Bruxelles ne reconnaît pas la marocanité du Sahara occidental    Maroc-Affaire des écoutes: le militant Omar Radi déplore une campagne de "salissage"    Bloqué à Johannesburg depuis 4 mois : L'énième cri de désespoir de Makhloufi    La DGSN commémore le 58e anniversaire de l'indépendance par un riche programme    Industriel public: recul de 6,7% de la production durant le 1er trimestre 2020    ALGER : 7909 logements AADL livrés le 5 juillet    Lancement d'une nouvelle version du site web officiel du MDN    Coronavirus : 441 nouveaux cas,311 guérisons et 6 décès en Algérie durant les dernières 24h    CORONAVIRUS ALGERIE : Benbouzid se prononce sur le ‘'reconfinement''    Décès du général-Major Hassen Alaïmia    FETE DE L'INDEPENDANCE ET DE LA JEUNESSE : Le président Tebboune décrète une nouvelle grâce présidentielle    441 nouveaux cas confirmés et 6 décès en Algérie    AFFLUENCE RECORD D'ESTIVANTS A ORAN : La plage de Kristel prise d'assaut    BANQUE D'ALGERIE : Emission de nouveaux billets et pièces de monnaie    Restes mortuaires des 24 martyrs: funérailles solennelles à la hauteur des sacrifices    Les restes mortuaires de 24 chefs de la Résistance populaire inhumés au Carré des martyrs du cimetière d'El-Alia    Un procès à huis clos !    Quels moyens pour respecter le protocole sanitaire ?    Laskri compte piloter une liste    Poussée populaire et promesse d'une nouvelle Algérie    Incertitudes sur le rituel du sacrifice du mouton    Sachez-que    Sept blessés lors d'une tentative d'attentat près du port de Mogadiscio    Trudeau hésite à aller à Washington pour un sommet sur le nouvel Aléna    Arrivée du cortège funèbre des restes de 24 chefs de la Résistance populaire au cimetière d'El-Alia    Les martyrs de la Mitidja : les oubliés de l'Histoire    La «longue liste» des auteurs retenus dévoilée    L'ONU cherche toujours un émissaire pour la Libye    L'Algérie et la France doivent affronter le problème de la Mémoire qui hypothèque les relations bilatérales    Un activiste devant la justice    Banque Mondiale : L'Algérie passe à la catégorie pays à revenu intermédiaire inférieur    "Oran doit s'attendre à un 4e pic de contamination"    26 décès et 1 500 personnes infectées    Benrahma inscrit un triplé contre Wigan    "Je ne spéculerai pas sur l'avenir de Messi"    Voici le contenu de la mise au point    Des dizaines de morts dans des combats en Syrie    Le témoignage glaçant d'un employé turc du consulat saoudien    MO Béjaïa: Club en quête d'assainissement    Meilleurs joueurs africains (1ère partie): Le subjectivisme toujours au rendez-vous    Chlef: La CNAS veut améliorer ses prestations    L'Emir Abdelkader : « Un guerrier, un homme d'Etat, un apôtre de la paix »    Nouvelles approches sur les crimes de «la Main rouge» contre les Algériens    A quoi sert un musée ?    Marche de la diaspora algérienne à Montréal    Les journalistes indésirables dans la salle d'audience    L'Algérie exportera 50 millions de gants vers l'Espagne    L'infrangible lien...    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Trump et Israël dans le désordre du monde
Divergences et convergences sur la question syrienne
Publié dans La Tribune le 25 - 07 - 2017

A en croire Haaretz, dans son édition de samedi 22 juillet 2017, (1) «Donald Trump a officiellement fait don de la Syrie aux Russes et aux Syriens». Il s'agit de l'accord de désescalade conclu entre les présidents Poutine et Trump et qui mèneraient le sud syrien vers un gel des combats entre miliciens et armée syrienne, à l'exclusion d'El Nosra, groupe tenu pour terroriste par les instances onusiennes et par les USA eux-mêmes, mais qu'Israël soutient, finance, aide et soigne ses blessés au besoin.
