La société civile en question    L'ex-ministre de la Justice vide son sac    Oran n'aura plus soif    Les moteurs de la débrouille    «Les grandes firmes attendent de la visibilité»    Amman condamne la décision de l'entité sioniste    Le Bénin se prépare à retirer ses troupes de la Minusma    La 3e guerre mondiale n'aura pas lieu    Les dernières retouches    Le Palais des sports fait peau neuve    Les Verts sans forcer    «Il y a le feu au lac!»    Les directeurs des CEM se rebellent    Sonatrach se diversifie    Lala Aïni tire sa révérence    Prestation de l'association «Mezghena» d'Alger    «Tant de féminicides...»    Accession en Ligue 1: le Président Tebboune félicite l'USM Khenchela et le MC El Bayadh    La loi portant régime général des forêts bientôt sur la table du gouvernement    Tribunal: 10 ans de prison ferme requis contre Tayeb Louh    Chanegriha se rend à la Base navale principale de Mers El-Kebir    Real Madrid : Trois noms pour renforcer l'attaque    L'Emir Abdelkader, un homme, une foi, un engagement...    Mémoires de Sadek Hadjeres. Tome 2    L'importance de la société civile dans le développement global soulignée    Migration internationale: l'approche algérienne exposée devant l'AG de l'ONU    Naftal: des projets d'investissement de plus de 250 Mds Da pour les 5 prochaines années    JM-2022 : le complexe de tennis d'Oran aux normes internationales    Sahara occidental: l'activiste américaine McDonough déterminée à dénoncer les pratiques répressives du Maroc    Tizi Ouzou: 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni du 24 au 28 mai    JM Oran-2022: cinq manifestations culturelles internationales prévues    Le prisonnier sahraoui Lamine Haddi soumis à des traitements "cruels et inhumains" dans les geôles marocaines    Petites et moyennes entreprises : une conférence nationale mardi sur la garantie financière    Forte activité pluvio-orageuse, à partir de lundi, sur des wilayas du Sud    Lutte/championnat d'Afrique : l'Algérie termine avec 48 médailles dont 14 en or    Chafia Boudraâ, figure incontournable du cinéma algérien tire sa révérence    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Industrie: Contacts avancés avec des constructeurs mondiaux de voitures    Raison politique ou économique ?    Académie algérienne des sciences et des technologies: Des académiciens expatriés interpellent l'APN    Oran - Omnisports: Emouvantes retrouvailles des sportifs    Nouvelle pandémie, nouvelle alerte    Variole du singe: L'Algérie n'est pas à l'abri    Canicule: La Protection civile en alerte    L'armée s'engage    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    Ministère de l'Intérieur: Le wali de Khenchela démis de ses fonctions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le Bac des paumés
Publié dans La Tribune le 18 - 07 - 2017

Quand, à l'occasion de certaines fêtes commémoratives, le président de la République promulgue des mesures de grâce au profit de certaines catégories, condamnés, détenus ou non détenus, l'administration pénitentiaire s'assure évidemment que la mesure ne profite qu'à ceux répondant aux conditions édictées par les décrets promulgués à cet effet. C'est un truisme de le souligner, mais mieux vaut le faire, ce ne sont pas les services de la présidence de la République qui se chargent des vérifications d'usage. Ainsi, si par mégarde, manque de vigilance ou commission de faux, venaient à figurer parmi les libérables des condamnés n'y ouvrant pas droit, les responsabilités seront cherchées ailleurs. Le principe de précaution, tout comme l'anticipation et l'évaluation des hypothèses envisageables sont, normalement, des exercices courants de la gouvernance administrative, voire politique. Qui a dit : «Gouverner, c'est prévoir» ?
On ne sait pas si des détenus libérables ont concouru lors de cette assez discutable session de rattrapage du baccalauréat décidée par le chef de l'Etat au profit de certaines catégories de candidats «retardataires» de la «session ordinaire» de juin. Mais il apparait clairement, dès le premier jour de l'examen de la deuxième chance, que les absentéistes de juin le sont aussi majoritairement en juillet. Sur la centaine de milliers de postulants au titre sanctionnant le cycle secondaire qui se sont fait porter pâles la première fois, l'écrasante majorité des candidats putatifs a fait le choix de l'école buissonnière la deuxième fois. Et comme il est désormais de tradition en pareil cas, ministère de l'Education et syndicats avancent des chiffres différents, surtout quelques-uns parmi les seconds prompts à profiter de l'aubaine pour planter une banderille de plus dans le dos de Mme Benghabrit. Mais la question n'est vraiment pas celle des chiffres. On se contentera de retenir que, globalement, les absentéistes récidivistes se recrutent dans une proportion qui frôle les 90% parmi les 94 000 candidats libres sur les 104 000 admis à repasser l'examen. La vraie et pertinente question est plutôt celle-ci : avant de prendre les dispositions nécessaires pour appliquer la décision présidentielle, les différents corps de l'administration centrale concernés ont-ils envisagé, et de quelle manière, le scénario proche de la catastrophe qui a dénaturé le sens du geste du président de la République ? Ne pas oublier que des moyens énormes et une grosse logistique ont été mobilisés à cette fin, qui plus est sous la contrainte de délais rapprochés et pressants.
«En toute chose il faut considérer la fin», c'est la substantifique moelle d'une morale de la vie quotidienne qu'en tire le fabuliste Jean de La Fontaine dans son histoire du renard et du bouc. La vie institutionnelle aussi doit reposer sur cette gouvernance de l'anticipation.
A. S.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.