MCA - NAHD, aujourd'hui à 16h : Cherif El Ouazzani : «On n'a pas le choix, il faut battre les Husseindéens pour rester dans la course au titre»    ESS - USMB aujourd'hui à 16h00 / Brahmi : «À Sétif pour le rachat»    CSC - USMA, aujourd'hui à 17h00 : Les Constantinois jouent gros face aux Usmistes    Le Big Data : l'avenir des technologies de l'information    Affaire Facebook-Cambridge analytica : Vous êtes fautifs aussi    «Khaliha tssadi »: un petit slogan pour l'algérien, un grand pas pour la communauté    Affaire Skripal : nouvelle réunion à La Haye    Washington et Pyongyang communiquent directement    Syrie : l'enquête de l'ONU à Douma reportée    MSP : la générale avant le congrès    FFS : l'épreuve du consensus    Le PT exprime des doutes et dénonce    Cap sur le CRB    Installation de la commission d'enquête    JSK-USMBA mardi 1er mai à 16h au stade du 5-Juillet    L'AEP suspendue du 23 au 24 avril    BRÈVES de Relizane    Un accord de partenariat algéro-canadien signé    L'union fait la force    D'Agraw Imazighen à l'académie amazighe    Coup d'envoi de la 2e édition du printemps du cinéma amazigh à Alger    Bouira: La Protection civile prend du galon    Fonction publique: L'intersyndicale promet un 1er mai de protestation    Constantine - CHU Benbadis: Les médecins résidents en gynécologie protestent    Tiaret: Soutien aux familles des gendarmes tués dans le crash de Boufarik    Algérie-UE: Les critiques de Bruxelles sont «paradoxales»    La viande bovine française fait sa promo à Alger    Abdelaziz Bouteflika promoteur de la Réconciliation nationale, du progrès et de la prospérité    Le quotidien La Nouvelle Republique non reconnu par l'école de police Tayebi Larbi    Après son nul face à l'ASEC    Djabou ne sera pas prolongé    Un message fort au reste du monde!    L'hubris de l'éphémère    Une place Patrice Lumumba à Bruxelles    L'essoufflement des empires occidentaux    Frappes contre la Syrie : Menacer de la Troisième Guerre mondiale ferait-il partie de la stratégie de Trump ?    Signature d'une convention cadre entre l'Agence spatiale algérienne (ASAL) et le Groupe Sonatrach    un ivrogne tranche le cou d'un père de famille    Une association qui force le respect    Réunion de la JMMC : Guitouni y prendra part    Djezzy "irrigue" les banques du sang    Le Président Bouteflika félicite son homologue syrien à l'occasion du 72e anniversaire de l'indépendance de son pays    Sans les partis politiques et en rangs dispersés    "Nous voulons une académie collégiale"    "Les créateurs premiers remparts contre l'obscurantisme"    Les mots, la douleur et le sublime    Cheikh Sidi Bémol présente «L'odyssée de Fulay» Entre conte et chants berbères    L'Algérie continue d'enterrer ses martyrs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Interview/ Houria Aïchi
La troubadour des temps modernes
Publié dans Info Soir le 16 - 02 - 2009

Parcours n Chanteuse chaouie, elle contribue à faire connaître la réelle authenticité de la poésie chantée des Aurès sur la scène internationale. Après un sublime concert donné jeudi dernier à Alger, elle a bien voulu nous parler de son parcours artistique.
InfoSoir : Vous vous êtes produite récemment pour la première fois à Alger. Vos impressions ?
Houria Aïchi : Je ne savais pas comment cela allait se passer et comment allait réagir le public algérois (par rapport au concert). Et au final, il y a eu une très bonne réceptivité et une excellente ambiance, et c'est ce que je souhaitais. Merci.
Comment vous est venue cette passion pour la musique et la chanson et particulièrement celle d'interpréter les chants des Aurès ?
Cette passion du chant est un héritage familial dont je suis la 3e génération. En fait, toute petite, j'accompagnais souvent ma grand-mère qui était une chanteuse itinérante très appréciée, lorsqu'elle allait chanter pour des événements heureux, et donc, c'est à ses côtés et à son contact qu'est née ma passion pour la musique. Les Aurès étant ma région de naissance, il était donc normal que je m'en inspire.
Ce travail que vous faites sur la chanson chaouie, relève-t-il d'un travail artistique ou un souci de sauvegarder le patrimoine ? Peut-on dire que vous êtes une troubadour des temps modernes ?
(Rires). Oui, «troubadour des temps modernes», j'aime bien cette appellation, je prends. En fait je dirais les deux, puisque j'aime la musique et la chanson, et aussi pour la sauvegarde du patrimoine chaoui.
Continuerez votre travail sur le patrimoine ? Le patrimoine et la mémoire aurasienne ?
Oui, c'est ma manière à moi de travailler le chant. De plus, comme je suis anthropologue et sociologue, je procède comme un ethnologue, je recherche et collectionne les sources.
Votre style est épuré. Vous utilisez surtout des instruments tels que le bendir et la gasba. Serait-ce par souci d'authenticité ?
C'est ma nature. Je m'exprime avec cette authenticité et avec mes traditions, naturellement et sans efforts.
Quelle sensation cela vous procure-t-il en interprétant, à travers le monde, les chants des Aurès ?
Maintenant c'est devenu «normal» que je le fasse, mais effectivement, la première fois que j'ai chanté à New York et dans une prestigieuse salle, voulait dire, pour moi, que j'étais dans le juste et, bien sûr, il y avait ce sentiment de fierté.
Parlez-nous de votre dernier album les Cavaliers de l'Aurès, pourquoi pareille appellation ?
En fait c'est Rayan el khil, ce qui, littéralement veut dire, Les bergers des chevaux, et donc difficilement traduisible, d'où l'appellation de Cavaliers de l'Aurès, et ce, pour expliquer et pour parler du mythe, de la bravoure, de l'amour prônés par ces princes cavaliers.
On dit que vous avez une voix gutturale, émise par le gosier, est-elle naturelle ou l'avez-vous travaillée ?
C'est une manière de chanter propre au terroir, gutturale, rude, sauvage...tout comme Aïssa El-Djarmouni et plein d'autres encore. Mais avec le temps, je l'ai travaillée un peu plus.
Une certaine Diane Bucciali, qui fait du chant lyrique, a déclaré à InfoSoir (édition du 13 janvier 2009), qu'elle aimait vous écouter et qu'elle serait heureuse de faire un duo avec vous. Avez-vous déjà envisagé de faire des fusions de ce genre ?
Avec grand plaisir et je ne demande que cela. En fait, on a déjà fait quelque chose dans ce genre, avec Maya Pavloska et Jean-Marc Padovani, et ce fut une très belle collaboration.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.