Sabri Boukadoum entame une visite de travail à Bamako    Nice : Atal et Gouiri titulaires face au PSG    Ligue 1-reprise des entraînements: les clubs voient enfin le bout du tunnel    "Libérez Drareni, libérez tous les détenus d'opinion"    Des robes noires s'insurgent contre les procès à distance    "Mes vérités..."    Plus de 50 milliards de dinars de perte    La justice à la recherche des complices de Haddad    Tebboune installe une commission pour l'amender    Un "casus belli" technologique nommé TikTok    Gloire à l'ANP et gratitude envers l'Armée rouge !    Manifestations pour plus de démocratie    Des opposants poursuivis pour terrorisme    Une nouvelle vague d'anciens ministres concernée    Liberté de dire. Toujours !    Ce que prévoit la note du MJS    Benlamri proche de Getafe    Ferhat marque des points    Mort d'un conducteur suite au renversement de son camion    Le flou persiste et inquiète les concernés    6 décès et 210 nouveaux cas en 24 heures    Fin prêtes pour accueillir les étudiants    Les cafés littéraires dénoncent et condamnent    Jimi Hendrix, mythes et légendes marocaines 50 ans après sa mort    Appel à la solidarité au profit des démunis    L'Algérie participera à l'édition BFM du Limousin    Le numérique, un geste barrière efficace ?    Plus de 4000 logements à attribuer avant la fin de l'année    Le projet de la cité des 1000 logements «dégommé»    Tikjda : Encore des feux de forêt    Match amical Algérie – Cameroun aux Pays-Bas    Automobile : Une plateforme numérique de préinscription dédiée aux opérateurs    Etats-Unis et Chine : duel à distance    Où est l'Algérie ?    Caricatures... indigènes : le décryptage d'Alain Ruscio    Lettres de mon moulin anonyme !    Le mouvement El Islah décide de voter "Oui" au référendum du 1e novembre    Paradou AC: Le meilleur est à venir    IRB Sougueur: Mohamed Benhalima nouveau président    Il avait intenté une autre action contre l'Algérie: Sawiris de nouveau débouté dans l'affaire Djezzy    Offres et avantages de la CNAS: Une caravane de sensibilisation dans les zones d'ombre    Tlemcen: Une question de conformité    BRAVADE AVEUGLE    LE «KOURSI» FANTASME    Une "étape cruciale" pour Chanegriha    "Nous n'importerons aucun vaccin qui ne soit pas pré-qualifié OMS"    L'ONU salue la décision de Fayez al-Sarraj de démissionner    Israël : le «pacte d'Abraham» et la trahison des émirs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quel avenir pour La Crimée ?
Ukraine
Publié dans Horizons le 07 - 03 - 2014


L'Ukraine continue de diviser les Occidentaux et la Russie. Les deux ont des approches diamétralement différentes. La décision de la Crimée d'organiser, le 16 mars prochain, un référendum sur un rattachement à la Russie, synonyme de partition de l'Ukraine, a accentué les tensions. Les citoyens de cette région majoritairement de russophones (58%) devront répondre à deux questions : « Soutenez-vous le rattachement de la Crimée à la Fédération de Russie en tant que sujet fédéral ? » et « Soutenez-vous le rétablissement de la Constitution de la Crimée de 1992 ? ». Comme pour « narguer » les Occidentaux, les députés russes annoncent qu'ils voteront « oui » à l'intégration de cette péninsule. « Nous accueillerons la Crimée à bras ouverts et sur un pied d'égalité avec les autres régions du pays si jamais les habitants de la péninsule votent en faveur de leur sécession de l'Ukraine au profit d'un regroupement avec la Russie », assure Valentina Matvienko, la présidente de la Chambre haute du Parlement. « Nous soutiendrons le choix libre et démocratique de la population de Crimée », ajoute, lors d'une rencontre à Moscou avec une délégation de parlementaires de Crimée, Sergueï Narychkine, le président de la Douma (chambre basse). Olexandre Tourtchinov, le président ukrainien par intérim, fustige ce référendum, qu'il qualifie de « crime contre l'Ukraine commis par les militaires russes ». Kiev rappelle que cette décision est contraire à la Constitution ukrainienne et annonce une procédure de dissolution du Parlement de Crimée. « Toute discussion sur l'avenir de l'Ukraine doit inclure son gouvernement légitime », martèle Barack Obama. « L'époque où les frontières pouvaient être redéfinies en méprisant les dirigeants démocratiquement élus est révolue » dit-il. Pour le patron de la Maison Blanche, la sortie de crise passe par le retour des troupes russes dans leurs baraquements en Crimée, le déploiement d'observateurs internationaux et des discussions directes entre Moscou et Kiev. Comme pour faire fléchir Vladimir Poutine, son homologue russe, il ordonne des sanctions contre les personnes jugées responsables de l'intervention militaire russe en Ukraine et annonce que le projet de référendum en Crimée est nul et non avenu. « Il constitue une violation de la souveraineté et de l'intégrité territoriale de l'Ukraine », dit-il. Jeudi, les dirigeants des 28 pays membres de l'Union européenne, réunis en conseil extraordinaire à Bruxelles, ont décidé de suspendre les discussions avec la Russie sur un projet d'accord bilatéral de libéralisation des investissements et des visas et signer les volets politiques de l'accord d'association avec Kiev avant les élections du 25 mai. Selon Herman Van Rompuy, le président du Conseil européen, d'autres sanctions pourraient suivre si Moscou ne joue pas la carte de l'apaisement « dans les tout prochains jours ». « Toute initiative russe dans l'est de l'Ukraine pourrait être un facteur déclencheur de nouvelles mesures », préviennent Américains et Européens. Toutefois, ils consentent à assurer aux russes qu'ils pourraient conserver leurs bases militaires en Crimée. « A condition qu'ils honorent les accords qu'ils ont conclus et respectent la souveraineté et l'intégrité territoriale de l'Ukraine », précisent-ils. Moscou sort une de ses cartes. Gazprom menace d'interrompre ses exportations de gaz en Ukraine en raison d'impayés (deux milliards de dollars). Comme ce fut le cas lors de la crise du début 2009, lorsque des coupures avaient perturbé l'approvisionnement de plusieurs pays européens.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.