Banque d'Algérie: Nouvelle opération de rafraîchissement de billets de banque    Sahara occidental- EUCOCO 2018: La communauté internationale et l'Union européenne interpellées    L'Algérie défend l'idée d'une organisation continentale «indépendante»: L'Afrique aux Africains    CIA: Le prince ben Salmane a ordonné le meurtre de Khashoggi    Cancer de la thyroïde: Le nombre de malades augmente de plus 20% en Kabylie !    Maïssa Bey «Nulle autre voix»: Une femme qui veut être libre    Ses recettes iront pour l'acquisition de matériels: Gala de solidarité avec les aveugles de Boukhalfa    VIOLENCES BAB EL OUED (ALGER) : 10 policiers blessés et 30 personnes arrêtées    TRIBUNAL DE KSAR CHELLALA (TIARET) : Le procureur de la République agressé    LE MINISTRE AISSA S'INSURGE ! : Les salafistes décrètent la fête du Mawlid, Haram    Le trumpisme : entre ruptures et continuité    Les 4 samedis    Débit minimum à 2 méga et baisse des prix    La succession du Nigeria est ouverte, l'Algérie en outsider    Les Aiglonnes renoncent au boycott    Air Algérie s'explique et appelle les grévistes «à la raison»    Plusieurs annonces au Sénat    Y a-t-il un avion dans le pilote ?    Beda sur le front    La répudiation politique est-elle l'ADN du FLN ?    Un merveilleux «Safar» à travers l'art    Réouverture «au premier trimestre 2019»    Sakta brise le silence    Nouvelles d'Oran    Blida : Réalisation future de locaux commerciaux pour les jeunes    L'ornière de la violence    Produits pyrotechniques : Les douaniers procèdent à d'importantes saisies    «Ce pays qui n'a jamais voulu de moi, je l'aime pourtant !»    Le projet de la loi de finances adopté par l'APN    Bouclé hier par les forces de l'ordre: Nuit de rares violences à Bab El-Oued    Le service de maternité du CHUO saturé: 1.200 hospitalisations et 800 accouchements en un mois    En marge de l'ouverture de la salle omnisports à Sidi El Bachir: Remise des clés à 50 policiers bénéficiaires de logements LSP à Gdyel    Lunetterie: Plus de 700.000 articles contrefaits saisis en 2017    Ligue 1 : PAC 2 CABBA 0: A sens unique    EN - Mohamed Farès forfait: Belmadi face aux aléas    Ligue 2: Gros chocs à Biskra et Chlef    La folie des sénatoriales    Europe - Brexit : pour le meilleur et pour le pire    Ould Abbès dégagé ?    Aïn Temouchent: Baba Aroudj a sa stèle    Violence aux stades : El Habiri au chevet des policiers blessés à l'issue du match MCA-USMBA    Consolidation de la démocratie participative    L'Onu lève ses sanctions    30e anniversaire de la proclamation de l'Etat de Palestine : M. Bouteflika réitère le soutien "indéfectible" de l'Algérie au peuple palestinien    Enigme et interrogations    France Football: Ahcène Lalmas au top des 10 icônes oubliées du foot africain    Il entamera sa rééducation dans quelques jours    Prévention des risques d'inondations à Alger: Un plan préventif de la SEAAL pour contrôler plus de 60 points noirs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Début du tournage de Mon nom hantait mes nuits à Constantine
Court métrage réalisé par Mohamed-Cherif Zerguine
Publié dans La Tribune le 15 - 04 - 2009

Le premier tour de manivelle du court métrage Mon nom hantait mes nuits de Mohamed-Cherif Zerguine a été donné lundi dernier à Constantine. Abandonné à sa naissance, en 1953, à Constantine, M. Zerguine a adapté le scénario de ce court métrage à partir de son livre Pupille de l'Etat, la peur de l'inconnu, paru en mars dernier. C'est en fait un des chapitres de l'ouvrage consacré à «la découverte du statut d'enfant sans parents et aux blessures profondes qui en ont découlé» qui constitue la trame du scénario. Ces blessures étaient nourries, dira-t-il, par la «hantise» du nom de famille et la soudaine découverte du vrai prénom, d'où le titre Mon nom hantait mes nuits qui relate notamment la souffrance de l'auteur quand il découvre à 7 ans son abandon et raconte son cheminement dans
la vie, ses angoisses, ses luttes et sa victoire sur le sort promis par la condition de pupille de l'Etat.La volonté d'aller à la recherche de ses racines et de sa mère est née d'un déclic lors du retour de Mohamed-Cherif Zerguine à Constantine, à l'âge de 20 ans, en 1984. Il consacrera un quart de siècle à cette recherche qu'il estime «fructueuse», même s'il n'a pu retrouver sa génitrice, car, dans sa quête, il pu retrouver une partie de lui-même à travers l'hôpital où il a vu le jour et le quartier où il a grandi.
Cela lui a sans doute servi à s'appuyer sur quelques-unes des étapes de sa vie d'enfant pour mieux baliser son avenir, même si les étapes de sa vie de gosse sont confuses et incertaines car enfouies dans les vagues souvenirs qu'un homme peut garder des premières années de sa vie.Mohamed-Cherif Zerguine souligne ne garder aucune rancœur et pardonne volontiers aussi bien à sa mère «âgée de 23 ans lorsqu'elle [ma] mis au monde» qu'à son père qui lui a «légué l'héritage génétique qui a fait [de moi]un homme
équilibré», amoureux de l'art et doté d'autres talents qui s'ajoutent à ceux «d'écrivain débutant» et de «cinéaste novice», comme il se décrit lui-même.Auteur-compositeur, chanteur, membre de la Sacem (France) depuis 1982, il eut à exprimer, tout au long de son long séjour de l'autre côté de la Méditerranée, ses souffrances au moyen de la chanson. Il prévoit aussi d'animer, dès le 30 avril prochain, autour du thème de la condition de pupille de l'Etat, un cycle de conférences à Constantine, Oran et Ouargla, puis à Alger, lors de la Journée internationale de l'enfant, le 1er juin prochain. La première conférence, qui sera organisée au palais de la culture Malek Haddad de Constantine, sera précédée de la projection, en avant-première, de Mon nom hantait mes nuits.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.