Affaire Condor : 2 à 3 ans de prison ferme contre les frères Benhamadi et acquittement en faveur des cadres Mobilis    Les banques appelées à augmenter le niveau des crédits destinés à l'investissement et suivre les projets financés    Foncier industriel: une gestion selon une approche purement économique    Affaire Groupe Condor: 2 à 3 ans de prison ferme contre les frères Benhamadi    Tribunal de Sidi M'hamed: le procès de l'ancien wali d'Ain Defla reporté à jeudi prochain    Présentation de chauffe-eau-solaires locaux mardi à Bousmail    Bougherra : "Face à l'Egypte, tout faire pour terminer premier"    Le Barça va faire une nouvelle offre à Dembélé    L'APW dans l'escarcelle du FLN    Importation de véhicules : Le Président Tebboune ordonne la révision immédiate du cahier des charges    Le défi de la qualité    Conseil de sécurité de l'ONU : Lamamra appelle l'Afrique à parler d'une seule voix    Tapis rouge pour Mahmoud Abbas    Les graves accusations de Baâdji    Le procès de Fethi Ghares renvoyé au 12 décembre    "Nos joueurs ont été perturbés par ce confinement"    Météo : Des vents forts continueront à souffler sur plusieurs wilayas du pays ce lundi (BMS)    La tutelle annonce des mesures d'apaisement    Mort d'un septuagénaire par asphyxie au monoxyde de carbone    Lancement de la vaccination à domicile    Le dernier vol du colibri !    CR Belouizdad : Le Chabab sur le podium    ASM Oran : El Djemîa en route vers le purgatoire !    Alger: 16 projets pour fluidifier la circulation    Longue chaîne létale    L'UGTT réclame un «dialogue national»    Haaland peste contre l'arbitrage    L'armée sahraouie cible les forces de l'occupation marocaine    Des signes «positifs» pour le retour du soutien international    Fantasmagorie d'une rencontre déchue    La musique andalouse dans tous ses états    «Soula» de Salah Issaâd en compétition    Les japonais "s'intéressent" au marché algérien    Le FFS fait son bilan    Arrivée du Président de l'Etat de Palestine à Alger    Augmentation pénalisante des prix    7 décès et 172 nouveaux cas en 24 heures    Nouvelle panne    Le SOS des étudiants en médecine    Le voleur des 32 kg de cuivre arrêté en flagrant délit    L'Arabie Saoudite court en Formule 1    Washington et ses alliés s'inquiètent d'«exécutions sommaires» d'ex-policiers par les talibans    Les Gambiens élisent leur Président pour oublier la dictature    «J'aimerais marquer plus de buts pour l'Algérie»    A ou A', ces Verts hybrides tiendront-ils longtemps ?    Ouverture aujourd'hui d'un colloque national «Tamazight et l'informatique»    Grand colloque sur Cheikh Bouamama, les 11 et 12 décembre 2021    Rencontre internationale sur l'œuvre de M'hamed Safi El Mostaghanemi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Projection de Raïs Hamidou, héros du peuple d'Alger au Bastion 23
Le documentaire de Mohamed Yahiaoui interroge les vérités historiques
Publié dans La Tribune le 05 - 08 - 2017

Selon un descendant de Raïs Hamidou, il est nécessaire d'approfondir les recherches historiques afin de rectifier certaines généralités qui passent aujourd'hui pour des vérités historiques
Le Centre des arts et de la culture, le Palais des raïs (Bastion 23) a accueilli, dans la soirée de jeudi dernier, la projection-débat du documentaire Le Raïs Hamidou, héros du peuple d'Alger réalisé par Mohammed Yahiaoui. D'une durée de quinze minutes, le documentaire retrace le parcours de ce personnage historique à travers des documents de l'époque, les interventions de deux historiens, Abderahmane Khlifa et Amine Mahrez, des peintures et des extraits de films relatant les grandes batailles navales. Il y a également d'autres images d'aujourd'hui, à l'instar de la statue de Raïs Hamidou et des images de la marine algérienne moderne dont des promotions et des navires sont baptisés du nom du chef corsaire. A travers le personnage de Raïs Hamidou, c'est