La Hollande propose son soutien : Des opérateurs exposent les maux de l'exportation algérienne    MDN : Découverte d'une cache d'armes et 2 terroristes abattus    L'ANCIEN AMBASSADEUR A ALGER S'ATTAQUE AUX AUTORITES ALGERIENNES : La France perd son influence en Algérie ?!    On vous le dit    Ancien ambassadeur dans plusieurs pays : Décès du diplomate Mohamed Sahnoun    Equipe nationale : Belmadi dirigera la sélection des «locaux»    Hadj Taleb Ali : Il est parti dans l'anonymat    TRIBUNAL D'ORAN : Peine de mort pour le meurtrier de Selsabil et son complice    Faut-il interdire à la pluie de tomber ?    RAS EL-MA (SIDI BEL ABBES) : Le corps d'un adolescent repêché d'une mare d'eau    Une légitimité interne controversée (1re partie)    EDUCATION : 05 classes pour l'enseignement de la langue amazighe    THEATRE DE MOSTAGANEM : Ouverture de la 6ème édition du festival de la poésie du Melhoune    Ouargla : trois morts dans un accident de la route    Djelfa : Repêchage des dépouilles de deux enfants morts noyés dans une crevasse    Casbah world clean up day : Mission (presque) accomplie    Bernard Bajolet : « Bouteflika est maintenu en vie artificiellement »    Lutte antiterroriste : «L'Algérie resserre l'étau sur les groupes terroristes dans la région»    Décès de l'ancien diplomate Mohamed Sahnoun    FERHAT ABBAS OU LA RECTITUDE D'UN DESTIN    La semaine en bref…    Le peuple algérien n'arrive pas à trouver l'organisation et le mot d'ordre fédérateur    Italie : Saipem condamnée pour corruption en Algérie    A Ouargla, les jeunes diplômés font annuler le concours de Sonatrach    Le PCF a boycotté le PAGS et continuait à inviter le FLN à sa place    C'est important d'avoir des partis maghrébins à la Fête de l'Humanité    350 travailleurs de l'ECT/SOPATI sans salaires depuis 14 mois    Les Sétifiens ne jurent que par la qualif' !    La FAF s'inquiète, la Fifa enquête !    JSK-CRB : confrontation des extrêmes    ACTUCULT    Polémique sur la question de l'égalité dans l'héritage: Le RCD dénonce «le terrorisme intellectuel»    Ministres sortants, leur vie loin des ors de la République !    Alger: Une nouvelle marche de retraités de l'ANP empêchée    Boomerang    Ligue 2: Une aubaine pour l'ESM, le MCEE et l'USB    Poutine a tempéré sa réaction pour mieux surprendre    Plaidoyer pour la paix et lettre ouverte à monsieur donald trump président des etats-unis    La gouvernance de l'Université en Algérie, propositions de réforme    Selon le DG de la CNAS: La carte Chifa ne remet pas en cause la gratuité des soins    Scandaleux !    Sidi Saïd a reçu Ould Abbès    La "France veut aider l'Algérie à sécuriser ses frontières"    Belmadi prépare déjà le Bénin    Premières tendances des élections législatives et locales    Pari difficile pour Benghabrit    Un policier tue deux personnes à Oran    Ould Kablia brise le silence    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Interview/ Houria Aïchi
La troubadour des temps modernes
Publié dans Info Soir le 16 - 02 - 2009

Parcours n Chanteuse chaouie, elle contribue à faire connaître la réelle authenticité de la poésie chantée des Aurès sur la scène internationale. Après un sublime concert donné jeudi dernier à Alger, elle a bien voulu nous parler de son parcours artistique.
InfoSoir : Vous vous êtes produite récemment pour la première fois à Alger. Vos impressions ?
Houria Aïchi : Je ne savais pas comment cela allait se passer et comment allait réagir le public algérois (par rapport au concert). Et au final, il y a eu une très bonne réceptivité et une excellente ambiance, et c'est ce que je souhaitais. Merci.
Comment vous est venue cette passion pour la musique et la chanson et particulièrement celle d'interpréter les chants des Aurès ?
Cette passion du chant est un héritage familial dont je suis la 3e génération. En fait, toute petite, j'accompagnais souvent ma grand-mère qui était une chanteuse itinérante très appréciée, lorsqu'elle allait chanter pour des événements heureux, et donc, c'est à ses côtés et à son contact qu'est née ma passion pour la musique. Les Aurès étant ma région de naissance, il était donc normal que je m'en inspire.
Ce travail que vous faites sur la chanson chaouie, relève-t-il d'un travail artistique ou un souci de sauvegarder le patrimoine ? Peut-on dire que vous êtes une troubadour des temps modernes ?
(Rires). Oui, «troubadour des temps modernes», j'aime bien cette appellation, je prends. En fait je dirais les deux, puisque j'aime la musique et la chanson, et aussi pour la sauvegarde du patrimoine chaoui.
Continuerez votre travail sur le patrimoine ? Le patrimoine et la mémoire aurasienne ?
Oui, c'est ma manière à moi de travailler le chant. De plus, comme je suis anthropologue et sociologue, je procède comme un ethnologue, je recherche et collectionne les sources.
Votre style est épuré. Vous utilisez surtout des instruments tels que le bendir et la gasba. Serait-ce par souci d'authenticité ?
C'est ma nature. Je m'exprime avec cette authenticité et avec mes traditions, naturellement et sans efforts.
Quelle sensation cela vous procure-t-il en interprétant, à travers le monde, les chants des Aurès ?
Maintenant c'est devenu «normal» que je le fasse, mais effectivement, la première fois que j'ai chanté à New York et dans une prestigieuse salle, voulait dire, pour moi, que j'étais dans le juste et, bien sûr, il y avait ce sentiment de fierté.
Parlez-nous de votre dernier album les Cavaliers de l'Aurès, pourquoi pareille appellation ?
En fait c'est Rayan el khil, ce qui, littéralement veut dire, Les bergers des chevaux, et donc difficilement traduisible, d'où l'appellation de Cavaliers de l'Aurès, et ce, pour expliquer et pour parler du mythe, de la bravoure, de l'amour prônés par ces princes cavaliers.
On dit que vous avez une voix gutturale, émise par le gosier, est-elle naturelle ou l'avez-vous travaillée ?
C'est une manière de chanter propre au terroir, gutturale, rude, sauvage...tout comme Aïssa El-Djarmouni et plein d'autres encore. Mais avec le temps, je l'ai travaillée un peu plus.
Une certaine Diane Bucciali, qui fait du chant lyrique, a déclaré à InfoSoir (édition du 13 janvier 2009), qu'elle aimait vous écouter et qu'elle serait heureuse de faire un duo avec vous. Avez-vous déjà envisagé de faire des fusions de ce genre ?
Avec grand plaisir et je ne demande que cela. En fait, on a déjà fait quelque chose dans ce genre, avec Maya Pavloska et Jean-Marc Padovani, et ce fut une très belle collaboration.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.