12 terroristes éliminés et 05 autres arrêtés durant le premier semestre 2020    La chute finale    Report du procès de Tahkout au 6 juillet    Sonatrach et ENI signent plusieurs accords    Serraj fait part de sa volonté de dialoguer avec les forces dirigées par Khalifa Haftar    Le wali envisage de recourir au confinement partiel par localité    Du sens du patriotisme en Algérie    ONU: adoption d'une résolution exigeant "une cessation générale des hostilités" pour contrer le Covid19    Europe : L'Otan met en place un nouveau plan de défense    Pandémie de Covid-19 : La Tunisie impatiente de recevoir des touristes maghrébins    On vous le dit    Communiqué de l'AJSA    Agence CNAS : Une campagne d'information sur la plateforme numérique AraaCom    Covid19: possible recours aux infrastructures hôtelières pour couvrir le déficit enregistré par certains établissements hospitaliers    Hausse des contaminations à la covid-19 à chlef : Aménagement d'une nouvelle unité d'hospitalisation des malades    Aït Yahia Moussa : Stress hydrique dans les villages    Tizi Ouzou : Défaillance dans l'alimentation en électricité    Oran: décès de l'artiste Tahar Refsi    L'hommage de son ancien élève Noureddine Melikchi, expert à la NASA    Gouvernement: Les zones d'ombre et le reste    Chlef: Des souscripteurs AADL en colère    La mère des batailles    Le journalisme, ce « champ de mines et de ruines » !    Sidi Bel-Abbès : Une élue dévouée tire sa révérence    8 décès et 365 nouveaux cas en 24 heures    Vers de profonds changements dans le secteur de l'énergie    Youcef Benmicia, nouveau président    La FAF s'est fixé une date butoir    Les avocats dénoncent les conditions d'organisation du procès    Vu à Tizi Ouzou    Le coup de gueule du Pr Ryad Mahyaoui    Le pétrole progresse,    L'université pilier de l'économie du savoir ?    Répression contre l'opposition à Hong Kong    L'épreuve    L'infrangible lien...    La communauté internationale fait bloc derrière la Palestine    Poutine dénonce les nouvelles sanctions américaines    "La crise sanitaire a éveillé les consciences"    Mohamed Sari à la tête du Conseil national des arts et des lettres    "Senouci est un patriote qui a donné son cœur pour l'Algérie"    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : Ali Haddad condamné à 18 ans de prison ferme    La libération de Karim Tabbou statuée aujourd'hui    Le procès de l'homme d'affaires Mahieddine Tahkout reporté à lundi prochain    Foot/Reprise des compétitions: Amar Bahloul appelle les clubs à faire preuve de "flexibilité"    Report de l'AGEx au 7 juillet    CAN-2021 : La compétition décalée à 2022    Zetchi : «Benzema est 100% algérien»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Syrie : le temps des règlements ?
Après, Alep, Homs, la périphérie de Damas
Publié dans La Tribune le 16 - 05 - 2017

La conférence d'Astana semble commencer à donner ses premiers fruits sur le terrain malgré les réticences, voire les critiques de certains acteurs qui espéraient un énième échec afin de revenir au centre du jeu. L'accord signé le 4 mai par la Russie, l'Iran et la Turquie et qui porte sur la création de quatre «zones de désescalade» en Syrie ne concerne pas Damas. Mais l'effet semble immédiat sur cette dernière. L'objectif immédiat de l'armée syrienne reste bien de récupérer la Ghouta orientale. Située à l'est de Damas, cette vaste région a basculé dans l'instabilité et restée depuis le début de la tragédie comme une menace directe guettant la capitale. Aujourd'hui, même si la menace n'a pas complètement disparu, la mise en échec du plan de scission de la Syrie semble une réalité. L'avantage n'aura été possible que grâce à plusieurs acteurs qui s'y sont investis fortement malgré les difficultés sur le plan politique mais aussi géopolitique
L'armée syrienne semble sur le point de rétablir son autorité sur plusieurs zones d'instabilités sur le sol syrien notamment la totalité de Damas. Après six ans de guerre qui ont provoqué des destructions et des mouvements de population dans des quartiers périphériques de la capitale l'heure est à l'engrangement des succès militaires. Avec l'évacuation des groupes armés de Barzé, Techrine et Qaboun, zones qui échappaient au contrôle du gouvernement depuis mars 2011, les groupes armés voient s'envoler leur rêve de déstabiliser la capitale et appliquer leurs plans de renverser le régime. Avec la prise de ces trois quartiers, le gouvernement syrien contrôle désormais quasiment