Des cours sur la télévision publique à partir du 5 avril    Coronavirus : 986 cas confirmés, 83 décès enregistrés en Algérie    Real Madrid: son avenir, Modric a tranché    Kheddad a joué un rôle fondamental dans la bataille juridique du Polisario    Décès de Kheddad: un combattant infatigable pour les droits du peuple sahraoui    Biologie médicale: nécessité de création d'un réseau national de laboratoires accrédités    Benbouzid réitère "la gratitude" de l'Algérie à la Chine pour son aide face au Covid-19    Oran: fin de confinement au complexe des "Adalouses"    Un terroriste et trois éléments de soutien éliminés et des munitions saisies durant le mois de mars    « Le peuple du 1er Novembre et du Hirak saura relever le défi »    Coronavirus : facilitations exceptionnelles à l'importation des matières premières nécessaires    Le Mouvement El-Bina dénonce l'attaque féroce" d'une chaîne de télévision publique française contre l'Algérie    Tunisie : Un terroriste de Daech arrêté    Sahara Occidental occupé : 139 000 tonnes de poissons exportés illégalement par le Maroc    Vers une plus forte chute de la demande    Abdelhafid Benchebla. Boxeur algérien (91 kg) : «Mon rêve : décrocher une médaille aux JO et passer en professionnel»    Condoléances    La suspension prolongée jusqu'au 19 avril    "La reprise du Calcio ? Il est trop tôt pour prédire quoi que ce soit"    CSC : Les blessés se remettent sur pied    JS Kabylie : Solidarité avec le personnel médical    Les stations d'essence prises d'assaut à Alger    Vers un nouvel ordre mondial    Appel à la libération des détenus d'opinion    Hamel écope de 15 ans de prison ferme    Le syndicat et les travailleurs restent mobilisés    L'hommage de Larab Mohand Ouramdane aux arbitres    Un Chinois dans la tête d'un Algérien    Action de solidarité avec les confinés du Coronavirus : 10 000 ouvrages distribués    Tlemcen: «Il n'y aura pas de pénurie de fruits et légumes»    Les f et les e 5, la theorie du 100e singe    FAF - Réunion du BF: Réaction d'un fonds de solidarité    Le peuple cubain n'est-il pas ce merveilleux exemple qui indique la voie à suivre? La volonté de survie dans la dignité tout en marquant sa solidarité à l'international par élan humaniste    El Kala: Un mandataire de poissons se fait subtiliser 32 millions de cts    Tébessa: Les panneaux publicitaires dans l'anarchie    Le temps à l'émergence des start-up ?    Rafael Gómez, le dernier survivant de ces Espagnols qui ont libéré Paris    Vous ne détruirez pas notre maison pour construire la vôtre !    Prolongation de la suspension des vols jusqu'à nouvel ordre    L'ambassade de Chine en Algérie réagit    "Il y a quelques malades qui, symptomatiquement, sont bien"    Le Conseil de sécurité prévoit un briefing sur le Sahara occidental en avril    TRIBUNAL DE SIDI MHAMED : Abdelghani Hamel condamné à 15 ans de prison    UN DECRET A ETE SIGNE HIER : Le président Tebboune gracie 5037 détenus    MON PAYS TIENDRA LE COUP BON GRE, MAL GRE.    GM et Ford contraints de produire des respirateurs    L'armée se tient prête pour une"éventuelle intervention"    Les médecins cubains très sollicités face au coronavirus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Histoires vraies
Radeau de la mort (2e partie)
Publié dans Info Soir le 11 - 09 - 2008

Résumé de la 1re partie n Le radeau de la Méduse, chef-d'œuvre de Géricault exposé au Louvre, représente le naufrage de la frégate «La Méduse»...
Au neuvième jour, il ne reste plus que vingt-cinq survivants sur cent quarante-neuf personnes. Des papillons se posent sur le radeau : on espère être assez près de la terre ferme. L'embarcation dérive, un bateau passe à l'horizon, mais continue sa route. Au bout de douze jours enfin, un navire, «L'Argus», qui accompagnait «la Méduse», revient sur sa route pour voir ce qu'il est advenu des naufragés. On repère le radeau, qui ne soutient plus que quinze survivants des lambeaux de chair humaine sont en train de sécher au soleil. Une fois à terre, cinq survivants succombent pour s'être trop goulûment jetés sur la nourriture ; la cantinière meurt avec son époux.
Savigny fait partie des survivants et, dès qu'il le peut, il dépose un rapport au ministère de la Marine. La presse, mise au courant, publie une partie du rapport. Le scandale est énorme, la responsabilité du commandant de «la Méduse», Hugues Duroy, comte de Chamareix, est gravement engagée. Le régime de Louis XVIII en est éclaboussé.
Corréard, grâce à des officiers anglais, arrive à son tour à Paris, après avoir séjourné à l'hôpital de Saint-Louis-du-Sénégal, où on l'a laissé nu dans ses draps pendant quarante jours... Il rejoint Savigny, très compromis par la publication du récit, et ils travaillent ensemble à une thèse sur... «les effets de la faim et de la soif». Corréard publie cette thèse. Le Mercure de France ouvre une souscription au profit des rescapés. Nouveau scandale. Corréard est poursuivi par la justice. L'opinion publique s'insurge contre le sort fait à cet homme qui a déjà tant souffert.
Géricault s'arrange pour rencontrer Corréard et Savigny, et il étudie avec eux les détails de la tragédie. Tragédie qui flatte les instincts légèrement morbides du peintre, dont certaines œuvres précédentes représentent exécutions capitales ou assassinats. D'ailleurs, cela fait plusieurs mois qu'il se rend à la morgue pour y étudier des cadavres. Un voleur mort à l'hôpital, dont des amis médecins lui ont confié la tête, est déjà dans son atelier...
Géricault hésite sur le moment du naufrage qu'il va représenter. L'insurrection du premier soir ? Un naufragé en train de dévorer un cadavre ? Il sait qu'il ne doit pas choquer le public du Salon, auquel il destine sa toile. Il choisit l'instant de l'espoir, quand une voile apparaît à l'horizon.
«Je ne peux pas travailler dans mon atelier de la rue des Martyrs. On y est beaucoup trop à l'étroit.»
Géricault découvre l'espace qu'il lui faut dans le faubourg du Roule, juste en face du tout nouvel hôpital Beaujon. Voisinage commode pour se procurer les pièces anatomiques dont il va avoir besoin. Les infirmiers, sensibles à son charme, lui permettront très vite de venir... observer les agonisants. Voilà pour les morts. Mais sur le radeau il y avait aussi des vivants. Il a sous la main Corréard, Savigny et le charpentier rescapé. Pour les autres, il y a les amis et d'anciens grognards, ainsi que des modèles professionnels, dont le «nègre Joseph»...
Durant plusieurs semaines Géricault peint des «morceaux», morts ou vivants, grandeur nature. Il se fait livrer un cadavre, qui demeure plusieurs jours sur la gouttière... Il rend visite à un ami cloué au lit par une jaunisse, et lui dit : «Que tu es beau, que tu es beau !» L'autre, en effet, est d'un jaune citron parfait. La couleur que cherche Géricault pour ses naufragés (à suivre...)


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.