Détournement de foncier agricole: 15 ans de prison requis contre Hamel    Les contributions de l'ANIE apporteront un plus à l'élaboration d'une Constitution harmonieuse    CONSEIL DE LA NATION : Goudjil invite tous les acteurs à enrichir la Constitution    SOMMET DES PARLEMENTS : L'importance d'une coopération mutuellement bénéfique    ALGERIE TELECOM : Reconduction des dispositifs jusqu'à "la fin du confinement"    Les forces d'occupation marocaines tirent sur des Sahraouis de l'autre côté du mur de la honte    Position du Lesotho sur le Sahara occidental, nouveau revers diplomatique pour Rabat    Coronavirus: 107 nouveaux cas, 151 guérisons et 6 décès durant les dernières 24h    Covid-19 : la feuille de route de sortie du confinement sera élaborée selon les recommandations de l'autorité sanitaire    Le président Tebboune s'entretient au téléphone avec Macron    NON-RESPECT DE LA DISTANCIATION PHYSIQUE : 1093 infractions enregistrées en mai    La réouverture de certains commerces relève des prérogatives du Premier ministre    Accidents de la Route : 9 morts et 137 blessés durant les dernières 24 heures    Viandes blanches: près de 29.000 qx commercialisés durant le ramadhan    Electricité et gaz: recours à l'estimation automatique dans la facturation de la consommation    Décès de la Moudjahid Akila Abdelmoumène: l'ONM exprime sa peine et son regret    Allocution du président de la République devant les cadres et personnels de l'ANP    Foot-Covid19: Damerdji relève la "complexité" d'un retour à la compétition    Organisation de l'aviation civile internationale (OACI) : De nouvelles consignes pour les voyages en avion    La CPI appelée à enquêter sur les démolitions des maisons palestiniennes par Israël    Reprise des compétitions : Khaldi la conditionne par la levée totale du confinement    Brèves    Coupes africaines Interclubs : Les finales en août ou septembre    Oran: coup d'envoi du colloque international virtuel sur "La Société et la Pandémie"    Concours de composition épistolaire 2020 : Dix élèves lauréats distingués    Le sentiment africain de Mounia Lazali    Selon Soufiane Djilali: Tebboune s'est engagé à libérer Tabou et Benlarbi    Tlemcen: «Les pluies du printemps ont sauvé nos champs»    AS Khroub: Victime d'instabilité !    RETOUR AUX SOURCES    De la mentalité «clando» !    Une sœur de Hamid Ferhi s'en remet à Tebboune    25 000 participants au forum virtuel    Moins d'immigrants algériens au Canada en 2020    Les habitants d'Aït Yahia Moussa dans l'inquiétude    4 décès et 106 nouveaux cas positifs en trois jours    Vu à Idlib (Syrie)    L'épreuve    L'infrangible lien…    "Je ne veux pas être un adjoint"    Pas aussi évident pour le grand RDV de Palexpo    Le pari fou du géant allemand Volkswagen    "L'électro est le langage de la résistance"    "Ma misère affective était à l'origine de mon combat contre les injustices"    Ce que risquent les contrevenants    Le siège de l'Etat major baptisé du nom de Gaïd Salah    Leurs prix inférieurs à ceux des moins de trois ans    Grèce : Plus de 11 000 réfugiés seront expulsés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Projection de Raïs Hamidou, héros du peuple d'Alger au Bastion 23
Le documentaire de Mohamed Yahiaoui interroge les vérités historiques
Publié dans La Tribune le 05 - 08 - 2017

Selon un descendant de Raïs Hamidou, il est nécessaire d'approfondir les recherches historiques afin de rectifier certaines généralités qui passent aujourd'hui pour des vérités historiques
