De la surfacturation à la sous-facturation !    Entreprises: La dépénalisation de l'acte de gestion en question    Assainissement du foncier industriel: 307 actes de concession annulés pour non concrétisation des projets    Football - Ligue 1: Une étape pour y voir plus clair    Assises nationales de la santé: Des participants et des boycotteurs    Pour la plantation de 50.000 arbustes avant la fin de l'année: Lancement hier de la grande campagne de reboisement    Plus de 374 kg de viande blanche impropre à la consommation saisis    Aïn El Kerma: Exhumation des restes de trois corps de martyrs    Reportage - Tiaret Sur les pas d'Ibn Khaldoun    La Baraka du baril    Un marché pour les produits fabriqués par les femmes    Christopher Ross: «je persiste et je signe»    Quand les Algériens s'en mêlent    Gifles au Roi    Ce que propose Lamamra pour protéger les migrants    Le nouveau procès en appel de Hamel reporté    Un ultimatum fixé à Solskjaer    Inauguration imminente    Lorsque Rabah Madjer était «Mustapha»    Les choses sérieuses commencent    Tebboune présente ses condoléances    Le MDN organise un colloque historique    5 décès et 79 nouveaux cas en 24 heures    Le corps de l'avocat Zitouni retrouvé    Enfin des logements pour les sinistrés    Le Makhzen joue ses dernières cartes    L'artisanat des idées    «Préservons notre mémoire!»    «La vie d'après» en route    Ecrivain algérien Youssef Bendekhis lauréat    Journées de formation sur la gestion des risques biologiques    La distribution d'essence peine à redémarrer    "COMME UN MIROIR BRISE"    Campagne de sensibilisation dans le milieu estudiantin    MERIEM    Le rêve d'Ali Zamoum et de Kateb Yacine revisité    Un studio de cinéma en plein air à Oultem !    Abbas Righi chante le malouf à Montréal    Cour de Boumerdès : Le nouveau procès en appel de Hamel reporté au 24 novembre    La JS Saoura affrontera les Ghanéens de Hearts Of Oak    La CAF reporte le match Soudan-Algérie    Deux organisations plaident en faveur d'un mécanisme de surveillance des droits humains    Des offres chez Peugeot Algérie    Les putschistes isolés    Les députés adoptent des ordonnances déjà appliquées    Forcing pour l'arrivée d'une filiale de Sonatrach    Sûreté de wilaya: La police honore la presse    Les dernières cartouches des imposteurs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Aïn Defla s'efforce de préserver son héritage culturel
Malgré son développement socioéconomique et les mutations sociales
Publié dans La Tribune le 19 - 03 - 2014


Madani Azzeddine
Toute ville et toute région qui se développent doivent préserver ce qui les caractérise, les différencie, les identifie par rapport aux autres villes et régions du pays, ce qui fait leur identité, laquelle reflète leurs cultures et leurs histoires. Les urbanistes sont conscients que l'extension urbaine et la rénovation devraient accorder, théoriquement, toute l'importance à la
préservation du cachet particulier d'une ville ou d'une région. Ainsi, il est question de prévoir toutes les mesures sur le plan structures, répartition des fonctions urbaines et mise en valeur des lieux les plus fréquentés et ayant un cachet culturel.
Dans la wilaya d'Aïn Defla, certains lieux continuent de préserver leur cachet particulier à travers l'engagement des autorités locales et de certains citoyens œuvrant dans ce cadre. Sur le plan artisanat, des artisans continuent d'activer pour préserver leur héritage. Des endroits bien connus constituent un espace de vente des différents produits liés à l'activité artisanale. Cela est visible de plus en plus dans la région de Hammam Righa. Ainsi de nombreux artisans trouvent dans cette région un endroit idéal pour présenter et écouler leurs œuvres aux différents visiteurs et en particulier ceux qui se rendent à la station thermal de Hammam Righa. Pour maintenir le cachet propre à cette wilaya dans ce domaine, les services concernés ont pris toutes les dispositions nécessaires pour encourager les artisans. Des locaux leur ont été attribués. De plus, la direction du tourisme et de l'artisanat vient de lancer la réalisation de maisons de l'artisanat au niveau des villes les plus connues, lesquelles constituent un endroit idéal permettant aux artisans de se rencontrer, d'exposer leurs produits ou d'y ouvrir des ateliers pour exercer leur activité.
Dans ce cadre, la Maison de l'artisanat de la ville d'Aïn Defla, réceptionnée en 2012, est entrée en activité. Deux autres maisons de l'artisanat verront leurs travaux lancés incessamment d'autant que les services concernés ont déjà pris toutes les mesures nécessaires.
Il est à noter que la production artisanale compte des produits artistiques, habits et autres, reflétant les particularités de la région.
S'agissant du patrimoine culinaire, de nombreuses personnes s'offrent encore du plaisir à préparer des plats traditionnels propres à la région. Ces derniers sont demandés par des familles lors des différentes fêtes. Même la préparation des gâteaux est encore préservée dans cette région.
Quant à la musique, des troupes préservent leur spécialisation à travers la formation de jeunes. Le chaâbi et autres styles de musiques sont encore préservés dans la région.
En somme, la wilaya d'Aïn Defla compte des associations et de nombreuses personnes activant dans différentes spécialités culturelles et qui essayent de préserver divers héritages qui reflètent la culture de leur région.
M. A.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.