JM Oran-2022: prise en charge par le MJS des programmes de préparation de 325 athlètes    Manchester City: Elu homme du match, Mahrez buteur face à Wolverhampton (Vidéo)    Ces habitudes nocturnes qui vous font prendre du poids    Man City : Guardiola ne tarit pas d'éloges à l'égard de Mahrez : "Il est exceptionnel"    Radiothérapie: de nouveaux centres prochainement à travers plusieurs wilayas    Indispensable neutralité    Vers l'organisation d'élections générales    Marche des étudiants à Alger    Le chantier des 120 logements LSP d'Arzew à l'arrêt depuis 16 ans: Protestation des souscripteurs devant la direction du logement    CR Belouizded: Les limites d'une conception figée    Renforcement des capacités digitales dans l'enseignement supérieur: Lancement officiel hier du projet européen [email protected]    El-Bayadh: Des habitants d'El Bnoud vident leur sac    Personne n'est à l'abri tant que le monde entier ne l'est pas    Ministère de l'Industrie pharmaceutique: Dernières retouches avant la fabrication du vaccin «Spoutnik V»    La brindille que tu méprises t'éborgnera    La défense réclame la présence des accusés    Relaxe pour le maire d'Afir    Le président Tebboune appelle au changement des mentalités et met en garde contre la contre-révolution    "Les revendications du Hirak populaire authentique atisfaites, pour la plupart"    Un ancien chef de daïra en appelle à Tebboune    175 personnes infectées et 4 décès en 24h    Le président sous les verrous    Alliance Assurances se dote d'un nouveau siège régional à Blida    Le Siol d'Alger revient après plusieurs reports    Déstockage d'importantes quantités    La Tunisie renforce ses moyens à la frontière algérienne    Les députés jusqu'au bout de leur... immunité    Protesta des fonctionnaires du secteur de la jeunesse    "L'Algérie n'enverra pas de soldats au Sahel"    Macron reconnait la torture et l'assassinat d'Ali Boumendjel par l'armée coloniale    Tout est sous contrôle    10.000 logements à la clé    Une femme égorgée à son domicile    Une Fédération pour les énergies renouvelables    La 2A devient GIG-Algeria    Trois romans algériens sur la longlist    «J'ai commencé l'écriture à l'âge de 13 ans»    Vendue à plus de 8 millions d'euros    Digital Gate International Film Festival: le court métrage algérien "Mania" primé    Les clubs algériens dans la tourmente    ONU: le Polisario dénonce la description "ambiguë" et "incohérente" de la situation au Sahara occidental    PM Lesotho: "Nous poursuivrons la lutte pour libérer le peuple sahraoui du colonialisme"    Bechar: enregistrement audio de chansons et musiques du patrimoine Korandji    Quinze associations font front commun contre la normalisation    Nicolas Sarkozy condamné à trois ans de prison    Euro-Med Monitor exprime sa profonde inquiétude    Le principal opposant retire sa candidature    Lecture scénique des "Filles de Bernarda" au TNA    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Célébration de la fête de la Sebeiba à Djanet : Aux sources de l'authenticité
Publié dans Horizons le 26 - 12 - 2009

La ville touristique de Djanet, située à 420 km au sud du chef-lieu de la wilaya d'Illizi vit jeudi soir au rythme de la fête annuelle de la Sebeiba. Cette manifestation à laquelle prennent part de nombreuses troupes et associations locales versées dans la musique et le chant de la région de Djanet, vise, selon les organisateurs, la préservation du riche patrimoine immatériel de cette région du Tasiili Ajjers.
Coïncidant avec le lancement de la nouvelle saison touristique dans le grand sud, ce festival de quatre jours a également regroupé des visiteurs nationaux et des touristes étrangers, venus célébrer les fêtes de fin d'année dans le Tassili. Outre la cérémonie d'ouverture présidée par les autorités locales, et qui a été marquée par un défilé de troupes folkloriques locales, sous le rythme de la musique touarègue de alliouane, le programme de cette manifestation prévoit une exposition sur la Sebeiba à la bibliothèque communale, l'animation d'une journée d'étude maghrébine sur le patrimoine culturel et immatériel prévue à l'institut national de la formation professionnelle de Ifri (Djanet).
Des visites guidées à travers les ksour d'El Mihan, Azelouaz et Adjahil, par l'Office du parc national du Tassili (OPNT), figurent au menu de cette manifestation qui prévoit également l'animation par des troupes locales, de soirées musicales et artistiques.
Selon le président de l'association "Sebeiba" à Djanet, M. Gacem Tabagou, la "Sebeiba" est une rencontre qui permet, selon l'histoire, de célébrer un pacte de paix entre les tribus de la région.
Les habitants de la ville de Djanet célèbrent la "Sebeiba", une fête annuelle puisant son origine dans l'histoire ancienne des Touareg du Tassili Ajjers, qui se tient depuis le premier jour de l'an de l'hégire (Moharrem) pour durer jusqu'à l'Achoura, à l'initiative de l'Office du Parc national du Tassili (OPNT) et la commune de Djanet, a indiqué la même source.
Tout comme à Tamanrasset, où toutes les tribus du Hoggar sont réunies autour de leur Aménokal, chef spirituel, pour célébrer la traditionnelle "Ziara", visite au mausolée de Moulay Abderrahmane, la Sebeiba de Djanet permet aux deux tribus locales de se retrouver le jour de l'Achoura de chaque année pour célébrer un pacte de paix conclu par leurs aïeux depuis des millénaires. Ce traité de paix entre les Oraren et les Tar'Orfit signifiait la fin de l'une des guerres fratricides les plus longues dans l'histoire des tribus Ajjers, a souligné M.Tabagou.
Cette manifestation, qui regroupe les deux ksour qui dominent la ville de Djanet, se traduit par des joutes amicales entre les habitants et des danses exécutées sur un rythme émouvant des tambourins, tandis que des guerriers, en grand apparat, exhibent les étoffes sacrées qui rappellent leur origine tribale et leur unité face à l'ennemi.
Dans chaque camp, on s'entraîne, on lustre et aiguise les armes d'apparat, on prépare les costumes de guerre aux couleurs bigarrées, on espionne aussi l'adversaire. Le jour de la "Sebeiba", on rejoue le dernier acte : les guerriers se retrouvent face à face et, sur fond de youyous lancés par les femmes, ces derniers se toisent, se défient et se provoquent sous les sons des bendirs...
Au moment où la tension atteint son paroxysme, les sages interviennent pour arrêter les parades guerrières des deux tribus et finissent, après de longues négociations, par reconduire le pacte de paix signé par leurs ancêtres.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.