Le Président Tebboune tient une réunion au siège du MDN    "L'ACTIVITE SYNDICALE EST VITALE POUR LA SOCIETE"    Le statu quo !    Levée des obstacles sur 679 projets d'investissement    Le procès de Chakib Khelil et de l'ancien P-DG de Sonatrach reporté    Plus de 1 700 employeurs exonérés à Aïn Témouchent    De Mistura doit agir pour garantir le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Le Conseil présidentiel en faveur de la tenue des élections    Les troupes nigérianes tuent cinq terroristes lors d'une fusillade    Le N 2 d'un groupe terroriste éliminé    CAN-2021 (Gr.E) Algérie : les "Verts" à l'heure des calculs    JM-2022: les championnats d'Afrique de judo fixés du 26 au 29 mai à Oran    Accidents de la route : 34 morts et 1027 blessés en une semaine    Saisie de plus de 15 kg de cocaïne et 14 q de kif traité en 2021    Un syndicat plaide pour la gratuité des tests de dépistage de la Covid-19    Un vif intérêt d'opérateurs américains pour une coopération avec leurs homologues algériens    M. Lamamra reçu par le Président égyptien Abdelfattah Al-Sissi    Trois morts suite à une attaque par drone    Croissance de 8,1% en 2021, au plus haut depuis une décennie    Mouvement partiel dans le corps des douanes    Le baril de Brent «touche» les 86 dollars    A l'écoute de la CAN    Le pôle de formation ouvre ses portes à la presse    Quatrième report du procès de Chakib Khelil    Entre le fait politique et le fait polémique, l'intérêt du citoyen en péril !    «L'Omicron n'épargne aucune tranche d'âge»    Des agressions et des vols à répétition sur des équipements d'électricité et de gaz    Covid-19: vaccination "fondamentale" et mesures barrières pour faire face à la pandémie    Privilèges, affectations et contrariétés !    Comment un espion de la CIA est tombé à Alger    La «Longue liste» des auteurs retenus pour le prix littéraire Mohammed-Dib dévoilée    Des experts japonais en visite au CNRDPA et nombre de ports de pêche à Skikda    Nouvelles infrastructures éducatives    Equipe nationale: Une faillite collective    Groupe C : Ghana-Comores, aujourd'hui 17h00 - Les Cœlacanthes veulent décrocher les étoiles    Pénurie d'huile: Les résultats de l'enquête parlementaire dans dix jours    Une histoire entre colons    Tébessa: Une dégradation en continu du cadre de vie    Belmadi refuse d'abdiquer    L'ADE au banc des accusés    Arrêts, grève et menaces planent...    Comme Barkhane, Takuba déjà à la peine    Tu recevras autant que tu as...    Les Canaris assurent et rassurent    Bouazza lance un cri de détresse    Héroïsme et sacrifice d'un condamné à mort    «Le rythme, c'est la vie»    La conquête de l'impossible    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La Turquie commémore la tentative du coup d'Etat raté
Alors que le pays vit au rythme des purges
Publié dans La Tribune le 16 - 07 - 2017

Plus puissant que jamais à la faveur d'une révision constitutionnelle controversée, Erdogan a balayé les critiques, dénonçant la posture distanciée de l'Occident, avec lequel les relations se sont tendues
La Turquie a commémoré la tentative de coup d'Etat du 15 juillet 2016 contre le président Recep Tayyip Erdogan, dont la riposte a ébranlé un pays qui vit au rythme des purges. Session parlementaire extraordinaire, discours nocturne et hommages aux «martyrs»: Ankara a tenu à marquer l'anniversaire du soulèvement qui a fait 249 morts, hors putschistes. Si la tentative ratée est saluée par Erdogan comme une victoire démocratique, les purges lancées depuis par les autorités ont suscité l'inquiétude. Accusant le prédicateur Fethullah Gülen d'être derrière le putsch, Ankara traque inlassablement ses sympathisants depuis un an: 50 000 personnes ont été arrêtées, plus de 100 000 limogées par vagues successives. Vendredi encore, plus de 7 000 militaires, policiers et employés de plusieurs ministères ont été radiés par décret-loi. Le même jour, le prédicateur Gülen qui vit en exil aux Etats-Unis, a de nouveau rejeté tout lien avec le putsch et a dénoncé une «chasse aux sorcières» contre ses partisans. Les opposants du Président turc l'accusent de dérive autocratique depuis cette tentative de coup d'Etat, la plus violente et spectaculaire forme de contestation contre lui depuis qu'il a accédé au pouvoir en 2003. Plus puissant que jamais à la faveur d'une révision constitutionnelle controversée, Erdogan a balayé les critiques, dénonçant la posture distanciée de l'Occident, avec lequel les relations se sont tendues. Pour commémorer le putsch manqué, les dirigeants turcs ont pris part à plusieurs manifestations à Istanbul et à Ankara. Dans la nuit du 15 au 16 juillet, des avions de chasse, des hélicoptères et des chars détournés par des éléments séditieux de l'armée affirmant avoir pris le pouvoir. Mais Erdogan contre-attaque: à travers un écran de téléphone lors d'une interview en direct avec une chaîne de télévision, il exhorte ses partisans à descendre dans la rue. Des dizaines de milliers de personnes répondent à son appel. L'un des épisodes les plus marquants se joue sur l'un des ponts qui enjambent le Bosphore, rebaptisé depuis le «pont des Martyrs du 15 juillet», où des putschistes tirent sur des civils. Leur reddition, au petit matin, symbolisera l'échec du coup de force. «Plus rien ne sera comme avant le 15 juillet», a déclaré Erdogan lors d'une cérémonie d'hommage aux victimes du coup d'Etat manqué à Ankara, qualifiant la tentative de putsch de «tournant» dans l'histoire de la Turquie. Les purges lancées après le putsch ont en tout cas bouleversé les institutions: 4 000 magistrats ont été radiés et l'armée turque, la deuxième de l'Otan, est affaiblie, avec le limogeage d'au moins 150 généraux. Le gouvernement turc affirme que de telles mesures d'exception, prises dans le cadre de l'état d'urgence en place depuis un an, sont nécessaires pour nettoyer l'Etat des éléments gülénistes qui l'ont méthodiquement infiltré pendant des décennies. Le Premier ministre turc, Binali Yildirim, a annoncé que le gouvernement va proposer la prorogation de l'état d'urgence, décrété en juillet dernier en Turquie à la suite du coup d'Etat avorté, pour une cinquième période de 90 jours.
R. I


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.