Groupe A : L'Ouganda et le Zimbabwe se neutralisent    Dernière séance d'entrainement pour les Verts avant le choc face au Sénégal    AHMED GAID SALAH : ‘'L'armée accompagnera le peuple au sens propre du terme''    TERRAINS NON EXPLOITES : Une enquête dévoile les faux investisseurs à Oran    Serdouk Samir, le supporteur algérien expulsé d'Egypte écroué à la prison d'El Harrach    Pacte politique pour une véritable transition démocratique    Moyen-Orient : Pourquoi les Etats-Unis jouent avec le feu    Grève et sit-in des avocats à Béjaïa    20 hectares ravagés par les flammes    La prise en charge des malades à revoir    La Protection civile prend les devants    EN : Belmadi ne fait pas de différence entre Baldé et Mané    Heurts entre policiers et manifestants à Nouakchott    Houassi invite les actionnaires à une réunion    Kalu, victime de déshydratation, apte à rejouer    Le Caire, ville sous haute sécurité    Hanane Ashrawi dénonce    8 opérateurs ont la mainmise sur le marché du médicament en Algérie    Sonatrach revoit ses ambitions d'investissement à la baisse    «Il n'y a pas de volonté politique de lutter contre la drogue»    Plusieurs agresseurs d'automobilistes appréhendés    Côtelettes d'agneau marinées au four    Pèlerinage au village natal de Matoub Lounès    Qu'est-ce qu'être algérien aujourd'hui ? éloge du vivre-ensemble    Le vieil esthète n'est pas fatigué !    Un voyage à travers 600 ans d'art universel    La Fondation Casbah condamne    Plan bleu de l'ETUSA : 17 dessertes vers les plages de la capitale    Lutte contre la criminalité : Saisie de plus de 1100 comprimés de psychotropes    Les étudiants réclament une Algérie «libre et démocratique»    Le match Sénégal-Algérie dirigé par le Zambien Janny Sikazwe    Pour désigner un successeur à Ouyahia: Session extraordinaire du RND le 6 juillet    L'inflation à 3,6%    Blida: Sept arrestations pour un trafic de 1,5 million de dollars et 600.000 euros    D'énormes potentialités    Signature d'une charte d'exploitation des nappes souterraines    La SDO change de main : Un nouveau directeur installé    Le HCA plaide pour la suppression de l'aspect facultatif    Un art, un sport de compétition et une thérapie    Toufik Hamoum à la tête d'un conseil technique    Ecole supérieure des blindés de Oued Chaâba (Batna) : Sortie de six promotions    Crise anglophone au Cameroun : La difficile équation d'un dialogue à plusieurs inconnues    Guerre commerciale avec les USA : Comment pourrait répliquer la Chine à cette escalade ?    Transfert : Billel Dziri nouvel entraîneur de l'USM Alger    Djellab à Dakar: "L'Algérie continuera à jouer un rôle primordial pour l'intégration économique intra-africaine"    L'opposition en conclave le 6 juillet    Qui a trompé l'agence Sputnik ?    Deux nouvelles attaques meurtrières dans le Nord    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Légitimité de Berraf, un dossier désormais clos
Comite olympique algérien
Publié dans La Tribune le 22 - 07 - 2017

Le Comité international olympique en appelle «aux autorités gouvernementales compétentes, à votre CNO et à l'ensemble des fédérations sportives nationales pour restaurer un climat de confiance et de respect mutuel»
C'est donc définitif et plaira-t-il ou non aux contestataires le Comité olympique algérien est légitime. A en croire la réponse faite par le Tribunal arbitral algérien des sports, M. Berraf a désormais toute la latitude de siéger à sa tête dans la plus grande sérénité. En effet, les fédérations qui ont eu à contester la validité des élections du mois de mai passé en ont eu pour leur frais, le TAS considérant avoir accepté «le principe d'arbitrage dans sa forme, selon la juridiction en vigueur, mais la demande d'annulation des résultats de l'Assemblée générale élective du COA a été rejetée avec la nécessite de faire sortir le ministère de la Jeunesse et des Sports de ce litige». En fait, le TAS, pour sa part, n'a fait que confirmer une première réponse faite déjà par le Comité olympique international (CIO) à la même requête formulée par quatre fédérations sportives algériennes, lesquelles rejetaient pour non-conformité le résultat des élections et par extension le renouvellement de confiance de l'assemblée générale au président sortant, en l'occurrence