Les premiers pas vers l'élection présidentielle du 12 décembre    Quelles leçons tirer du fort taux d'abstention aux dernières législatives ?    Créances de plus de 2,9 milliards DA à recouvrer par la Sonelgaz    Recul de plus de 12% des importations durant les 7 premiers mois de 2019    Boukadoum dirigera la délégation algérienne à la 74ème session ordinaire de l'AG de l'ONU    La FAF officialise la rencontre contre la Colombie    Série A: La Juventus évite le piège de l'Hellas    Blessé au mollet, Slimani forfait contre Reims    Agacé, Mourinho éteint les rumeurs et réclame du respect pour Zidane !    Un jeune homme trouve la mort par électrocution à Ouled Ayaiche    Une vingtaine de projets hydrauliques proposés au plan de développement de 2020    Arrestation de 6 personnes impliquées dans une affaire de détournement de deniers publics    Ouverture de la 5e édition aujourd'hui    La police retire le permis de port d'arme à Tliba    PORT D'ALGER : Saisie de plus de 1800 comprimés de psychotropes    MOSTAGANEM : 207.621 élèves inscrits pour l'année scolaire 2019-2020    AIN BEIDA (ORAN) : Saisie de 1242 unités de boissons alcoolisées    DISPARITION DE 34 MILLIARDS DES CAISSES DE L'UGTA : Abdelmadjid Sidi-Saïd dans le collimateur    7EME EDITION DU FESTIVAL NATIONAL DU MELHOUN : 34 artistes au rendez-vous    Forte mobilisation à Alger et dans les autres villes du pays : Plus déterminés que jamais    Plus de 3 200 demandeurs d'emploi placés depuis janvier    L'étrange décision du ministère de l'Enseignement supérieur    Ligue 2: Le programme des rencontres de la 5ème journée    Chérif El-Ouazzani prend deux matches    Al-Badri nouveau sélectionneur    2 000 logements seront réceptionnés à Jijel d'ici décembre    Grande mobilisation à Aïn Témouchent    Le centre et le nord du Mali sombrent dans la violence    Vent de révolte contre le pouvoir militaire d'al-Sissi    Amnesty fustige l'usage excessif de la force par la police    Il sauve 2 vies et perd la sienne    Le P/APC de Mekla suspendu par le RCD    "Makanch l'vote, diroulna les menottes"    Les problèmes et les enjeux du 6e art en débat    Les luttes citoyennes racontées autrement    Des ONG progressistes soutiennent le "hirak"    En France : quand un anti-raciste noir est accusé de racisme    Réfléchir sur le temps long pour comprendre les enjeux du présent    Elle est comment la liberté ?    CRB : Plus qu'une rencontre, un classique    Quel Président pour les Algériens ?    En bref…    47 harraga secourus au large d'Oran    Plus de 3.000 logements sociaux en attente d'attribution: L'affichage des listes des bénéficiaires avant la fin de l'année    Amnesty International dénonce le «blocage de l'accès à Alger»    Tizi-Ouzou, Béjaïa: Protesta des avocats    Skikda: Protesta des travailleurs d'ALTRO    Décès de l'ancien président Zine el Abidine Ben Ali    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quel avenir pour La Crimée ?
Ukraine
Publié dans Horizons le 07 - 03 - 2014


L'Ukraine continue de diviser les Occidentaux et la Russie. Les deux ont des approches diamétralement différentes. La décision de la Crimée d'organiser, le 16 mars prochain, un référendum sur un rattachement à la Russie, synonyme de partition de l'Ukraine, a accentué les tensions. Les citoyens de cette région majoritairement de russophones (58%) devront répondre à deux questions : « Soutenez-vous le rattachement de la Crimée à la Fédération de Russie en tant que sujet fédéral ? » et « Soutenez-vous le rétablissement de la Constitution de la Crimée de 1992 ? ». Comme pour « narguer » les Occidentaux, les députés russes annoncent qu'ils voteront « oui » à l'intégration de cette péninsule. « Nous accueillerons la Crimée à bras ouverts et sur un pied d'égalité avec les autres régions du pays si jamais les habitants de la péninsule votent en faveur de leur sécession de l'Ukraine au profit d'un regroupement avec la Russie », assure Valentina Matvienko, la présidente de la Chambre haute du Parlement. « Nous soutiendrons le choix libre et démocratique de la population de Crimée », ajoute, lors d'une rencontre à Moscou avec une délégation de parlementaires de Crimée, Sergueï Narychkine, le président de la Douma (chambre basse). Olexandre Tourtchinov, le président ukrainien par intérim, fustige ce référendum, qu'il qualifie de « crime contre l'Ukraine commis par les militaires russes ». Kiev rappelle que cette décision est contraire à la Constitution ukrainienne et annonce une procédure de dissolution du Parlement de Crimée. « Toute discussion sur l'avenir de l'Ukraine doit inclure son gouvernement légitime », martèle Barack Obama. « L'époque où les frontières pouvaient être redéfinies en méprisant les dirigeants démocratiquement élus est révolue » dit-il. Pour le patron de la Maison Blanche, la sortie de crise passe par le retour des troupes russes dans leurs baraquements en Crimée, le déploiement d'observateurs internationaux et des discussions directes entre Moscou et Kiev. Comme pour faire fléchir Vladimir Poutine, son homologue russe, il ordonne des sanctions contre les personnes jugées responsables de l'intervention militaire russe en Ukraine et annonce que le projet de référendum en Crimée est nul et non avenu. « Il constitue une violation de la souveraineté et de l'intégrité territoriale de l'Ukraine », dit-il. Jeudi, les dirigeants des 28 pays membres de l'Union européenne, réunis en conseil extraordinaire à Bruxelles, ont décidé de suspendre les discussions avec la Russie sur un projet d'accord bilatéral de libéralisation des investissements et des visas et signer les volets politiques de l'accord d'association avec Kiev avant les élections du 25 mai. Selon Herman Van Rompuy, le président du Conseil européen, d'autres sanctions pourraient suivre si Moscou ne joue pas la carte de l'apaisement « dans les tout prochains jours ». « Toute initiative russe dans l'est de l'Ukraine pourrait être un facteur déclencheur de nouvelles mesures », préviennent Américains et Européens. Toutefois, ils consentent à assurer aux russes qu'ils pourraient conserver leurs bases militaires en Crimée. « A condition qu'ils honorent les accords qu'ils ont conclus et respectent la souveraineté et l'intégrité territoriale de l'Ukraine », précisent-ils. Moscou sort une de ses cartes. Gazprom menace d'interrompre ses exportations de gaz en Ukraine en raison d'impayés (deux milliards de dollars). Comme ce fut le cas lors de la crise du début 2009, lorsque des coupures avaient perturbé l'approvisionnement de plusieurs pays européens.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.