La ville d'Akbou s'anime    Anouar Malek arrêté en Turquie    Benabderrahmane au charbon    Le groupe d'amitié Algérie-Arabie saoudite installé    La loi de finances reportée à dimanche prochain    Développement en stand-by    En un combat douteux    Poutine promet la victoire en Ukraine    Buhari s'engage    L'Algérie, un sérieux candidat    Tirage clément pour l'Algérie    Le compte à rebours enclenché    Quand l'huile franchit les frontières    60 milliards de DA réalisés en 2022    «Le don des reins est en déclin permanent»    Les effets d'une profonde prise de conscience    «Les archives ne sont pas la propriété de la France»    Hamza Bounoua commissaire pour la session 2024    L'Armée sahraouie mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines dans plusieurs secteurs    Le Président Tebboune ordonne la création d'une autorité portuaire pour une meilleure gestion des ports    Formation d'enseignants-chercheurs en langue anglaise: Méthode d'enseignement "bien ficelée"    Le président de la Cour constitutionnelle prend part en Indonésie à la 5e Conférence mondiale sur la justice constitutionnelle    Bousculade mortelle dans un stade en Indonésie: l'Algérie présente ses condoléances    Le Premier ministre présente lundi la Déclaration de politique générale du gouvernement à l'APN    Mawlid Ennabaoui: campagne de sensibilisation sur les produits pyrotechniques    Le mouvement de la "Tunisie en avant" exprime son soutien au droit du peuple sahraoui à l'indépendance    Des partis mauritaniens passent en revue avec une délégation sahraouie les développements de la question sahraouie    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès la République des Seychelles    8e édition du Prix littéraire Mohammed Dib: "la short list" dévoilée    Naissance de l'Association algérienne de l'anglais pour la science et la technologie    "Saint Augustin, un symbole de l'attachement à la patrie, à la paix et au dialogue"    Man City : Guardiola évoque son avenir    CHAN Algérie-2022: le compte à rebours enclenché pour la 7e édition    Un mouvement de foule dans un stade en Indonésie provoque 174 morts    Assainissement du foncier industriel: Des instructions pour récupérer les assiettes non exploitées depuis plus de 6 mois    Djelfa, Touggourt et Hassi Messaoud: De l'huile, des cigarettes et des psychotropes saisis    Les syndicats évoquent une forte surcharge: Une rentrée scolaire «très difficile et complexe»    Réparties sur six sites d'habitat précaire: Plus de 8.000 constructions illicites recensées à Es-Sénia    Ligue 2- Centre-Ouest: Un quatuor aux commandes    Ligue 1: Suspense à Bechar, Oran et Sétif    Algérie-Union européenne: Dialogue de haut niveau sur l'énergie le 10 octobre    Trabendisme mental !    Développement du tourisme: Les voyagistes pointent les insuffisances    Grazie Meloni !    Une sérieuse alerte    Sommet arabe d'Alger: Le compte à rebours a commencé    Mouvement dans le corps des Secrétaires généraux des wilayas    LA VIE... ET LE RESTE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Enfin un système de régulation des produits de large consommation
Pour protéger les agriculteurs et le pouvoir d'achat
Publié dans La Tribune le 09 - 07 - 2008


Photo : Riad
Par Samira Imadalou
Désormais, c'est la fin du règne des spéculateurs sur le marché des produits de large consommation. Ce marché passera de l'anarchie à la régulation. Et pour cause, le gouvernement a décidé de mettre en place un nouveau système de régulation des produits agricoles de large consommation. Intitulé SYRPALAC, ce système se traduira par la constitution de stocks d'intervention à partir de la production nationale. C'est ce qu'a indiqué hier le ministère de l'Agriculture et du Développement rural dans un communiqué adressé à notre rédaction. La décision a été prise lors d'un conseil interministériel tenu dans le courant de la semaine. L'objectif recherché est d'éponger les surplus et de protéger les revenus des agriculteurs. «Sécuriser les agriculteurs pour leurs productions futures en leur garantissant un revenu en rapport avec leurs efforts méritoires», expliquent dans ce cadre les rédacteurs dudit communiqué. Il s'agit aussi, toujours selon la même source, de mettre les quantités stockées sur le marché à des moments étudiés. Une manière de préserver le pouvoir d'achat des consommateurs. Pour le gouvernement, il s'agit d'une mesure à double effet puisqu'elle vise à protéger le consommateur et le producteur. L'opération sera lancée dans un premier temps pour la pomme de terre, un produit qui a connu une surproduction importante ces derniers temps. Ce qui a suscité l'inquiétude chez les agriculteurs. Lesquels n'ont pas les moyens de conserver ce tubercule. Face à cette situation, le gouvernement a donc opté pour le rachat de l'excédent. Ainsi, des opérateurs privés, publics, et institutionnels se chargeront dès le 10 juillet, soit dans deux jours et jusqu 15 août de constituer un stock de 150 000 tonnes de pomme de terre de consommation. «Ces stocks permettront à l'Etat d'intervenir sur le marché entre les saisons de production afin de stabiliser les prix à un niveau en relation avec le pouvoir d'achat des citoyens», a précisé le communiqué dans ce sillage. A signaler que le prix de référence d'intervention est fixé à 20 dinars le kilogramme. Ce prix servira, écrit-on dans le communiqué du département de Rachid Benaïssa, de «prix de base de calcul à toutes les opérations qui lieront le ministère de l'Agriculture et du Développement rural et les stockeurs qui souhaitent faire partie du système de régulation des produits agricoles de large consommation». Pour le bon déroulement de cette opération revendiquée par les agriculteurs, des mesures d'encadrement d'ordre technique, administratif et financier ont été arrêtées. Le ministère de l'Agriculture invite d'ailleurs les opérateurs économiques disposant de moyens de stockage de conservation (chambres froides) de se rapprocher des services agricoles régionaux pour retirer les cahiers des charges. D'autres initiatives seront prises à l'avenir. «Ces mesures seront suivies chaque fois qu'il sera nécessaire et possible techniquement pour les produits de large consommation», s'engage le ministère de l'agriculture. Et d'assurer quant à la transparence de l'opération. Rappelons que de nombreux produits maraîchers connaissent des tensions périodiquement. C'est le cas de l'oignon, de la tomate fraîche et, conjoncturellement pendant le mois de ramadhan, de la courgette. Pour les fruits, notons aussi que cette saison est marquée par une surproduction de pommes et de pêches. D'où la baisse des prix. Pour la pomme, l'importation pourrait être évitée si les conditions de stockage
sont assurées.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.