L'affaire Khaled_Drareni, la fin du mirage de «l'Algérie nouvelle »    Start-up: le Fonds de financement opérationnel dès la semaine prochaine    Pharmacie: le CNOP condamne des manœuvres visant à contrecarrer les réformes du secteur    Réouverture des mosquées: appel au strict respect des mesures sanitaires    L'esprit joyeux et la sincérité de "Ammi Bachir'', les secrets de sa notoriété    WSRW demande au français Voltalia de s'abstenir de toute activité à Laâyoune    Foot-Affaire Ibara: l'USMA échappe à une tentative d'escroquerie    Sortie de promotions d'officiers de l'ESDAT de Reghaïa    Reconstruction de Beyrouth: les donateurs conditionnent l'aide à une palette de réformes    Algérie-Espagne: le développement de la coopération sécuritaire mise en avant    PLAGES AUTORISEES A LA BAIGNADE : La DGSN met en place 70 postes de sécurisation    Accidents de la route: 2 morts et 83 blessés le week-end dernier    TENANT COMPTE DES CONDITIONS SANITAIRES : Retour graduel aux bancs des universités    CONSTANTINE : Rapatriement de 310 Algériens bloqués en Turquie    ALGERIE-ESPAGNE : Le ministre espagnol de l'Intérieur reçu par le président    Séismes à Mila : une réplique de 3,2 sur l'échelle de Richter enregistrée à Grarem-Gouga    Messi, Lewandowski, Neymar, De Bruyne... L'heure de briller    Des centaines d'appelés de la décennie noire devant le secteur militaire    La station de dessalement de Honaïne opérationnelle    Ouverture d'une enquête sur les derniers troubles à Bamako    Hôtes du Soir : Une tradition solidement ancrée    Persistance inexplicable du manque de liquidités    Rachid Belhout n'est plus    C'est le jour de vérité !    "La Banque d'Algérie a besoin d'un gouverneur qui tire son pouvoir de son savoir"    Le coach Zeghdoud donne son accord de principe    "Il est urgent de reprendre les entraînements"    "Nous déposerons une plainte contre Benmedjber"    75 ans du bombardement de Nagasaki: la menace nucléaire à nouveau en augmentation    Les pourparlers de paix "sur le point" de débuter    Guerre de tranchées entre Ennahdha et Saïed    Peu d'espoir de retrouver des survivants    Hachemi Cherif, le précurseur de la double rupture !    13 relaxes et une condamnation avec sursis    Une "bande criminelle" démantelée    Les révélations glaçantes de sa famille    "Mohammed Dib était un écrivain public de son peuple"    Une chaîne de télévision libanaise boycotte la classe politique    Crise sanitaire : Le saoudien Aramco annonce une chute de 73,4% de son bénéfice    Parler mais en silence et si possible en langue nationale    Décès de la comédienne Nouria Kazdarli à l'âge de 99 ans    Le TTO, les tréteaux d'Oran : Le dynamisme du présent succède à la gloire des temps passés    Hommage à Lamine Bechichi : Un repère d'historicité de la révolution et de la culture algériennes    Sidi Bel-Abbès: Trois clubs officiellement promus    Vols, cambriolages, agressions: La police lance une application pour signaler les crimes et délits    Dormir pour nous reposer de vivre !    Ce sur quoi le passé a reposé    521 nouveaux cas confirmés et 9 autres décès    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Haftar prêt à s'allier avec Poutine et Trump
Pour lutter contre le terrorisme
Publié dans La Tribune le 07 - 02 - 2017

L'homme fort de l'Est de la Libye, le maréchal Khalifa Haftar, demande à la communauté internationale de laisser les Libyens gérer seuls leurs affaires et se dit prêt à une alliance avec les Américains et les Russes, dans une interview au Journal du dimanche. «C'est aux Libyens de décider ce qui est bon pour eux.
L'homme fort de l'Est de la Libye, le maréchal Khalifa Haftar, demande à la communauté internationale de laisser les Libyens gérer seuls leurs affaires et se dit prêt à une alliance avec les Américains et les Russes, dans une interview au Journal du dimanche. «C'est aux Libyens de décider ce qui est bon pour eux. La communauté internationale ne devrait que soutenir ces décisions», déclare-t-il à l'hebdomadaire. Le chef autoproclamé de l'Armée nationale libyenne (ANL) épingle au passage l'émissaire de l'ONU en Libye, l'Allemand Martin Kobler, qui tente depuis un an d'asseoir l'autorité du gouvernement d'union nationale (GNA) de Fayez al-Sarraj à Tripoli. «Les Libyens n'aiment pas Kobler. Ils l'appellent le diable», affirme le maréchal Haftar. «La communauté internationale ne comprend pas la réalité de la situation. Elle dispose d'informations erronées et s'appuie dessus pour prendre des décisions inapplicables, mauvaises», ajoute-t-il. Khalifa Haftar se dit prêt à rencontrer son rival, le Premier ministre Fayez al-Sarraj, seul reconnu par la communauté internationale, à «une condition, que sa tripotée de courtisans n'ait rien à dire». «Ceux qui soutiennent le gouvernement d'union nationale sont très peu nombreux et ne sont intéressés que par l'argent», d'après lui. Fayez al-Sarraj a fait état fin janvier d'une prochaine rencontre au Caire avec Khalifa Haftar, qui est soutenu par l'Egypte. Le maréchal, qui s'est rapproché de la Russie, se dit prêt à s'allier aussi avec la nouvelle administration américaine dans la lutte contre le terrorisme. «Si la Russie et les Etats-Unis se rapprochent dans le but d'éradiquer le terrorisme, cela peut nous aider. Nous allons serrer la main aux deux. Nous nous allierons à eux», a-t-il assuré. Quant à la France, qui soutient M. Sarraj mais a déployé une poignée de militaires aux côtés du maréchal Haftar et dont des avions de reconnaissance survolent régulièrement le pays, Khalifa Haftar lui demande surtout du renseignement. «La France soutient politiquement des acteurs qui n'ont aucun pouvoir. Mais ça nous ira si nous recevons de l'aide en termes d'information et de renseignement», souligne-t-il dans le JDD. Ancien dignitaire du régime Kadhafi, le maréchal Khalifa Haftar est accusé par ses rivaux, en particulier les puissantes milices de Misrata (ouest), de vouloir instaurer un régime militaire en Libye. Il a déclaré la guerre aux groupes islamistes et radicaux qui sévissaient dans l'est libyen, en particulier à Benghazi dont l'ANL a reconquis une grande partie, après des combats sanglants, mais sans parvenir à imposer son contrôle sur toute la ville, où des groupes terroristes lui résistent toujours.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.