La société civile en question    L'ex-ministre de la Justice vide son sac    Oran n'aura plus soif    Les moteurs de la débrouille    «Les grandes firmes attendent de la visibilité»    Amman condamne la décision de l'entité sioniste    Le Bénin se prépare à retirer ses troupes de la Minusma    La 3e guerre mondiale n'aura pas lieu    Les dernières retouches    Le Palais des sports fait peau neuve    Les Verts sans forcer    «Il y a le feu au lac!»    Les directeurs des CEM se rebellent    Sonatrach se diversifie    Lala Aïni tire sa révérence    Prestation de l'association «Mezghena» d'Alger    «Tant de féminicides...»    Accession en Ligue 1: le Président Tebboune félicite l'USM Khenchela et le MC El Bayadh    La loi portant régime général des forêts bientôt sur la table du gouvernement    Tribunal: 10 ans de prison ferme requis contre Tayeb Louh    Chanegriha se rend à la Base navale principale de Mers El-Kebir    Real Madrid : Trois noms pour renforcer l'attaque    L'Emir Abdelkader, un homme, une foi, un engagement...    Mémoires de Sadek Hadjeres. Tome 2    L'importance de la société civile dans le développement global soulignée    Migration internationale: l'approche algérienne exposée devant l'AG de l'ONU    Naftal: des projets d'investissement de plus de 250 Mds Da pour les 5 prochaines années    JM-2022 : le complexe de tennis d'Oran aux normes internationales    Sahara occidental: l'activiste américaine McDonough déterminée à dénoncer les pratiques répressives du Maroc    Tizi Ouzou: 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni du 24 au 28 mai    JM Oran-2022: cinq manifestations culturelles internationales prévues    Le prisonnier sahraoui Lamine Haddi soumis à des traitements "cruels et inhumains" dans les geôles marocaines    Petites et moyennes entreprises : une conférence nationale mardi sur la garantie financière    Forte activité pluvio-orageuse, à partir de lundi, sur des wilayas du Sud    Lutte/championnat d'Afrique : l'Algérie termine avec 48 médailles dont 14 en or    Chafia Boudraâ, figure incontournable du cinéma algérien tire sa révérence    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Industrie: Contacts avancés avec des constructeurs mondiaux de voitures    Raison politique ou économique ?    Académie algérienne des sciences et des technologies: Des académiciens expatriés interpellent l'APN    Oran - Omnisports: Emouvantes retrouvailles des sportifs    Nouvelle pandémie, nouvelle alerte    Variole du singe: L'Algérie n'est pas à l'abri    Canicule: La Protection civile en alerte    L'armée s'engage    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    Ministère de l'Intérieur: Le wali de Khenchela démis de ses fonctions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Bachotage toute l'année
Publié dans La Tribune le 09 - 07 - 2017

Par son anticonformisme affiché et vécu en dilettante, le poète Jacques Prévert, par ailleurs scénariste et dialoguiste productiviste, n'envoie pas que des tartes à la crème sur la figure des bien-pensants obsédés par leurs intérêts mesquins. Par exemple, pour lui «la meilleure façon de ne pas avancer est de suivre une idée fixe». Passe encore pour une seule idée fixe, mais quand une conduite personnelle ou institutionnelle suit le sillon d'une kyrielle poussiéreuse d'idées fixes, c'est s'amarrer sur tous les bollards de tous les ports du passé. Certains appellent cela l'attachement aux valeurs ancestrales et d'autres en font un profitable commerce pour retarder l'avènement d'une modernité dans laquelle ils ont tout à perdre.
Mais pourquoi, diable, cette propension des Algériens, ceux du haut comme ceux du bas, à replonger toujours les pieds dans les marigots de la sténose occlusive ? Droit derrière, quoi ! Face à la crise économique qui plombe le pays depuis maintenant trois ans, trop de regards continuent de scruter le passé quand l'urgence est à affronter courageusement le présent pour mieux préparer l'avenir. On en oublie presque que depuis janvier 2017 nous sommes plus de 41 millions d'Algériens, toujours en majorité agglutinés dans l'espace réduit des 200 kilomètres de bande côtière dans un pays de 2,3 millions de kilomètres carrés.
On l'avait aussi presque oublié aussi, depuis 2015, le croît démographique est de nouveau en plein essor avec plus d'un million de naissances vivantes chaque année. Et il faudra y faire face, d'une manière ou d'une autre, mais de préférence de la meilleure manière qui soit. On ne peut pas dire que rien n'a été entrepris, non. C'est que durant ces trois dernières années, il a été beaucoup question d'un réajustement structurel qui découplerait significativement l'économie du pétrole qui procurait à l'Algérie jusqu'à 97% de ses recettes en devises. Lesquelles, faut-il tristement le souligner, faisaient vivre tout le monde, entreprises improductives et foules perdues sans la générosité de l'Etat-providence.
Si ces trois ans ont été prolixes en incantations pour un changement unanimement souhaité et réclamé, dans les faits un surplace pesant a bloqué jusqu'au renouvellement de la pensée. Mais la méthode s'apparentait plus au bachotage, qui est loin d'être une préparation sérieuse au bac, qu'à un réveil des consciences stimulées par l'effort collectif et porté par une gouvernance en rupture sérieuse avec certaines politiques du passé totalement contreproductives. Un glissement vers ces politiques, visible dans certaines décisions qui méritaient approfondissement, condamnerait le pays à revivre ce passé sans les bienfaits qu'il avait apportés aux citoyens.
C'est un fait que l'urgence n'est pas toujours bonne conseillère, mais si son sceau s'impose, autant que ce soit dans le respect des grands principes de la rationalité économique. Le Premier ministre, Abdelmadjid Tebboune, pressé il est vrai par une multitude de contraintes, réagit par des mesures drastiques pour réguler et discipliner les comportements économiques. Trop drastiques même. Car les interdits qu'il édicte ne pourront porter leurs fruits qui si un Etat qui a retrouvé la plénitude de ses prérogatives et de son autorité veille au grain.
Or, les pouvoirs publics, malgré la dimension prise par la spéculation, le contournement de la loi et la corruption, n'ont pas été en mesure d'endiguer le phénomène de la fuite des capitaux facilitée par la surfacturation. L'administration reste toujours lente dans l'accompagnement de l'acte d'investir, alors que le cafouillage né de la restriction des importations et l'imposition des licences du même nom risque d'ouvrir la voie à un retour non souhaitable d'un dirigisme d'Etat incompatible avec une économie ouverte.
A. S.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.