en fait un condensé de l'histoire de la marine algérienne lorsqu'elle régnait sur la mer Méditerranée durant plusieurs siècles qui est relaté dans ce documentaire. La projection a été suivie d'un long débat, en présence du réalisateur Mohammed Yahiaoui et de l'historien Amine Mahrez, qui répondaient aux questions des présents. Le débat a connu un rebondissement lors de l'intervention d'un des descendants de la sœur de Raïs Hamidou, en l'occurrence Hamza Zekkar, qui a présenté un bref aperçu de l'arbre généalogique de son aïeul, et a insisté sur la nécessité aujourd'hui d'approfondir les recherches historiques afin de rectifier certaines généralités qui malheureusement font aujourd'hui office de vérités historiques. Hamza Zekkar confie en marge du débat qu'il soutient tout ce qui se fait concernant l'écriture de l'histoire, «mais il serait plus judicieux que les historiens et tous ceux qui s'intéressent à la transcription de la mémoire communiquent entre eux, car personne ne détient la vérité absolue». «J'œuvre à travers mon propre travail de recherche à rétablir certaines vérités, notamment grâce à des documents et des archives auxquels j'ai réussi à avoir accès et qui remettent en question certaines certitudes historiques. Aujourd'hui, il est important que tous ceux qui travaillent sur Raïs Hamidou puissent recouper leurs informations et travailler ensemble afin de transmettre la véritable histoire de ce personnage emblématique», ajoutera-t-il.
Après le débat, Mohammed Yahiaoui explique que ses films «sont toujours un lieu de rencontres. J'aime que mes films suscitent des questionnements et de la curiosité. Certes, j'ai un message à transmettre, mais quand il y a des contradictions historiques il faut les montrer aussi. Je me rappelle que la question s'était posée avec l'équipe technique qui me disait qu'un historien dit une chose et un autre son contraire et qu'il faillait trancher. J'avais répondu qu'au contraire c'est ce qui était intéressant. C'est exactement l'occasion pour moi d'exprimer des antagonismes directs dans mon film. Ainsi, on va permettre aux spectateurs de se poser des questionnements et donner de nouvelles pistes de réflexion et de recherches». Le réalisateur ajoutera que «le but à travers cela est de montrer que l'on n'a pas une version unanime de l'histoire. Plus il y a des contradictions plus on se rapproche de la réalité. Plus cela amène des interrogations et mieux on approfondit les questionnements. On avance dans cette quête de vérité, cela permet au moins d'avoir un esprit critique, d'en parler et de confronter les idées». Concernant l'intérêt qu'il porte au personnage de Raïs Hamidou, le cinéaste explique que cela avait commencé dans les années quatre-vingt, il était correspondant auprès du Centre nationale des études historiques. Féru d'histoire d'Algérie, il découvre le livre sur Raïs Hamidou d'Albert Devloux, conservateur des archives algériennes à l'époque coloniale. Impressionné par ce héros respecté par ses ennemis, un des plus grands amiraux de la flotte algérienne. Il s'est alors attelé à faire des recherches sur lui et écrit de nombreux articles sur ce sujet. C'est seulement trente ans plus tard que l'occasion s'est présentée de faire ce court documentaire avec la télévision algérienne. Mohammed Yahiaoui confie que c'était pour lui son devoir «de montrer les qualités héroïques de ce vaillant corsaire pétris de bravoure et de courage». «J'œuvre à donner une sorte de couleur et de vivacité à ce personnage historique. Il est important aujourd'hui, surtout pour nos jeunes, de commencer à voir un peu de lumière dans ce ciel obscur emprunt de noirceur par une sorte de négativisme et de pessimisme ambiant. Je veux monter qu'on a une histoire très riche ainsi que des repères et des valeurs positives pleines de belles couleurs», conclut-il.
S. B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.