Á 90 ans, Goudjil confirmé à la tête du Sénat    «La pensée libre» à la barre    L'avocat de Blida libéré hier    Place aux jeunes ! Quand ils seront vieux !    Hirak, quels débouchés politiques ?    Le procès reporté à la prochaine session criminelle    Ould Kaddour dans le collimateur    Un Algérien nommé Aït Ali Brahim    Mohamed Bazoum, élu président du Niger    Le Maroc veut construire un deuxième mur de défense    La Tunisie retient son souffle    Panique en Israël    Le CICR appelé à protéger les Sahraouis dans les territoires occupés    Libération sous caution de Nabil Karoui    Le Mouloudia encore loin du compte    Trois chocs à l'affiche    Un clasico sans âme    Benchaïra forfait face au MCA    La double confrontation face à la Côte d'Ivoire officialisée    Les flammes de la passion    L'Algérie ou le déclin par les mathématiques    Un important lot de vaccin reçu hier    Le ministère du Travail dément l'introduction de modifications    Les cinémas autorisés à rouvrir à New York    Le rêve brisé d'un amoureux du cinéma    Plus de 50 œuvres littéraires abordant la valeur de la cohésion nationale publiées    Sardine, vin, prière et pêcheurs !    Sur les traces du passé glorieux de l'ancienne "Zucchabar"    Une conférence sur le parler jijélien    Djamaâ El Djazaïr : Le périmètre de protection et les règles de sécurité fixés    Lutte contre la criminalité : Saisie de 650 comprimés psychotropes    Journée nationale de la Casbah : 80% du patrimoine bâti de La Casbah classés «rouge»    Real - Zidane : "On a marqué un but à l'extérieur, ce qui est très important"    Sans diagnostic point de remède !    L'UGTA pour un retour à la retraite proportionnelle    Pré-emploi et terrain sinistré    Football - Ligue 1: Choc alléchant à Oran, «clasico» indécis à Alger    Annexe régionale d'Oran de l'Office national des statistiques: Les travailleurs en grève illimitée    Tlemcen: Un jeune tué d'un coup de couteau à Aïn Youcef    Mascara: Une mère et son bébé sauvés in extremis à Zahana    Tiaret: Sur les traces de l'homme préhistorique de Columnata    182 nouveaux cas et 3 décès en 24 heures    Le pouvoir d'achat en cote d'alerte    Le nouveau découpage assurera la "fixité des populations"    Assassinat de Ali Tounsi: Le procès reporté au 4 mars    Au lendemain du deuxième anniversaire du Hirak: La marche des étudiants empêchée    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Les nouveaux dirigeants libyens bientôt en Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Illizi / Fête de la Sebeiba
Dix jours et dix nuits…
Publié dans Info Soir le 05 - 01 - 2009

Evénement n Cette fête de rassemblement et de fraternité est une occasion pour célébrer un passé glorieux et une tribune pour partager des valeurs humaines des plus nobles.
Les habitants de la ville de Djanet, dans la wilaya d'Illizi, célèbrent la Sebeiba, une fête annuelle puisant son origine dans l'histoire ancienne des Touareg du Tassili Ajers. Une enveloppe de trois millions de dinars a été allouée par le ministère de la Culture pour l'organisation de cette fête, qui se tient depuis le premier jour de l'an de l'hégire (moharrem), pour durer jusqu'au jour de l'Achoura, à l'initiative de l'Office du parc national du Tassili (Opnt) et la commune de Djanet, a indiqué le directeur de la culture.
La Sebeiba de Djanet permet aux tribus locales de se retrouver le jour de l'Achoura de chaque année pour célébrer un pacte de paix conclu par leurs aïeux, depuis des millénaires. Ce traité de paix entre les Oraren et les Tar'Orfit signifiait la fin de l'une des guerres fratricides la plus longue dans l'histoire des tribus Ajers. Tout comme à Tamanrasset, où toutes les tribus du Hoggar sont réunies autour de leur Aménokal, chef spirituel, pour célébrer la traditionnelle Ziara, visite au mausolée de Moulay Abderrahmane, la Sebeiba de Djanet permet aux tribus locales de se retrouver le jour de l'Achoura pour célébrer ce pacte de paix. Cette manifestation, qui regroupe les deux ksour qui dominent la ville de Djanet, se traduit par des joutes amicales entre leurs habitants et des danses exécutées sur un rythme émouvant des tambourins, tandis que des guerriers en grand apparat exhibent les étouffes sacrées qui rappellent leur origine tribale et leur unité face à l'ennemi. Dans chaque camp, on s'entraîne, on lustre les armes d'apparat, on prépare les costumes de guerre aux couleurs bigarrées, on espionne aussi l'adversaire et le jour de la Sebeiba, on rejoue le dernier acte ou les guerriers se retrouvent face-à-face et sur fond de youyous des femmes, se toisent, se défient et se provoquent sous les sons de bendir. Ensuite, les sages, au moment où la tension atteint son paroxysme, interviennent pour arrêter les parades guerrières des deux tribus et finissent, après de longues palabres, par reconduire le pacte de paix signé par leurs ancêtres. A noter, enfin, qu'une table ronde sur le patrimoine immatériel de la région d'Illizi prévue au Centre culturel d'Ifri, la projection d'un court-métrage sur la Sebeiba et des missions radiophoniques sur la thématique du patrimoine immatériel du Tassili figurent également au programme de cette fête.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.