Clôture des travaux de la 8e session de la Grande commission mixte algéro-égyptienne    Migrants tués par la police marocaine : le chanteur nigérian Seun Kuti annule un concert au Maroc    Boughali propose la création d'un mécanisme diplomatique préventif de soutien à la sécurité internationale    Mostaganem: le moudjahid Djelloul Benderdouche n'est plus    Le Président Tebboune reçoit la PDG de la compagnie américaine "Occidental Petroleum Corporation"    Goudjil appelle les Algériens à resserrer les rangs et à adhérer à l'initiative du Président de la République    PAP: Abdelmadjid Azzedine élu président du Groupe géopolitique de l'Afrique du Nord    JM/handball/ dames Gr.B : le point après la 1re journée    JM/ Tennis de table: Bouloussa éliminé en quart après un parcours honorable    Pétrole: l'Algérie augmentera sa production de pétrole de 16.000 b/j en août    Infirmières agressées à Beni Messous: le suspect placé en détention provisoire    La mission de l'ONU au Mali prolongée d'un an    Sonelgaz: l'exportation de l'électricité s'effectue quotidiennement    JM: tableau des médailles    Grâce au nouveau gisement de gaz: L'Algérie pourra honorer ses nouveaux engagements d'exportation    L'ennemi n'est-il plus le même ?    L'enjeu des Jeux    L'art subtil du mensonge face aux enjeux de vérité: De la stratégie de l'araignée à la politique de l'autruche (1ère partie)    Affaires religieuses: l'Aïd El Adha célébré le samedi 9 juillet    En attendant des solutions adaptées: 600.000 élèves quittent les établissements scolaires chaque année    22 carrières enveniment le quotidien des habitants de Sidi Ben Yebka: Des élus locaux réclament un changement de l'itinéraire des camions    Cinq personnes arrêtées: Démolition de constructions illicites à Haï Ellouz    L'AUBAINE DU GAZ    L'Algérie pouvait-elle mieux faire ?    Sidi Bel-Abbès: Le Festival international de danse populaire de retour    Les noms de lieux : grands témoins d'une culture plurilingue    Galtier s'est mis à dos le vestiaire niçois    JM : ouverture de journées du théâtre méditerranéen    Darradji va coûter cher au club    Fin d'aventure pour les Algériens    Les contractuels maintiennent la pression    Guterres appelle à des efforts pour désamorcer les tensions    Au moins 22 terroristes neutralisés dans le sud-ouest    Les Parlements rivaux tentent l'alibi    Alger rebat les cartes    La grande vadrouille    Ooredoo au chevet des démunis    À qui profitera l'Aïd?    «Les guerres hybrides ont aboli les frontières»    Comment reconstituer le front intérieur    Les vertus de la communication interactive    Une autre victoire pour l'Algérie    Kessié en salle d'attente    Adam et les amours contrariés    Voyage à travers l'histoire des monnaies anciennes    L'Algérie à l'écran    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Nouveau revers cuisant pour Donald Trump
Le Sénat américain enterre l'abrogation de l'Obamacare
Publié dans La Tribune le 29 - 07 - 2017

Une fois de plus, le président américain n'a pas réussi à fédérer l'ensemble des républicains sur l'une des promesses principales de sa campagne : l'abrogation de la loi sur l'assurance maladie mise en place par son prédécesseur. Six mois après son investiture, le chef de la Maison-Blanche ne peut ainsi s'enorgueillir d'aucun succès législatif majeur.
Trois sénateurs républicains, dont John McCain, ont joint leurs voix à celles des démocrates pour voter contre un texte prévoyant une abrogation partielle de la loi sur l'assurance maladie dite «Obamacare». C'est un nouveau revers cuisant pour le camp Trump. Une fois de plus, le président américain n'a pas réussi à fédérer l'ensemble des républicains sur l'une des promesses principales de sa campagne : l'abrogation de la loi sur l'assurance maladie mise en place par son prédécesseur. Dans la nuit de jeudi à vendredi, le Sénat américain a en effet rejeté l'abrogation partielle de cette loi. Les républicains sont majoritaires à la chambre haute du Congrès mais ils ne disposent que de 52 sièges sur 100, ce qui rend toute défection quasi-fatale. Or trois sénateurs républicains et pas des moindres, John McCain, Susan Collins et Lisa Murkowski, ont joint leurs voix à ceux des démocrates pour voter contre ce texte d'«abrogation a minima», rejeté par 51 voix contre 49. Le document constituait un compromis, les sénateurs ayant déjà rejeté cette semaine une abrogation pure et simple, sans remplacement de la loi existante, que réclament les conservateurs, mais à laquelle s'opposait l'aile modérée du Parti républicain. Dans la foulée, le Sénat s'était toutefois prononcé en faveur de la réouverture d'un débat sur la réforme de la loi santé. «J'ai toujours pensé qu'Obamacare devrait être abrogé et remplacé par une solution qui accroît la concurrence, diminue les coûts et améliore les soins fournis aux Américains», a affirmé John McCain, qui vient d'annoncer souffrir d'un cancer du cerveau. Plusieurs démocrates ont applaudi McCain lorsqu'il s'est prononcé. «Nous ne nous réjouissons pas, nous sommes soulagés», a déclaré Chuck Schumer, le chef de file démocrate au Sénat, tout en reconnaissant la nécessité d'amender l'Obamacare. Ce projet prévoyait de supprimer plusieurs mesures mises en place par l'Obamacare, comme l'obligation faite aux particuliers de souscrire à une assurance santé sous peine d'amende, et celle faite aux entreprises de proposer une couverture à leurs salariés. Il visait aussi à éliminer une taxe sur les fabricants d'équipements médicaux. Les républicains ne comptaient pas faire de ce projet une loi à part entière, mais entendaient plutôt l'utiliser comme base de négociations dans les allers-retours avec la Chambre des représentants. «C'est à l'évidence une déception, a réagi le chef de la majorité républicaine à la chambre haute, Mitch McConnell. Le peuple américain regrettera que nous n'ayons pas trouvé un meilleur moyen d'avancer.» «3 républicains et 48 démocrates laissent tomber le peuple américain», a pour sa part tweeté le président Donald Trump.
R. I.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.