va avoir besoin. Les infirmiers, sensibles à son charme, lui permettront très vite de venir... observer les agonisants. Voilà pour les morts. Mais sur le radeau il y avait aussi des vivants. Il a sous la main Corréard, Savigny et le charpentier rescapé. Pour les autres, il y a les amis et d'anciens grognards, ainsi que des modèles professionnels, dont le «nègre Joseph»...
Durant plusieurs semaines Géricault peint des «morceaux», morts ou vivants, grandeur nature. Il se fait livrer un cadavre, qui demeure plusieurs jours sur la gouttière... Il rend visite à un ami cloué au lit par une jaunisse, et lui dit : «Que tu es beau, que tu es beau !» L'autre, en effet, est d'un jaune citron parfait. La couleur que cherche Géricault pour ses naufragés (à suivre...)


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.