Le «modèle» économique suivi à ce jour est «arrivé à son terme»    Commerce: Baisse des échanges avec la Zone «euro» et hausse avec la Zone arabe    Hassi Ameur: Lancement des travaux d'aménagement de la zone industrielle    Pour une meilleure fluidité de la circulation: Les entreprises chargées de la réalisation de trois axes routiers désignées    Un mort et cinq blessés dans trois accidents de la route    L'Afrique fait l'autruche !    Le refus de soins, de dépistage ou de confinement conduit en prison    LES VIES LIEES    Et si le passé parlait ?    Les examens vont-ils être maintenus ou reportés?    L'usage de la chloroquine validé par un comité d'experts    511 cas contrôlés "positifs" et 31 décès    Arkab s'enquiert de la disponibilité des produits pétroliers    Des sacs de 10 kg au lieu de 25 kg mis sur le marché    PSG : Di Maria supporte mal le confinement    BLIDA : Arkab s'enquiert de la disponibilité des produits pétroliers    Real : Zidane aurait pris une décision pour Aubameyang    EN PLEINE EPIDEMIE MONDIALE : La Corée du Nord tire un nouveau projectile    OUARGLA : L'annexe régionale de l'institut Pasteur opérationnelle    ETATS-UNIS : Trump renonce à placer New York en quarantaine    Bengrina annonce une aide financière de ses députés    Covid19: 57 nouveaux cas confirmés et 2 nouveaux décès enregistrés en Algérie    Oran: 1er concours d'improvisation théâtrale sur Internet    Covid19-Foot: la FAF envisage des mesures de soutien et de relance    L'Agence de presse sahraouie fête son 21e anniversaire    LFP-Coronavirus: "nous réfléchissons à toutes les hypothèses"    La doctrine de la « guerre révolutionnaire », genèse, mise en œuvre et postérité    Journée de la Terre: les Palestiniens face à la colonisation et la propagation du Covid-19    Le régime algérien profite du coronavirus pour réprimer de plus belle    La guerre des prix ne profite à aucun producteur    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    Les supporters de l'ASMO attendent et espèrent    Le taux d'inflation moyen annuel a atteint 1,8% en février    Tentative de réhabiliter le vote par procuration    L'ancien DGSN Bachir Lahrache n'est plus    Des personnalités dénoncent la dérive totalitaire du régime    Pierre Audin solidaire avec Khaled Drareni    La presse écrite à rude épreuve    Lancement d'une plateforme numérique    Les cygnes blancs de 2020    L'ESPRIT ET LE CŒUR    30e nouveau membre de l'Otan    COUR D'ALGER : Le Parquet général exclut l'atteinte de Karim Tabbou d'un AVC    AFFAIRE DU PROCUREUR ADJOINT DE TIARET : Le Syndicat national des magistrats réagit    L'ancien DGSN Bachir Lahrache n'est plus    Palestine: attachement à la terre et lutte jusqu'à la libération de la patrie    Le FNDC dénonce des violences après le double scrutin de dimanche    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Éditions APIC
Sur les traces des auteurs africains
Publié dans Info Soir le 21 - 04 - 2009

Intervention n Samia Zennadi Chikh, responsable des éditions APIC aux côtés de Karim, son mari, parle, dans cet entretien, des nouveautés et du choix porté sur des auteurs africains.
InfoSoir : Que deviennent les éditions APIC ?
Samia Zennadi Chikh : Nous n'avons édité que deux essais en 2008, lancement de la collection «Dissonances», Impérialisme humanitaire du physicien belge, Jean Bricmont, préfacé spécialement pour l'édition algérienne par Noam Chomsky et Le nettoyage ethnique de la Palestine de l'historien israélien Ilan Pappe que les critiques et les spécialistes considèrent comme l'essai de l'année 2008.
La nouveauté est Peuls du grand écrivain guinéen Tierno Monénembo, sorti dans «Résonances» la collection de littérature africaine.
Après les auteurs algériens, les éditions APIC s'intéressent aux auteurs africains.
Nous n'existons que depuis mars 2003 et nous avons toujours cultivé le rêve silencieux de rapatrier des textes africains porteurs de sens. Notre projet a abouti en 2007 parce que «Alger capitale de la culture arabe» nous a permis d'avoir les petits moyens financiers pour lancer «Résonances» avec Sami Tchak le Togolais, Anouar Benmalek et Hamid Skif les deux Algériens qui sont également Africains et qui y ont trouvé leur place naturelle géographique et culturelle.
Aussi, ce choix des titres du lancement de la collection de littérature africaine par la présence de ces deux grands écrivains algériens brise certains lapsus qui situent l'Algérie dans un contexte extra-africain. L'ouverture est notre choix éditorial, sortir des murs est aussi notre démarche et notre histoire avec la littérature africaine qui n'est pas liée à l'organisation du Panaf en 2009.
Pourquoi un tel intérêt pour la littérature africaine ?
Dépasser les contours d'une certaine littérature algérienne, la critique littéraire absente aidant, est aujourd'hui pour nous nécessaire et c'est aussi un moyen de se mesurer. La littérature de notre continent, qui s'écrit, s'édite et se lit sans l'Afrique, est une frontière à découvrir, à franchir par l'ouverture qui doit être un choix éditorial réfléchi et non un air conjoncturel.
Par quoi ce choix a-t-il été motivé ?
Le choix se fait d'abord par la lecture parce que nous éditons des textes et non pas des noms. Aussi, avons-nous eu la chance de rencontrer ces auteurs à Alger, à Paris mais aussi à Bamako, à savoir Sami Tchak ou Tierno Monénembo. Quand nous avons eu ce genre d'échanges avec ces deux auteurs pour ne citer que ces deux monuments, nous avons souhaité leur offrir, sans prétention aucune, une visibilité en Algérie.
Y a-t-il un point commun entre la littérature algérienne – ou maghrébine – d'expression française et la littérature africaine ?
Les deux sont nées et évoluent dans un contexte culturel multilingue. Elles sont souvent liées à l'errance de l'écrivain africain. La majorité des grands noms de la littérature africaine évoluent et écrivent en exil, une constante qui constitue une dynamique car l'écriture se fait non seulement dans la langue de l'autre, mais permet d'articuler le français, langue du colonisateur, et l'identité africaine. Depuis les pères fondateurs de la littérature africaine, les écrivains tentent de mettre dans la langue de l'autre quelque chose d'eux-mêmes et c'est pour cette raison que nous ne voyons aucune frontière entre le Maghreb et le reste de l'Afrique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.