Le Centre des arts et de la culture, le Palais des raïs (Bastion 23) a accueilli, dans la soirée de jeudi dernier, la projection-débat du documentaire Le Raïs Hamidou, héros du peuple d'Alger réalisé par Mohammed Yahiaoui. D'une durée de quinze minutes, le documentaire retrace le parcours de ce personnage historique à travers des documents de l'époque, les interventions de deux historiens, Abderahmane Khlifa et Amine Mahrez, des peintures et des extraits de films relatant les grandes batailles navales. Il y a également d'autres images d'aujourd'hui, à l'instar de la statue de Raïs Hamidou et des images de la marine algérienne moderne dont des promotions et des navires sont baptisés du nom du chef corsaire. A travers le personnage de Raïs Hamidou, c'est en fait un condensé de l'histoire de la marine algérienne lorsqu'elle régnait sur la mer Méditerranée durant plusieurs siècles qui est relaté dans ce documentaire. La projection a été suivie d'un long débat, en présence du réalisateur Mohammed Yahiaoui et de l'historien Amine Mahrez, qui répondaient aux questions des présents. Le débat a connu un rebondissement lors de l'intervention d'un des descendants de la sœur de Raïs Hamidou, en l'occurrence Hamza Zekkar, qui a présenté un bref aperçu de l'arbre généalogique de son aïeul, et a insisté sur la nécessité aujourd'hui d'approfondir les recherches historiques afin de rectifier certaines généralités qui malheureusement font aujourd'hui office de vérités historiques. Hamza Zekkar confie en marge du débat qu'il soutient tout ce qui se fait concernant l'écriture de l'histoire, «mais il serait plus judicieux que les historiens et tous ceux qui s'intéressent à la transcription de la mémoire communiquent entre eux, car personne ne détient la vérité absolue». «J'œuvre à travers mon propre travail de recherche à rétablir certaines vérités, notamment grâce à des documents et des archives auxquels j'ai réussi à avoir accès et qui remettent en question certaines certitudes historiques. Aujourd'hui, il est important que tous ceux qui travaillent sur Raïs Hamidou puissent recouper leurs informations et travailler ensemble afin de transmettre la véritable histoire de ce personnage emblématique», ajoutera-t-il.
Après le débat, Mohammed Yahiaoui explique que ses films «sont toujours un lieu de rencontres. J'aime que mes films suscitent des questionnements et de la curiosité. Certes, j'ai un message à transmettre, mais quand il y a des contradictions historiques il faut les montrer aussi. Je me rappelle que la question s'était posée avec l'équipe technique qui me disait qu'un historien dit une chose et un autre son contraire et qu'il faillait trancher. J'avais répondu qu'au contraire c'est ce qui était intéressant. C'est exactement l'occasion pour moi d'exprimer des antagonismes directs dans mon film. Ainsi, on va permettre aux spectateurs de se poser des questionnements et donner de nouvelles pistes de réflexion et de recherches». Le réalisateur ajoutera que «le but à travers cela est de montrer que l'on n'a pas une version unanime de l'histoire. Plus il y a des contradictions plus on se rapproche de la réalité. Plus cela amène des interrogations et mieux on approfondit les questionnements. On avance dans cette quête de vérité, cela permet au moins d'avoir un esprit critique, d'en parler et de confronter les idées». Concernant l'intérêt qu'il porte au personnage de Raïs Hamidou, le cinéaste explique que cela avait commencé dans les années quatre-vingt, il était correspondant auprès du Centre nationale des études historiques. Féru d'histoire d'Algérie, il découvre le livre sur Raïs Hamidou d'Albert Devloux, conservateur des archives algériennes à l'époque coloniale. Impressionné par ce héros respecté par ses ennemis, un des plus grands amiraux de la flotte algérienne. Il s'est alors attelé à faire des recherches sur lui et écrit de nombreux articles sur ce sujet. C'est seulement trente ans plus tard que l'occasion s'est présentée de faire ce court documentaire avec la télévision algérienne. Mohammed Yahiaoui confie que c'était pour lui son devoir «de montrer les qualités héroïques de ce vaillant corsaire pétris de bravoure et de courage». «J'œuvre à donner une sorte de couleur et de vivacité à ce personnage historique. Il est important aujourd'hui, surtout pour nos jeunes, de commencer à voir un peu de lumière dans ce ciel obscur emprunt de noirceur par une sorte de négativisme et de pessimisme ambiant. Je veux monter qu'on a une histoire très riche ainsi que des repères et des valeurs positives pleines de belles couleurs», conclut-il.
S. B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.