Football/Professionnalisme: "Les pouvoirs publics s'engagent à prendre en charge les doléances des clubs"    Le Président Tebboune présidera dimanche une réunion du Conseil des ministres    Ligue 2: Le programme des rencontres de la 20ème journée    Hasna El Becharia en concert à Alger    "Depuis le 22 février 2019, le peuple algérien s'est autonomisé"    Résonances autour d'une année de contestations    Fausses adresses    De nombreux anciens ministres et walis concernés    La production agricole compromise à Relizane    L'Université d'Oran 1 signe plusieurs conventions    Haftar menace de s'opposer militairement à la Turquie    Vers le déploiement d'une mission de l'UA    Revoilà l'ingérence russe !    L'Afrique du Sud continuera à exhorter le Maroc à respecter les résolutions de l'ONU sur le Sahara occidental    «Le Hirak a sauvé l'Etat national de l'effondrement»    Marche des robes noires aujourd'hui à Béjaïa    Serport annonce ses grands projets    Choc des extrêmes à Biskra    Le Targui    À tout jamais…    15 732 personnes prises en charge par l'Onaea    Constantine : les habitants du quartier Rahmani-Achour protestent    L'espace attenant au siège de la daïra d'El-Milia squatté    Masques de beauté naturels    Tarte aux poires    Montréal aux couleurs algériennes    ACTUCULT    L'œuvre visionnaire d'un écrivain engagé    "Mon art est un langage de liberté et de solidarité"    Mort du DJ et producteur britannique Andrew Weatherall    Avec la série Hunters, la chasse aux nazis prend des accents «comics»    Mouloudia d'Alger : Neghiz sera sur le banc face à l'USMA    Transport ferroviaire : Un secteur à la traîne    En bref…    Fin en vue du blocage politique en Tunisie    Le pianiste Simon Ghraichy anime un récital    70e Berlinale : Projection de Nardjes A…, un documentaire sur le hirak    Abdelmadjid Tebboune: Rien à reprocher au Hirak    Publicité, presse électronique, professionnalisation...: Les promesses de Belhimer    80 employés du PNC et 7 syndicalistes licenciés: Reprise des vols d'Air Algérie    Hassi bounif: 160 kilos de viandes rouge et blanche et 105 kilos d'abats saisis    Tiaret: Sit-in des travailleurs de l'usine de montage Hyundai    Union africaine-Sahara Occidental: Alger rappelle son ambassadeur en Côte d'Ivoire    4morts et 32 blessés en 24 heures    La CHine lancerait les premiers tests sur l'homme fin avril    Les défis de l'Algérie 2020-2025, selon Mebtoul    Le PNC suspend sa grève    Ronaldo adoube Mbappé !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les artériopathies oblitérantes des membres inférieurs mal traitées
Association des internistes et diabétologues de l'Est
Publié dans La Tribune le 16 - 05 - 2009

De notre correspondant à Constantine
A. Lemili
«AOMI… L'appellation est a priori barbare.» C'est par des hostilités que le Dr Hitache, premier responsable de l'Association des internistes et diabétologues de l'Est (AILE), a ouvert, en fin d'après-midi de jeudi dernier, dans le cadre de la Vème Rencontre scientifique ayant pour thème plus soft «Les artériopathies oblitérantes des membres inférieurs. Des «hostilités», serions-nous tenus de souligner, contre une pathologie sournoise et latente dont l'impact sur les populations serait dramatiquement sous-estimé par les responsables du secteur de la santé à la limite du «scandaleux». «Oui, je l'affirme énergiquement ici… scandaleux parce que le superbe raccourci pris par le CHU Benbadis en guise de traitement est… l'amputation. L'hôpital de Constantine est devenu un service des amputations.»
Pour étayer ses propos et prenant pour exemple trois cas parmi des dizaines d'autres de patients handicapés pour la vie à hauteur du centre hospitalo-universitaire, il évoquera donc celui «de B. S., âgé de 61 ans… une tache noire sur l'orteil… décision amputation de tout le membre inférieur. Le patient refuse, se rend en France et revient en pleine forme, amputé du seul orteil. Deuxième exemple… un de nos pairs, il est parmi nous à cet instant même et autre décision hâtive. Troisième cas, malheureusement plus tragique, une mère de famille (6 enfants) dont le corps sera l'objet d'un véritable carnage. L'amputation d'un premier membre inférieur, ensuite le deuxième et si l'on ne dit jamais deux sans trois, dans ce cas d'espèce, au CHU ils feront plus fort… jamais deux sans quatre… puisque s'ensuivra l'un des membres supérieurs et pour faire la totale le dernier. Pardonnez mon humour noir… mais son beau-fils qui est médecin n'aura que cette morbide réplique : qu'allons nous faire d'une breloque». Le mérite du Dr Hitache est d'être, dans la ville de Constantine avec le reste des praticiens qui l'accompagnent au sein de l'AILE, la mauvaise conscience du secteur. Pour en revenir au contenu académique de cette Vème Rencontre, il nous dira dans un bref entretien : «L'idée maîtresse de cette rencontre était de sortir du canevas habituel et d'organiser un débat interdisciplinaire en ne nous limitant pas aux seuls internistes et diabétologues. Nous avons, par conséquent, convié des chirurgiens, des endocrinologues, des cardiologues, des
chirurgiens vasculaires, cardio-vasculaires pour débattre d'un problème commun.
Et pour ce faire, nous avons pris le problème le plus sérieux, et c'est d'ailleurs la première cause de mortalité dans le monde : l'athérosclérose. Et pour faire plus simple, permettez-moi l'expression, mourir de ses artères. Aujourd'hui, nous avons choisi de parler des maladies artérielles des membres inférieurs. Pourquoi ce choix ? C'est simple, on s'est rendu compte justement que le meilleur indicateur de toutes les autres maladies cardiovasculaires se trouvaient dans les artères des membres inférieurs… en d'autres termes, c'est à travers le pied qu'on regarde le cœur… le cerveau.»
Le Dr Hitache expliquera que 80% des décès dans le monde sont liés à des maladies vasculaires qui trouvent leur origine dans l'âge sinon le vieillissement, le tabac principalement parce qu'il reste malheureusement la première cause des maladies artérielles, et le diabète. «Evidemment, on ne peut pas changer son âge ni son sexe mais chacun de nous peut changer ses habitudes», précise-t-il. Autrement dit, il suffirait pour peu qu'un accro au tabac cesse de l'être pour réduire nettement tous les risques possibles de décès ou encore d'augmenter ses chances de vivre plus longtemps.
Usant d'humour, le Dr Hitache rappellera : «Les cabinets médicaux seront moins envahis, la CNAS moins appauvrie et tout le monde trouvera son compte si seulement tout fumeur cessait de… fumer.»
Il nous expliquera enfin que le risque est d'autant plus grand en ce qui concerne les AOMI en ce sens qu'il s'agit de pathologie asymptomatique. «Le malade ignore qu'il est… et c'est à nous d'aller le chercher… lire dans ses artères et lui expliquer parce que, lui, il ne le saura que lorsque celles-ci seront bouchées. Et ce sera trop tard.»
Le débat engagé, parfois contradictoire, et pour cause l'importance du thème à l'issue des communications des intervenants sollicités, sera très technique, et peut, selon certains membres de l'aréopage scientifique que nous avons approchés, avoir énormément contribué à éclairer bien des zones d'ombre d'autant que, parmi l'assistance, se trouvait la fine fleur de la médecine algérienne. Même si nous n'en citerons que les Pr Benabderahmane (doyen du corps médical local), Belhadj Mostefa, Atsmena, la liste est conséquente.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.