Les Algériens "déterminés" à mettre en échec tous les "desseins hostiles"    L'Algerie se tourne vers l'Afrique    La colère de la classe démunie    222 nouveaux cas, 181 guérisons et 5 décès    Ouverture d'une période de transfert du 25 au 31 janvier pour les clubs professionnels    "Pas d'effets indésirables graves relatifs au vaccin anti-Covid Spoutnik V"    Liverpool : L'attaque des Reds est en panne...    Ligue 1: ouverture d'une période de transfert du 25 au 31 janvier pour les clubs professionnels    La Cnas de Béjaïa lance une campagne d'information    Trois morts et une blessée dans un accident    «Un départ en fanfare» : le dernier caprice de Donald Trump    Institut français d'Alger Médiath'ART: La nuit porte…concept    La Lamborghini des bourdes !    Le lait en sachet, une denrée rare    Relance des travaux    Les infusions et les jus pour soigner la douleur sciatique    Saviez-vous que ... ?    Chronique du grand éclat de la diplomatie algérienne    Chachnaq 1er, Ouyahia et la «boîte noire»    Les super-héros Marvel de retour sur petit écran en noir et blanc    Record pour un dessin de Tintin : 3,175 millions d'euros    Les adversaires de Mellal n'ont pas mobilisé    La Tunisie et la Libye à pied d'œuvre à Alger    Zetchi entame sa campagne    L'Algérie classée derrière la France et la RDC    Museveni réélu avec 58,6% des voix pour un 6e mandat    Jan Kubis, nouvel émissaire de l'ONU pour la Libye    La rue fait monter la pression au Soudan    300 millions de centimes dérobés    Situation politique et questions régionales au menu    Le SNM s'en prend à la Cour suprême et au Conseil d'Etat    Les avocats plaident l'innocence    Le schiste américain remonte la pente    Hommage à la mère et à la Kabylie    Le moudjahid Moussa Cherchali inhumé au cimetière de Sidi Yahia    LE DROIT SELECTIF DU CRIME CONTRE L'HUMANITE    Oran : Tremblement de terre de magnitude 3,5    Relizane : Des demandeurs de logement manifestent    Métro d'Alger : La décision de reprise tarde à venir    Hausse inédite des prix: Mise en garde contre la dégradation du pouvoir d'achat    Lentement ou sans précipitation ?    Régularisation des détenteurs de contrats pré-emploi: 30.000 postes budgétaires pour l'Education    Football - Ligue 1: Le MCA refroidit l'ESS, le WAT de mal en pis    LOURDE CHARGE    Tribune - De Gaulle peut-il être un personnage passerelle entre la France et l'Algérie ?    «C'est Bouteflika qu'il fallait juger»    Le RCD fustige le gouvernement    Tébessa: Cinq morts et trois blessés dans l'explosion d'une bombe artisanale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Projection de Raïs Hamidou, héros du peuple d'Alger au Bastion 23
Le documentaire de Mohamed Yahiaoui interroge les vérités historiques
Publié dans La Tribune le 05 - 08 - 2017

Selon un descendant de Raïs Hamidou, il est nécessaire d'approfondir les recherches historiques afin de rectifier certaines généralités qui passent aujourd'hui pour des vérités historiques
Le Centre des arts et de la culture, le Palais des raïs (Bastion 23) a accueilli, dans la soirée de jeudi dernier, la projection-débat du documentaire Le Raïs Hamidou, héros du peuple d'Alger réalisé par Mohammed Yahiaoui. D'une durée de quinze minutes, le documentaire retrace le parcours de ce personnage historique à travers des documents de l'époque, les interventions de deux historiens, Abderahmane Khlifa et Amine Mahrez, des peintures et des extraits de films relatant les grandes batailles navales. Il y a également d'autres images d'aujourd'hui, à l'instar de la statue de Raïs Hamidou et des images de la marine algérienne moderne dont des promotions et des navires sont baptisés du nom du chef corsaire. A travers le personnage de Raïs Hamidou, c'est en fait un condensé de l'histoire de la marine algérienne lorsqu'elle