A en croire Haaretz, dans son édition de samedi 22 juillet 2017, (1) «Donald Trump a officiellement fait don de la Syrie aux Russes et aux Syriens». Il s'agit de l'accord de désescalade conclu entre les présidents Poutine et Trump et qui mèneraient le sud syrien vers un gel des combats entre miliciens et armée syrienne, à l'exclusion d'El Nosra, groupe tenu pour terroriste par les instances onusiennes et par les USA eux-mêmes, mais qu'Israël soutient, finance, aide et soigne ses blessés au besoin.
La charge est sévère et elle reflète le degré de déception des milieux sionistes en général et d'Israël en particulier. Le journal pointe la décision de la CIA et de Trump de ne plus livrer d'armes aux «rebelles modérés» et de ne plus poursuivre le but de renverser Assad. Dans le brouhaha qui entoure cette question syrienne ne comptez pas sur les médias dominants pour relever que le renversement d'Assad n'était pas un but syro-syrien, mais un objectif international sur lequel Israël et les milieux sionistes ont tellement investi que ce journal Haaretz, emblématique de ces milieux, s'en prend à Trump. Ce qui n'est pas peu, au vu des décisions formelles qu'il a prises de transférer l'ambassade US à El Qods occupée et de ne noter que pour la forme les difficultés supplémentaires d'une construction trop échevelée de nouvelles colonies. Il a surtout fait avancer à pas de géant l'officialisation des ententes et des alliances israélo-arabes avec certains pays du Golfe et de la région. Il a fait enterrer au cours de son fameux sommet arabe, toute idée d'une urgence palestinienne et toute prétention palestinienne à être une question arabe. Il a fait avancer le projet le plus cher à Israël, unir les pays arabes à majorité sunnite dans une alliance anti-iranienne, qui rapprocherait cet Etat des frontières de l'Iran et faciliterait l'action de ses avions et de ses missiles. Trump a pris les positions les plus pro-sionistes et pro-Israël de tous les Présidents américains passés et probablement à venir. Jared Kushner, son gendre, animateur du soutien aux colonies israéliennes, y est certainement pour quelque chose.
Mais la réaction de Haaretz, tenu pour un média sérieux, indique qu'une divergence majeure, d'intérêt ou de vision, oppose finalement Trump à Netanyahu, ou plus précisément, oppose une équipe américaine à Netanyahu. Elle serait composée essentiellement de Matis, le chef du Pentagone, et de Tillerson, le chef de la diplomatie, ainsi qu'un haut conseiller de Trump.
La plupart des analystes affirment que la position israélienne qui a été favorable à l'accord. Il l'aurait donc d'abord perçu comme un gel des hostilités avec maintien des zones ou territoires sous le contrôle des forces qui l'occupent, armée syrienne ou milices terroristes. Ce qui comblait Israël par la réalisation de trois objectifs en un seul. Premièrement reproduire l'expérience d'Antoine Lahd le général libanais qui a offert aux Israéliens des services éminents de contrôle du sud Liban et de missions supplétives contre les résistants. Deuxièmement grâce à ces troupes harkis créer une zone tampon qui l'isolerait du danger syrien, hezbollahi ou iranien et qui deviendrait un micro Etat dépendant pour sa sécurité. Mais, troisièmement, et surtout, forcer la reconnaissance internationale de l'annexion du plateau du Golan, au vu de l'apparition de ces cantons qui annuleraient ipso facto, toute souveraineté syrienne sur quoi que ce soit, par mort, violente certes, mais mort en bonne et due forme de la Syrie partie aux guerres arabes avec Israël, membre de l'ONU donc en capacité de recourir au droit international. Ce même droit international qui gêne Israël pour judaïser El Qods sans compte à rendre, maintenir en authentique camp d'internement les Ghazaouis et les écraser régulièrement sous les bombes.
Il a fallu vingt-quatre heures chrono pour que les dirigeants d'Israël comprennent que les Américains avaient mis le pied au sol et que les bottes US qui devaient rester à l'écart des combats tout en formant et encadrant les terroristes venus de quatre-vingt pays décider démocratiquement de ce que doit être le devenir de la Syrie, peuple, terre et Nation.
