La chute finale    Report du procès de Tahkout au 6 juillet    Sonatrach et ENI signent plusieurs accords    Le wali envisage de recourir au confinement partiel par localité    Agence CNAS : Une campagne d'information sur la plateforme numérique AraaCom    ONU: adoption d'une résolution exigeant "une cessation générale des hostilités" pour contrer le Covid19    Europe : L'Otan met en place un nouveau plan de défense    Pandémie de Covid-19 : La Tunisie impatiente de recevoir des touristes maghrébins    On vous le dit    Communiqué de l'AJSA    Du sens du patriotisme en Algérie    Hausse des contaminations à la covid-19 à chlef : Aménagement d'une nouvelle unité d'hospitalisation des malades    Aït Yahia Moussa : Stress hydrique dans les villages    Tizi Ouzou : Défaillance dans l'alimentation en électricité    Oran: décès de l'artiste Tahar Refsi    L'hommage de son ancien élève Noureddine Melikchi, expert à la NASA    Chlef: Des souscripteurs AADL en colère    La tablette et les diplômés chômeurs    La mère des batailles    Gouvernement: Les zones d'ombre et le reste    Le journalisme, ce « champ de mines et de ruines » !    Sidi Bel-Abbès : Une élue dévouée tire sa révérence    8 décès et 365 nouveaux cas en 24 heures    Les avocats dénoncent les conditions d'organisation du procès    Vers de profonds changements dans le secteur de l'énergie    La FAF s'est fixé une date butoir    Youcef Benmicia, nouveau président    Vu à Tizi Ouzou    Le coup de gueule du Pr Ryad Mahyaoui    Le pétrole progresse,    L'université pilier de l'économie du savoir ?    Répression contre l'opposition à Hong Kong    L'épreuve    L'infrangible lien...    La communauté internationale fait bloc derrière la Palestine    Poutine dénonce les nouvelles sanctions américaines    "La crise sanitaire a éveillé les consciences"    Mohamed Sari à la tête du Conseil national des arts et des lettres    "Senouci est un patriote qui a donné son cœur pour l'Algérie"    DGSN : 3000 logements location-vente pour la police    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : Ali Haddad condamné à 18 ans de prison ferme    La libération de Karim Tabbou statuée aujourd'hui    Le procès de l'homme d'affaires Mahieddine Tahkout reporté à lundi prochain    Foot/Reprise des compétitions: Amar Bahloul appelle les clubs à faire preuve de "flexibilité"    ONU-Barrage du Nil: le Conseil de sécurité soutient l'UA pour régler la crise    Report de l'AGEx au 7 juillet    CAN-2021 : La compétition décalée à 2022    Zetchi : «Benzema est 100% algérien»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Menaces sur la révolution
Publié dans La Tribune le 02 - 08 - 2017

Le blocage voulu par l'opposition au pouvoir bolivarien reste tenace. La réussite de l'organisation de l'élection d'une Assemblée constituante, dans des conditions extrêmes, semble ne pas avoir eu l'effet escompté. Le pays semble engagé dans un bras de fer, aux effets internationaux attendus, dont la finalité est difficilement imaginable. Il est à craindre que le scrutin, organisé dimanche passé par le président Nicolas Maduro et qui pourrait être une solution de sortie de crise, ne prolonge une tension qui est devenue intenable. L'opposition et ses relais étrangers multiplient les critiques voire les positions de défiance envers cette Assemblée élue. Depuis des années le Venezuela est la cible de toutes les attaques, intérieures et extérieures. Même le président Hugo Chavez, au sommet de sa popularité, avait été la cible de toute les critiques et même d'une tentative de coup d'Etat. Chavez avait redonné au peuple tout son pouvoir et la maîtrise de ses richesses naturelles, à commencer par le pétrole. Avec des résultats tangibles sur le terrain : les Vénézuéliens vivent mieux, leur pouvoir d'achat s'est amélioré, la démocratie est une réalité. Toute cette évolution n'aura pas été du goût de l'oligarchie locale et sa représentation politique, soutenue notamment par les Etats-Unis, qui ont même tenté un coup d'Etat, contré dans la rue par la population qui a mis en échec la tentative. Il est évident que le parti socialiste au pouvoir a fait des erreurs de gouvernance qui s'avèrent difficiles à colmater aujourd'hui. La difficulté à diversifier une économie dépendante du pétrole et un recul des idées «chavistes» ouvrent la voie aujourd'hui à une opposition qui semble décidée à faire vaciller le gouvernement actuel. Le risque est d'autant plus palpable que Maduro n'a pas le charisme d'un Chavez qui se serait sorti allégrement de ce guêpier. Aujourd'hui, les difficultés économiques s'accentuent et le pouvoir perd de son soutien populaire. L'opposition, forte de sa victoire lors des dernières législatives, ne cache plus ses ambitions. En finir avec une politique qualifiée de «socialiste», c'est-à-dire qui néglige les intérêts de la grande bourgeoisie. Elle est aidée par les égarements du pouvoir mais aussi, et surtout, par le soutien américain. La situation au Venezuela reste critique. La révolution chaviste est plus que jamais menacée. L'opposition, qui surf sur la mal-vie des populations les plus fragiles et les errements de gouvernance du pouvoir, n'en démord pas. Les revanchards de la période faste de Chavez sentent que le moment est venu pour faire basculer la situation. Le peuple vénézuélien qui, un certain avril 2002, a empêché le putsch ayant visé Chavez laissera-t-il faire ?
M. B.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.