Barça : Iniesta cite les trois joueurs clés pour remporter le Clasico    Le Hirak maintient la pression    Acquittement pour 32 activistes    Nouvelles révélations du parquet d'Alger    L'option du rationnement écartée ?    1 600 plaintes déposées en 10 ans    Pas de retour à la retraite proportionnelle «pour le moment»    Instauration de taux de redevance réduits    Nouveau rendez-vous manqué    Pour qui sonne le glas ?    Décès du prince Philip    Duel entre gauche et droite pour le second tour    Chengriha réclame la décontamination des sites    Regroupement en tête    Charef Eddine Amara, candidat unique    Le devoir de réagir    Le Chabab en quarts    Halilhodzic n'aime pas les journalistes    Djabou, le retour    Une femme arrêtée à Tiaret    Du tabac à chiquer saisi par les douanes    Démantèlement d'un réseau de dealers et saisie de plus de 2 kg de kif traité    Le film Their Algeria de Lina Soualem en compétition au 11e Festival du film arabe de Malmö    Hommage à l'insurgé de la Soummam    Adel Djassas décroche le prix Mohamed-Khadda    Plus de 300 toiles exposées    .sortir ...sortir ...sortir ...    Assemblée élective de la Fédération algérienne de football : Belmadi réaffirme sa "neutralité"    Opéra d'Alger : Ouverture des inscriptions aux ateliers de danses et de musique    Les walis soumis à une évaluation périodique    Statut de la magistrature et composition du CSM: Deux Comités de révision des lois installés    LA MAUVAISE SACRALISATION DE L'ADMINISTRATION    Un organisme marin toxique et mortel: Présence de la méduse «la galère portugaise» sur les côtes oranaises    Tlemcen: Plaidoyer pour une «communauté d'entrepreneurs»    Allégations d'agression sexuelle sur un mineur: De graves accusations contre six individus     Le Palais des expositions en fête    «Elles sont profondes et particulières»    Grave escalade à nos frontières    «Le pire des cauchemars» dans les hôpitaux de Manille    Les marchés flambent    8700 logements sociaux distribués    Il est reprogrammé pour octobre prochain!    Visions abstraites du monde    L'APLS poursuit ses attaques contre les forces d'occupation marocaines    Alimenter la mémoire collective pour empêcher sa paralysie !    Pourquoi voulait-on piéger Hanoune ?    La note de Ouadjaout    La thyroïde, apprendre à la connaître    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le rassemblement des boycotteurs empêché
Interdit par l'administration
Publié dans La Tribune le 12 - 03 - 2014

Le rassemblement auquel a appelé le Front du boycott de l'élection présidentielle d'avril prochain a été empêché par les forces de l'ordre. Prévu au niveau du monument des martyrs à Alger, le rassemblement a été vite étouffé par un dispositif de répression déployé pour la circonstance. Les leaders de partis, Abdallah Djaballah du FJD, Abderezzak Makri du MSP, Mohcine Belabbès du RCD, Douibi Mohamed d'Ennahda, Sofiane Djillali de Jil Djadid auxquels s'est joint Ahmed Benbitour, qui composent la coordination du boycott, ont été encerclés par des policiers de façon à ne pas pouvoir marcher.
Des manifestants, munis de pancartes appelant au «boycott» et à une «période de transition», tentèrent de défier le quadrillage policier. Mais sans succès, la machine de la répression était au rendez-vous.
Ce qui a contraint les chefs de partis présents à se contenter de quelques prises de paroles. Leurs propos ont convergé dans la dénonciation d'une telle attitude de la part du pouvoir politique. «Les cartes sont plus que jamais dévoilées», s'indigne Abderezzak Makri. Le chef de file du Mouvement pour la société et la paix (MSP) avertit que «si la présente situation perdure, le pays risque l'effondrement», appelant, dans ce sens, «les patriotes à s'unir pour un changement politique et pacifique». Abdallah Djaballah, de son côté, n'a pas raté la multitude de micros de télévisions qui lui ont été tendus pour faire durer sa présence et mieux médiatiser l'action de protestation contre le 4e mandat du président sortant. Le président du Front pour la Justice et le Développement (FJD) a tenu à dire son refus de voir les autorités interdire aux citoyens de s'exprimer. Pour Djaballah, épaulé par Lakhdar Benkhellaf, «le pouvoir exprime, à travers de telles violations des libertés, un mépris total à l'égard du peuple algérien». Il ajoutera, que l'objectif des tenants du pouvoir est clair. Pour lui, «les tenants du pouvoir ont peur de rendre des comptes au peuple».
Il faut noter que les partisans du boycott, réunis en coordination, ont réitéré leur appel à destination des participants pour qu'ils se retirent de la compétition. Une déclaration, lue par Abderezzak Makri, suggère ainsi aux autres formations politiques engagées dans la course, de rejoindre le front du boycott. La déclaration invite les Algériens à boycotter l'élection présidentielle du 17 avril prochain.
A. Y.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.