toute la capitale. Il ne reste plus aux groupes armés à l'est qu'une partie de Jobar, une zone en grande partie détruite. Ainsi Alep repris et Damas et son importante périphérie en passe de l'être totalement, cela signifie que les groupes armés ne sont plus une alternative politique ou militaire. Et que les plans initiés de l'extérieur durant les six années écoulés sont arrivés à leurs limites. Damas n'est donc aucunement menacée et n'a pas besoin de faire de concessions dans les futures négociations et pourparlers avec les protagonistes directes et indirectes. Les observateurs, même les plus sceptiques, sont contraints de reconnaître que le contrôle de Damas reste un tournant dans cette guerre aux ramifications multiples. La périphérie de Damas de part sa complexité géographique aura longtemps constituée une menace ardente sur le gouvernement et ses structures. La plupart des attaques qui ont visé la capitale sont venues justement de cette banlieue qui ceinture la plus grande ville du pays. Sa plus grande alerte remonte au 15 juillet 2012, lorsque des milliers d'éléments des groupes armés avaient réussi à contrôler plusieurs quartiers. Il a fallu aux troupes d'élite de l'armée syrienne plus de deux semaines pour les repousser et soulager un tant soit peu les populations dans ces zones. Récemment, le 19 mars un groupe du «Front Fateh Al-Cham» a lancé, à partir de Jobar, une tentative de pénétration sur la place des Abbassides, près du centre, avant d'être repoussés. Depuis six ans, la capitale, avec ses 1,6 million d'habitants, a été cependant plus préservée que les deux métropoles d'Homs et Alep, ravagées par la guerre et partiellement détruites. La capitale syrienne aura pu résister grâce à l'aide des forces russes et des autres alliés de Damas. En activant dans d'autres zones lointaines de Damas ces forces alliées ont permis à l'armée syrienne de mieux préserver la capitale.
Les premiers fruits d'Astana
La conférence d'Astana semble commencer à donner ses premiers fruits sur le terrain malgré les réticences, voire les critiques de certains acteurs qui espéraient un énième échec afin de revenir au centre du jeu. L'accord signé le 4 mai à Astana par la Russie, l'Iran et la Turquie et qui porte sur la création de quatre «zones de désescalade» en Syrie ne concerne pas Damas. Mais l'effet semble immédiat sur cette dernière. L'objectif immédiat de l'armée syrienne reste bien de récupérer la Ghouta orientale. Située à l'est de Damas, cette vaste région agricole péri-industrielle et résidentielle a basculé dans l'instabilité et restée depuis le début de la tragédie comme une menace directe guettant la capitale. Aujourd'hui, même si la menace n'a pas complètement disparu, la mise en échec du plan de scission de la Syrie semble une réalité. L'avantage n'aura été possible que grâce à plusieurs acteurs qui s'y sont investis fortement malgré les difficultés sur le plan politique mais aussi géopolitique. Le mouvement de résistance libanais Hezbollah qui s'est engagé dans l'imbroglio syrien, malgré les risques, aura à l'évidence joué un rôle primordial dans l'évolution de la crise. Le mouvement libanais a réussi à contrôler toutes les routes reliant le Liban à Damas et à la Ghouta en prenant position dans la stratégique Qalamoun, à la frontière entre les deux pays. Le Hezbollah a récemment décidé de démanteler ses bases à la frontière syrienne, devenue sécurisée et de remettre ses positions à l'armée libanaise. Hassan Nasrallah a déclaré que les hommes du Hezbollah «ont accompli la mission qui leur était confiée, puisque la frontière est devenue sûre dans sa plus grande partie et leur présence n'a plus de raison d'être. Aujourd'hui, la protection de cette frontière relève de la responsabilité de l'Etat que nous ne voulons pas remplacer». Le mouvement Hezbollah lutte contre les groupes armés sur le sol syrien depuis pratiquement le début de la crise.
Pour beaucoup d'observateurs de la scène syrienne, c'est un tournant dans le conflit. En plus de Damas le gouvernement syrien reprend la main dans les principales zones d'instabilité, sauf le nord afin d'éviter un face-à-face avec les turques. Les différents groupes armés semblent manifestement vivre des moments de désarrois, les sponsors et les soutiens semblent avoir perdu la partie. Cependant, dans cet «après» qui s'annonce, les conséquences de six ans de tragédie syrienne ne tarderaient pas à se manifester.
M. B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.