régnait sur la mer Méditerranée durant plusieurs siècles qui est relaté dans ce documentaire. La projection a été suivie d'un long débat, en présence du réalisateur Mohammed Yahiaoui et de l'historien Amine Mahrez, qui répondaient aux questions des présents. Le débat a connu un rebondissement lors de l'intervention d'un des descendants de la sœur de Raïs Hamidou, en l'occurrence Hamza Zekkar, qui a présenté un bref aperçu de l'arbre généalogique de son aïeul, et a insisté sur la nécessité aujourd'hui d'approfondir les recherches historiques afin de rectifier certaines généralités qui malheureusement font aujourd'hui office de vérités historiques. Hamza Zekkar confie en marge du débat qu'il soutient tout ce qui se fait concernant l'écriture de l'histoire, «mais il serait plus judicieux que les historiens et tous ceux qui s'intéressent à la transcription de la mémoire communiquent entre eux, car personne ne détient la vérité absolue». «J'œuvre à travers mon propre travail de recherche à rétablir certaines vérités, notamment grâce à des documents et des archives auxquels j'ai réussi à avoir accès et qui remettent en question certaines certitudes historiques. Aujourd'hui, il est important que tous ceux qui travaillent sur Raïs Hamidou puissent recouper leurs informations et travailler ensemble afin de transmettre la véritable histoire de ce personnage emblématique», ajoutera-t-il.
Après le débat, Mohammed Yahiaoui explique que ses films «sont toujours un lieu de rencontres. J'aime que mes films suscitent des questionnements et de la curiosité. Certes, j'ai un message à transmettre, mais quand il y a des contradictions historiques il faut les montrer aussi. Je me rappelle que la question s'était posée avec l'équipe technique qui me disait qu'un historien dit une chose et un autre son contraire et qu'il faillait trancher. J'avais répondu qu'au contraire c'est ce qui était intéressant. C'est exactement l'occasion pour moi d'exprimer des antagonismes directs dans mon film. Ainsi, on va permettre aux spectateurs de se poser des questionnements et donner de nouvelles pistes de réflexion et de recherches». Le réalisateur ajoutera que «le but à travers cela est de montrer que l'on n'a pas une version unanime de l'histoire. Plus il y a des contradictions plus on se rapproche de la réalité. Plus cela amène des interrogations et mieux on approfondit les questionnements. On avance dans cette quête de vérité, cela permet au moins d'avoir un esprit critique, d'en parler et de confronter les idées». Concernant l'intérêt qu'il porte au personnage de Raïs Hamidou, le cinéaste explique que cela avait commencé dans les années quatre-vingt, il était correspondant auprès du Centre nationale des études historiques. Féru d'histoire d'Algérie, il découvre le livre sur Raïs Hamidou d'Albert Devloux, conservateur des archives algériennes à l'époque coloniale. Impressionné par ce héros respecté par ses ennemis, un des plus grands amiraux de la flotte algérienne. Il s'est alors attelé à faire des recherches sur lui et écrit de nombreux articles sur ce sujet. C'est seulement trente ans plus tard que l'occasion s'est présentée de faire ce court documentaire avec la télévision algérienne. Mohammed Yahiaoui confie que c'était pour lui son devoir «de montrer les qualités héroïques de ce vaillant corsaire pétris de bravoure et de courage». «J'œuvre à donner une sorte de couleur et de vivacité à ce personnage historique. Il est important aujourd'hui, surtout pour nos jeunes, de commencer à voir un peu de lumière dans ce ciel obscur emprunt de noirceur par une sorte de négativisme et de pessimisme ambiant. Je veux monter qu'on a une histoire très riche ainsi que des repères et des valeurs positives pleines de belles couleurs», conclut-il.
S. B.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.