Tebboune subit une intervention chirurgicale réussie sur le pied droit    La demande de liberté provisoire de Rachid Nekkaz rejetée    Les procès en appel de 11 hirakistes renvoyés au 10 mars    Le détenu Mohamed Baba-Nedjar en grève de la faim    Interrogations sur le rôle de l'Anie    Nouveau procès pour le général Saïd Bey    «L'exploitation du schiste n'est pas pour demain»    Pas de marchandises à exporter, ni de navires algériens sillonnant les océans    Quand l'offre dépasse la demande    Taïeb Hafsi invité par Cap-Horizon 2054    L'huile d'olive "Dahbia" finaliste au Dubaï Olive Oil 2021    Perturbation du trafic vers Thenia et Tizi Ouzou    Les Tunisiens ne décolèrent pas    Il veut rendre à l'Amérique son rôle phare dans le monde    L'Espagne ne doit pas céder au «chantage» du Maroc    Réunion d'urgence sur les violences au Darfour    Un prêtre porté disparu dans le Sud-Ouest    Duel à distance entre l'ESS et le MCA    "La JSK n'est pas en crise"    Les Rouge et Noir visent la quatrième victoire de suite    Quatre nouveaux entraîneurs remplacés en une semaine    Les Sanafir se méfient des Aigles    Souibaah et Aiboud également forfaits à Relizane    Découvrez les bienfaits des oméga-3 !    Filets de poulet à la chapelure    Révelez votre beauté, suivez ces rituels    Vu à Alger    Le geste de Setram pour les enfants cancéreux    «Ni repentance ni excuses», tranche Paris    Cheikh Namous, un grand qui a accompagné les plus grands    A Berlin, une danseuse noire pourfend le racisme dans le ballet classique    Les villes sans cœur : l'Algérien vit comme dans un hôtel, toujours prêt à retourner dans son village !    Deux œuvres algériennes en lice    "Il n'y a qu'en Algérie où on conteste nos symboles"    Jijel : Amarrage d'un bâtiment français à Djendjen    Coronavirus : 2849 décès depuis le début de l'épidémie    La dernière Foggara de Tamentit se meurt    Récifs artificiels : en Algérie, des expériences timides    «En 1981, les Américains ont proposé l'Algérie pour le prix Nobel»    Créances impayées: La Sonelgaz sommée de sursoir aux coupures d'électricité    Football - Ligue 1: Indécision à tous les niveaux !    L'inspection régionale de la police de l'Ouest dresse son bilan: Plus d'un million de comprimés psychotropes saisis en 2020    Tlemcen - Vaccination contre la Covid-19 : des préparatifs et des interrogations    BIDEN, DIDEN ET L'UTOPIE    La pression est la force appliquée à la surface pressée    Cheikh Namous, une vie consacrée à la musique    Il était habité de la passion de savoir et de partager    Le président de la République ordonne la distribution de la copie originale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une clôture en apothéose
9e Festival international de musique andalouse et des musiques ancienn
Publié dans La Tribune le 31 - 12 - 2014

Pour la cérémonie de clôture de la 9e édition du Festival international de musique andalouse et des musiques anciennes, Festivalgérie, ce n'est autre que l'Ensemble national algérien de musique andalouse qui s'est produit lundi dernier sur la scène de la salle Ibn Zeidoune et cela dans une ambiance festive, marquée par la diversité et la richesse du patrimoine culturel algérien.
Durant plus de deux heures Samir Boukridira, à la direction artistique de l'Enama, et les 30 instrumentistes, issus des trois écoles de Tlemcen, d'Alger et de Constantine, ont ravi le public nombreux de la salle avec un
programme représentant leurs régions respectives.
Pour la première partie de la soirée, c'est Noubet raml el aachiya de Tlemcen qui a été présentée, avec notamment les belles prouesses vocales de Adnane Ferdedhab et El Hadi Sefraoui, qui ont offert aux mélomanes présents un florilège de pièces dans le registre Gharnati, par la suite, c'est Noubet h'sine de l'école d'Alger, qui a été entonnée, laissant intervenir, en solo, Lamia Madini à la voix suave, et le maître Mokdad Zerrouk au ton serein et pur.
La troisième et dernière partie de la cérémonie de clôture a été consacrée au Malouf et à la région de Constantine, avec l'exécution concluante de Noubet dhil et les interprétations remarquées de Abbas Righi, Malek Chelloug et Larbi Ghazel.
Les trois parties au programme ont dû être présentées sans les M'seddar, premier mouvement d'une Nouba qui se démarque des autres par sa lenteur rythmique et sa longueur poétique.
L'évocation par le chef d'orchestre de la fête du Mawlid Ennabaoui Echarif a donné lieu à une légère extension du répertoire, avec le Maddih Idha Dhaqa
Sadri, chanté en chœur dans le mode Sahli (Hraoui dans l'appellation constantinoise).
Auparavant, le Commissaire du 9e Festivalgérie, Aïssa Rahmaoui, évoquant dans sa synthèse la rencontre sur «La lutherie et la boyauderie en Algérie», a relevé «la nécessité d'inscrire le métier d'artisan luthier dans le canevas des différentes filières de la formation professionnelle». L'importance de permettre à ce métier «en voie d'extinction» de bénéficier du soutien du dispositif national d'aide à la création d'entreprise a également été
évoquée.
Pour ce faire, M. Rahmaoui a fait part de «la volonté du département de la culture à travailler conjointement avec les ministères de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition de la femme et celui de la Formation et de l'Enseignement professionnels». Par ailleurs, Meri Mounir et Mâalmi Ilhem, ont été respectivement récompensés, en début de soirée, du premier et deuxième prix du concours de violon alto, organisé en marge
du 9e Festivalgérie, Le 9e Festival international de musique andalouse et des musiques anciennes, Festivalgérie, tenu du 20 au 29 décembre, s'est achevé après dix jours de prestations artistiques, animées par les troupes de 13 pays (l'Egypte s'étant excusée de ne pouvoir assister).
W. S. M.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.