Mustapha Berraf. Dans une réponse à une demande d'audience formulée par un collectif mandaté par les fédérations d'haltérophilie, badminton, tennis de table, cyclisme, natation et basket-ball, le CIO, annonçant la couleur, estimait que la démarche intervient a posteriori et que les «irrégularités dénoncées ne sont étayées par aucune preuve significative tangible à ce stade», concluant «que tous les documents, éléments et explications reçus nous permettent de confirmer la position initiale du CIO et que le CIO n'a aucune raison de remettre en cause le déroulement du scrutin ni les résultats des élections». Cqfd. Ce qui s'est passé le 27 mai dernier aurait sans doute gagné à être passé par pertes et profits et surtout que l'affaire, car il s'agit bel et bien d'une affaire, soit envoyée au rebut, histoire de mettre un terme à une cabale qui ne dit pas son nom, mais surtout dont les conséquences, si elles venaient à être connues du grand public, ne feraient alors que ternir la réputation de bien des institutions et de leurs représentants directs. Or, conscient du bon droit des fédérations qui font partie de son organisation, le CIO a évité de s'aliéner les membres de l'assemblée générale du COA, en l'occurrence les fédérations contestataires en leur susurrant carrément qu'il relève également de leur bon droit d'introduire ce genre de recours par l'intermédiaire de «votre CNO et aux organes compétents de donner une suite appropriée» à ces «plaintes» reçues au CIO, étant entendu que «le CIO n'a pas vocation à se substituer aux institutions et organes compétents en la matière ni aux mécanismes de recours existants dans les statuts de votre CNO». Toutefois, si les termes de la correspondance du CIO ouvre des perspectives aux contestataires, ses rédacteurs ne manquent pas, encore une fois de rappeler que «conformément aux principes et aux règles qui prévalent au sein du Mouvement olympique, le CIO respecte pleinement la juridiction des organisations sportives du Mouvement olympique ainsi que les décisions statutaires de leurs organes compétents. Par conséquent, le CIO ne peut reconnaître une quelconque légitimité à un collectif de fédérations autoproclamé agissant en dehors de toute institution/structure sportive dûment établie et reconnue». Bien entendu tout est dans le «autoproclamé» histoire de stigmatiser lesdites fédérations et, pourquoi pas, rappeler le respect de la hiérarchie des normes en la matière. Tout cela étant, le Tribunal arbitral algérien des sports remet sur le tapis l'implication du ministère de la Jeunesse et les Sports dans la tentative de déboulonnage du président élu du Comité olympique algérien. En effet, le support essentiel du rejet de la revendication des présidents de fédération est souligné par le contenu de ce paragraphe qui, pour justifier l'inconsistance de la démarche, dit «accepté le principe d'arbitrage dans sa forme, selon la juridiction en vigueur, mais la demande d'annulation des résultats de l'Assemblée générale élective du COA a été rejetée avec la nécessite de faire sortir le ministère de la Jeunesse et des Sports de ce litige». Pour autant un tel constat et surtout une telle issue au conflit va-t-elle ramener à la raison les parties directement et indirectement impliquées ? C'est du moins le vœu du CIO lequel s'adressant auxdites parties fait ce rappel : «Comme vous le savez, le CNO algérien et le Mouvement olympique et sportif algérien dans son ensemble ont malheureusement fait face, dans le passé, à des situations similaires qui ont conduit à des conflits majeurs, au détriment du sport et des athlètes algériens. Par conséquent, nous espérons que chacun aura tiré les conséquences de ces expériences regrettables et agira de manière responsable afin d'éviter que de telles situations ne se reproduisent.» Enfin, paternaliste comme personne, le même Comité international olympique conclut qu'il en appelle «donc aux autorités gouvernementales compétentes, à votre CNO et à l'ensemble des fédérations sportives nationales pour restaurer un climat de confiance et de respect mutuel du rôle et des compétences de chacun, et pour travailler ensemble et de manière constructive dans le seul intérêt du sport et des athlètes algériens».
A. L.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.