Deux clubs espagnols se disputent Isco    Pièces de rechange automobiles: «Pas de rupture d'approvisionnement»    Nombreux forages et exploitations agricoles raccordés à l'électricité    Sahara occidental: L'émissaire de l'ONU en tournée dans la région    Libye : des manifestants investissent le siège du Parlement    Feuille de route admissible ?    Fête de l'indépendance: 160.000 logements à distribuer    JM-Oran 2022: La boxe et l'athlétisme enrichissent la moisson algérienne    Tiaret - Match gala pour Tahar Benferhat: Dans l'attente d'un Mémorial    «Les attributions de logements ne vont pas s'arrêter»    Le partage du mouton et du repas    La tenue des gymnastes olympiques et le délire collectif    Sidi Bel Abbès: Le festival de danse populaire tient ses promesses    La plaidoirie de Lamamra    Deux repentis de Boko Haram se rendent à l'armée    Le Hamas salue un rapport de l'ONU    Les clés de l'indépendance    L'Algérie se dote d'une unité d'insuline    Le directeur de l'Anad placé en garde à vue    Bilal Afer crée la sensation    Les pros ou les charlatans?    Le bout du tunnel    M. Diafat lance le programme national de développement des micro-entreprises    Le sens et les messages d'un défilé    Makri avance sa proposition    Béjaïa en fête    Les déchets ménagers inquiètent    Le 60ème anniversaire de l'indépendance, "une opportunité pour mettre en relief les réalisations de l'Algérie indépendante"    De quoi le 5 Juillet est-il le nom?    Comme un certain 5 Juillet 1962...    Le «Train de la Mémoire» sur les rails    "L'Algérie est une nation ancienne dont l'authenticité ne peut être mise en doute"    Des milliers de logements attribués à leurs bénéficiaires dans l'Ouest du pays    Lancement de la distribution de 160.000 logements à l'échelle nationale    Le renforcement du front interne, un message de fidélité aux martyrs    1962-2022: Célébrer une libération « inachevée »?    Algérie-Unesco: volonté de renforcer la coopération dans le domaine éducatif    Migrants tués par la police marocaine: la CADHP déplore le recours excessif à la force    Appel à la levée de l'embargo sioniste sur Ghaza: le Hamas salue un rapport de l'ONU    JM: programme des finales prévues dimanche    JM/Judo: l'Algérie renoue avec l'or 13 ans après    Zeroual: l'Algérie a besoin de tous ses enfants pour parachever l'édification d'un Etat moderne    Message de l'ancien Président Liamine Zeroual à l'occasion de la Fête de l'indépendance    Le DG du journal «Echaab» limogé    Grand Prix Assia Djebar du Roman: Les lauréats distingués    El-Bayadh: Le célèbre «Rakb Sid Cheikh» de retour    «C'est un écrin de l'esprit de Novembre»    Oran sous psychotropes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La Turquie commémore la tentative du coup d'Etat raté
Alors que le pays vit au rythme des purges
Publié dans La Tribune le 16 - 07 - 2017

Plus puissant que jamais à la faveur d'une révision constitutionnelle controversée, Erdogan a balayé les critiques, dénonçant la posture distanciée de l'Occident, avec lequel les relations se sont tendues
La Turquie a commémoré la tentative de coup d'Etat du 15 juillet 2016 contre le président Recep Tayyip Erdogan, dont la riposte a ébranlé un pays qui vit au rythme des purges. Session parlementaire extraordinaire, discours nocturne et hommages aux «martyrs»: Ankara a tenu à marquer l'anniversaire du soulèvement qui a fait 249 morts, hors putschistes. Si la tentative ratée est saluée par Erdogan comme une victoire démocratique, les purges lancées depuis par les autorités ont suscité l'inquiétude. Accusant le prédicateur Fethullah Gülen d'être derrière le putsch, Ankara traque inlassablement ses sympathisants depuis un an: 50 000 personnes ont été arrêtées, plus de 100 000 limogées par vagues successives. Vendredi encore, plus de 7 000 militaires, policiers et employés de plusieurs ministères ont été radiés par décret-loi. Le même jour, le prédicateur Gülen qui vit en exil aux Etats-Unis, a de nouveau rejeté tout lien avec le putsch et a dénoncé une «chasse aux sorcières» contre ses partisans. Les opposants du Président turc l'accusent de dérive autocratique depuis cette tentative de coup d'Etat, la plus violente et spectaculaire forme de contestation contre lui depuis qu'il a accédé au pouvoir en 2003. Plus puissant que jamais à la faveur d'une révision constitutionnelle controversée, Erdogan a balayé les critiques, dénonçant la posture distanciée de l'Occident, avec lequel les relations se sont tendues. Pour commémorer le putsch manqué, les dirigeants turcs ont pris part à plusieurs manifestations à Istanbul et à Ankara. Dans la nuit du 15 au 16 juillet, des avions de chasse, des hélicoptères et des chars détournés par des éléments séditieux de l'armée affirmant avoir pris le pouvoir. Mais Erdogan contre-attaque: à travers un écran de téléphone lors d'une interview en direct avec une chaîne de télévision, il exhorte ses partisans à descendre dans la rue. Des dizaines de milliers de personnes répondent à son appel. L'un des épisodes les plus marquants se joue sur l'un des ponts qui enjambent le Bosphore, rebaptisé depuis le «pont des Martyrs du 15 juillet», où des putschistes tirent sur des civils. Leur reddition, au petit matin, symbolisera l'échec du coup de force. «Plus rien ne sera comme avant le 15 juillet», a déclaré Erdogan lors d'une cérémonie d'hommage aux victimes du coup d'Etat manqué à Ankara, qualifiant la tentative de putsch de «tournant» dans l'histoire de la Turquie. Les purges lancées après le putsch ont en tout cas bouleversé les institutions: 4 000 magistrats ont été radiés et l'armée turque, la deuxième de l'Otan, est affaiblie, avec le limogeage d'au moins 150 généraux. Le gouvernement turc affirme que de telles mesures d'exception, prises dans le cadre de l'état d'urgence en place depuis un an, sont nécessaires pour nettoyer l'Etat des éléments gülénistes qui l'ont méthodiquement infiltré pendant des décennies. Le Premier ministre turc, Binali Yildirim, a annoncé que le gouvernement va proposer la prorogation de l'état d'urgence, décrété en juillet dernier en Turquie à la suite du coup d'Etat avorté, pour une cinquième période de 90 jours.
R. I


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.