Les chefs militaires réputés les plus durs ont indiqué à Trump la difficulté de réussir les buts que plus de six ans de guerre n'ont pas réalisés.
Les mêmes analystes notent qu'Israël s'en prend directement ou par médias interposés à Trump pour le mettre sous pression pour l'obliger à rester sur une ligne anti-russe et anti-iranienne et pour ramasser quelques atouts qui auraient échappé au regard des Russes. Israël a raison de mettre la pression sur Trump.
De l'autre côté dans une touchante unanimité Démocrates et Républicains (2) ont adopté une nouvelle série de sanctions contre la Russie, l'Iran dans une forme qui ne laisserait au Président américain peu de chances de les modifier. Même en l'absence de John Mac Cain malade, le parti les réseaux Obama dans l'Etat profond, dans l'administration et dans les chambres empêchent Trump de devenir véritablement un Président incontesté et maître du gouvernail, si jamais un président américain a été maître de diriger cet Etat. La stratégie d'Israël tout en prenant sans hésitation tout ce que lui offre Trump, a intérêt à contre carrer ses velléités de rapprochement avec les Russes fût avec le plein appui de cercles militaires bien informés des réalités du terrain.
L'axe d'efforts principal d'Israël, comme auraient dit les généraux russes, est d'empêcher à tout prix un rapprochement USA - Russie et USA - Iran éventuellement. La base de cette phobie est totalement rationnelle, il faut le reconnaître. La Russie se bat sur le principe du droit international actuel qui stipule la souveraineté des Etats, formellement en vigueur malgré les nombreuses transgressions des USA et des pays de l'Otan. Israël plus que tout autre entité ne peut accepter aucune norme qui soit supérieure à sa volonté de puissance, ses besoins, ses fantasmes ou ses angoisses existentielles ou pas. Tout doit être détruit dans un rayon de plus de deux mille kilomètres, incluant l'Iran et l'Algérie. Aucune nation ou pays ne doit avoir le niveau technologique suffisant à la fabrication de n'importe quelle arme, serait-elle une fronde, avec pour preuves «anti-sémites» le souvenir des pierres de l'intifadha et du poème de Derwish leur rappelant : «… Vous ne saurez pas / comment les pierres de notre terre / bâtissent le toit du ciel» (3).
Bref, la Russie, malgré les nombreuses visites de Netanyahu à Moscou et ses plaintes ritournelles, ne peut être stratégiquement un ami d'Israël tant qu'elle défend le droit des Etats nationaux. La démarche des USA de sanctionner Etats étrangers, banques, entreprises, personnes physiques, etc. etc. installe la démarche totalement inverse d'étendre les lois US aux autres pays du monde comme s'ils étaient sous leur juridiction.
Les USA et la Russie avaient pourtant fait part, selon Lavrov, des intérêts d'Israël et l'en avait informé (4). Sa réaction est donc hautement significative de ses déceptions.
Nous pouvons, bien sûr, nous interroger sur la capacité des stratèges occidentaux à évaluer leurs chances de réussir et de manœuvrer sur le terrain du proche orient actuel.
1- http://www.camerounliberty.com/donald-trump-a-officiellement-don-de-syrie-aux-russes-aux-syrienshaaretz/
2-https://fr.sputniknews.com/international/201707241032347832-russie-USA-UE-sanctions-reponse/
3-https://blogs.mediapart.fr/edition/palestine/article/140815/passant-parmi-les-paroles-passageres
4- https://fr.sputniknews.com/international/201707171032258258-syrie-treve-russie-usa-israel/
5- http://www.atlantico.fr/decryptage/que-chinois-voient-en-syrie-que-ne-voyons-pas-en-decidant-investir-millions-valerie-niquet-2413680.html
6- http://www.atlantico.fr/decryptage/que-chinois-voient-en-syrie-que-ne-voyons-pas-en-decidant-investir-millions-valerie-niquet-2413680.html


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.