Souk n'Tlata : Le chantier du barrage bloqué    24 heures    Bouzeguène : La crèche communale affectée à l'association des handicapés    Aïn El Hammam : Flambée des prix sur les marchés    Barrage de Taksebt : Taux de remplissage de 64%    Célébration du Mawlid Ennabaoui : Activités et concours dans les écoles coraniques    Financement non-conventionnel: 900 milliards de dinars mobilisés pour couvrir le déficit    L'Ansej réitère: Pas d'effacement des dettes mais un rééchelonnement    Conférence de Palerme: Ouyahia appelle à l'arrêt des interférences étrangères en Libye    Une provocation visant à créer les conditions d'un assaut «final» contre Ghaza    EN - Conférence de presse de Djamel Belmadi: «Etre plus réalistes face au Togo»    MC Oran: Encore du pain sur la planche pour Belatoui    USM Alger: Un point et des satisfactions    Skikda: Installation des nouveaux chefs de daïras    Kharchi Fouad, candidat du FLN au Sénat    El-Tarf: Les candidats FLN aux sénatoriales connus    Lutte contre l'immigration clandestine: 36 harraga dont une femme et un enfant devant le tribunal d'Aïn El-Turck    Bouira: Saisies de plus de 6.300 bouteilles de boissons alcoolisées    Relizane: Des espaces squattés par des commerçants, libérés    Dans un nouveau rapport: Le FMI prévoit un prochain ralentissement de la croissance en Algérie    14e journée de la Ligue 1 (match décalé): L'USMA tient en échec le MCO (0-0) et creuse l'écart    La dédollarisation commence à porter ses fruits en Russie    Italie : Rome maintient son projet de budget, rejeté par Bruxelles    2ème session du dialogue de haut niveau Algérie-UE : Détermination commune à approfondir les relations    Décès :La légende de la bande dessinée américaine Stan Lee n'est plus    Refus des visas par les consulats français en Algérie    Ouahab Aït-Menguellet, le P/APC de Tizi Ouzou, annonce sa candidature    Dans la littérature et l'Histoire    Conférence de Palerme pour la Libye: Un énième échec    Commission de discipline de la LNF: L'audience du président de la JS Kabylie, Mellal, reportée au 19 novembre    Ligue 1 Mobilis: La JSK se relance, le MCA à l'arrêt    ESCROQUERIE VIA INTERNET : Deux réseaux de faussaires neutralisés sur Oued Kniss    Remaniement ministériel en Tunisie : Youssef Chahed obtient la confiance du parlement    Trop de soutiens, on veut des candidats !    Sun Tzu au secours du Parti communiste    Le Premier ministère dénonce une «odieuse manipulation»    Les candidats du FLN et du RND choisis, HMS temporise    Début des grandes manœuvres avant Lomé    Comment faire sortir le Salon du Palais    Le «cœur blanc» de Salima Souakri    El Djedouel et le savant Cerbère du poète Seddik Souir    Il signe une 4e passe décisive à Man City : Mahrez sermonné par Fernandinho !    Accrochages, tirs de roquettes et raids aréiens : Ghaza est de nouveau en guerre    Cas de rougeole : Des enquêtes épidémiologiques menées    RDC : Fayulu candidat-surprise de l'opposition, tensions pré-électorales en vue    14 membres du PKK "neutralisés" par l'aviation turque    Ouyahia parle de "manipulation"    Exposition à Alger d'Arezki Larbi du 17 novembre au 1er décembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pérégrinations d'un enfant recueilli en quête d'identité
Mohamed Cherif Zerguine évoque son passé dans Pupille de l'état : l'appel d'un inconnu
Publié dans La Tribune le 28 - 02 - 2009


Photo : A. Lemili
La maison de la Culture Mohamed Laid Khalifa a abrité récemment une conférence de presse sur un sujet épineux, celui de l'enfance abandonnée. Le plus intéressant dans cette rencontre, c'est que l'animateur de la conférence a été lui-même un enfant abandonné et qu'il a écrit un essai sur ce sujet. Dans son ouvrage intitulé Pupille de l'Etat : l'appel d'un inconnu, Mohamed Cherif Zerguine évoque son passé d'enfant recueilli, la quête de son identité pour enfin matérialiser toutes ses pérégrinations autour du sujet par ledit ouvrage.
L'auteur a tenu à souligner l'intérêt du ministère de la Solidarité, à partir du moment où le département de Djamel Ould Abbes ayant eu quelques échos sur l'idée d'un orphelin et ancien pensionnaire de foyer, enfant recueilli et adopté, d'écrire son histoire, pour se constituer partie prenante de l'œuvre en gestation et proposer par ses services la prise en charge.
L'auteur fera une brève lecture de trois paragraphes de son œuvre, des paragraphes jugés représentatifs de son parcours, ou, du moins, de ses espérances pour des enfants qui ont eu le malheur d'emprunter des chemins dépourvus d'amour maternel. Il avouera ne jeter l'anathème sur quiconque, qu'il n'avait besoin de pardonner à personne parce que ce qui est arrivé devait sans doute arriver. «Je ne culpabilise personne et j'assume aujourd'hui mon statut de pupille de l'Etat comme je l'ai assumé dans la plus grande adversité. Heureusement, par ma volonté je suis arrivé là où j'en suis actuellement, n'ayant pas à me plaindre de ma situation sociale, familiale… d'autant que vous avez en face de vous un grand-papa. Ma satisfaction vient du fait d'avoir abouti dans ma quête d'identité le jour où j'ai décidé de partir à la recherche de mes racines, de mes origines et de mes parents», dira M. C. Zerguine dans un silence de cathédrale ; les personnes présentes buvant littéralement ses propos d'autant qu'il avait le verbe facile et d'un conteur. A la question que nous lui avons posée sur la responsabilité de sa mère, il répondra : «Je veux que vous sachiez que j'ai retrouvé ma mère, mais au-delà de retrouver cette mère vous ne pouvez savoir combien d'autres mères j'ai rencontrées sur mon chemin. Je n'ai ni à lui pardonner ni à la culpabiliser.» L'auteur, né un 14 novembre 1963, sera placé dans une pouponnière onze jours plus tard. Comme tout enfant dans sa situation, il séjournera dans un orphelinat avant d'être adopté. Il aura mis sept mois pour écrire son livre. M. C. Zerguine était bien accompagné dans la présentation de son livre car il suffisait de jauger de l'importance des personnes présentes à la tribune. : une moudjahida que tous les Constantinois d'abord et tous les hommes politiques ensuite, quel que soit leur rang, connaissent sous le surnom affectif de Tata, le doyen de l'université Emir Abdelkader (sciences islamiques) et un représentant de la direction de la jeunesse et les sports. L'ouvrage n'a pas encore été imprimé et sera sur les étals prochainement, selon les propos de l'auteur, comme il est également prévu une version en langue nationale qui paraîtra dans un trimestre.
Pour l'anecdote, M. C. Zerguine a tenu à préciser qu'il n'avait pas d'accointance politique. Une réaction pour le moins inopportune dans un tel contexte.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.