Les révélations du PDG de l'ANEP    Explosion de Beyrouth: Tebboune ordonne l'envoi immédiat d'aides au peuple libanais    Décès du Professeur Grangaud: Djerad rend hommage à un "Fils de l'Algérie"    Feux de forêts: installation du comité d'évaluation des dégâts    Covid19 à Tizi-Ouzou: le reconfinement de deux communes imposé par la recrudescence des cas    Feux de forêts: réunion interministérielle pour indemniser les personnes impactées    551 nouveaux cas confirmés et 13 décès en Algérie    Le Général-Major Meftah Souab n'est pas en fuite    LE CHEF D'ETAT-MAJOR CHANEGRIHA AFFIRME : La gendarmerie est l'un des piliers de la stabilité    EFFONDREMENT DU TUNNEL MINIER A AIN AZAL : Une commission d'enquête pour déterminer les causes    EXPLOSIONS DE BEYROUTH : Pas d'Algériens parmi les victimes    COLLECTE DES ORDURES MENAGERES A ORAN : La mairie réquisitionne des entreprises communales    Premiers essais de Vision-S    Sit-in des supporters pour réclamer la 2e place au classement    Réunion du bureau fédéral lundi prochain    Manchester United et l'Inter : objectif «Final 8»    Mutualisation des compétences et passage de témoin    Lancement officiel de la commercialisation de produits de finance islamique    L'eau, le feu, l'argent et les enquêtes    Le nouveau SUV Enyaq iV se dévoile    Un SUV pour les pays émergents    Les modalités restent à fixer    2 employés morts dans l'effondrement partiel d'un tunnel minier à Chaâba-el-Hamra    La rentrée universitaire semble compromise    Black is King, le film de Beyoncé célébré, mais aussi critiqué    La pandémie joue les trouble-fêtes    Controverse sur la «grande Albanie» : Dua Lipa dit avoir été mal comprise    La famille Bouchaoui sans acte de propriété    L'ex-roi d'Espagne Juan Carlos serait en République dominicaine    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Infantino "respectera toute décision" de la commission d'éthique    17 morts dans des inondations dans le Nord    Charbel Wehbé, nouveau ministre des Affaires étrangères    Les walis sommés de transmettre les registres de doléances à la Présidence    L'aide humanitaire ne suffit pas    Se reconstruire après la tragédie    "Aucun échec n'est une mort définitive"    Karim Younes se livre    Histoire. Lutte du peuple algérien pour l'Indépendance : 1958, une année charnière    Décès du khalife général Médina Baye (Sénégal): Condoléances du Président Tebboune    Tiaret: La ville n'aura pas son tramway    USTOMB et Tosyali Holding Algérie: Vers la mise en place de formations professionnalisantes    Lobbyiste américain engagé par Haddad: Le parquet général ouvre une enquête    WA Tlemcen: Le Widad retrouve la place qui lui sied    Pénurie de plus de 200 médicaments    Les clubs ne savent plusà quel saint se vouer    "Sonatrach n'est pas impliquée dans l'affaire du fuel frelaté au Liban"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Crimée, point de clivage Est-Ouest
En attendant le référendum sur son rattachement à la Russie
Publié dans La Tribune le 10 - 03 - 2014

Le bras de fer entre la Russie et les Occidentaux sur la question ukrainienne et plus particulièrement sur la Crimée tend à se durcir au fil de la crise. La péninsule constitue aujourd'hui le nouveau clivage qui a ravivé les images de la période de la guerre froide entre l'Est et l'Ouest. Face à une situation de blocage absolument périlleuse décision a été prise de donner la parole aux habitants de la péninsule.
La question de la Crimée demeure d'une grande complexité tant elle repose sur des clivages d'ordre historiques, géographiques, linguistiques et humains.
À quelques jours de l'organisation du référendum la tension est montée d'un cran. C'est que la région autonome se prépare à prendre une décision qui engage son avenir et par ricochet celui de la région. Avec ses conséquences géopolitiques inévitables. Rejoindre la Russie ou rester en Ukraine et élargir son autonomie sera la question en jeu lors de ce referendum qui n'a pas l'air d'agréer le camp occidental plutôt favorable à une Crimée rattachée à l'Ukraine elle-même basculant dans le giron de l'Ouest.
En attendant, les préparatifs pour le référendum battent leur plein en Crimée. Le sort de la péninsule devrait donc se jouer le 16 mars prochain. Les deux interrogations auxquelles les électeurs devront répondre sont rédigées en russe, ukrainien et tatar. Pendant ce temps les autorités de Kiev maintiennent un ton belliqueux contre les Russes et les régions de l'est accusés de vouloir partitionner le pays. Un ton qui ne va pas dans le sens de l'apaisement et
de la recherche de solution à la crise. L'ex-première ministre Ioulia Timochenko appelle même à lancer une guérilla en Crimée alors que les pays occidentaux brandissent la menace de sanctions antirusses. Les nouvelles autorités ukrainiennes sous impulsion occidentale s'installent dans une véritable guerre des mots.
L'Otan en mal d'ennemi
Une autre guerre, linguistique celle-là, est aussi en cours. Alexandre Tourtchinov, président par intérim a donné l'ordre à toutes les administrations ukrainiennes de bloquer l'accès de leurs sites de langue russe. Les références en russe sont supprimées dans plusieurs ministères, ne subsiste que l'ukrainien ou l'anglais. Une incongruité lorsque l'on sait que la population de l'Est et du Sud de l'Ukraine parle essentiellement en russe. Les couvertures des journalistes les plus impartiaux sur place reconnaissent que la majorité des habitants de la Crimée est pour le rattachement à la Russie. Une perspective qui ne semble pas plaire du côté de Kiev. L'icône des médias occidentaux Ioulia Timochenko appelle l'Occident à empêcher la tenue d'un tel référendum en Crimée.
Elle appelle à des pressions vigoureuses sur Moscou établissant même une liste de sanctions économique que l'UE et les Etats-Unis pourraient infliger à la Russie. Les menaces ont même dépassé le cadre pondéré en menaçant de lancer une guérilla en Crimée si la région vote pour l'adhésion à la Russie.
Les Occidentaux quasiment dans une virulente posture anti-russe qui rappelle bien la période de la guerre froide n'entendent pas passer à un stade moins belligérant pour tenter de trouver une issue à la crise. Le secrétaire d'Etat américain John Kerry estime que l'adhésion de la Crimée à la Russie fermerait tout simplement la porte à la diplomatie. Et Martin Dempsey, chef d'état-major de l'armée américaine dira même ne pas exclure la possibilité d'un conflit militaire en Ukraine. Le fait que l'Ukraine n'est pas membre de l'Otan et que la posture des pays occidentaux et des ultranationalistes aggrave la situation dans ce pays ne semble pas du tout gêner les Etats-Unis. L'Organisation de l'Atlantique nord aura eu dans cette crise une attitude qui rappelle bien des périodes difficiles de l'histoire du monde.
On aurait pu penser que le démantèlement du Pacte de Varsovie ait été suivi, en toute logique par celui de l'Otan. Mais depuis la chute de l'Urss, la politique occidentale est restée constamment agressive et l'Otan n'a eu de cesse de se déployer. Cette alliance militaire qui n'a officiellement plus d'ennemis avec la disparition du Pacte de Varsovie a gardé des reflexes de l'ancienne période. S'étendre à l'Est et installer ses armes à portée de Moscou.
M. B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.