Goudjil confirmé dans son poste    Le nouveau découpage assurera la "fixité des populations"    Mandat d'arrêt international contre le principal responsable    Le pouvoir d'achat en cote d'alerte    182 nouveaux cas et 3 décès en 24 heures    Benbouzid annonce la réception de nouveaux lots    Plusieurs opérations menées en une semaine    Création du syndicat maghrébin des journalistes : L'exclusion des professionnels sahraouis dénoncée    Borussia M'gladbach-Man City : Bensebaini titulaire. Mahrez sur le banc    CAN-2021 (U17): l'Algérie dans le groupe B avec le Nigeria    Mouloud Mammeri, héritage et transmission    Une club de Serie A négocie avec Maurizio Sarri    Evolution stylistique et technologique    De l'essence synthétique selon Porsche    Le groupe Toyota en tête du classement    Terrain du Hirak    La prison se charge des convictions !    Le Brent renoue avec des niveaux d'avant la crise    Le Chabab sans attaquants face à Mamelodi Sundowns    Benamar Mellal, l'atout des Hamraoua    Bouakaz appelle à la «mobilisation générale»    Les flammes de la passion    "Le pays ne peut supporter d'autres échecs"    Boukadoum souligne les positions de l'Algérie    Peugeot Landtrek, l'héritier des 404 et 504 pick-up, est né    Saisie de quelque 2 kg de kif traité    Sanitaires «privatisés»    Prenez soin de vous... mangez de la soupe !    Légumes grillés au citron et à la coriandre    Le Plan d'action du gouvernement adopté par le CNT    EN QUÊTE D'ALGER    L'impossible quadrature du losange qui tourne en rond sans même les images de Perseverance !    Meriem Akroun, ou quand la volonté transcende le handicap    La "French touch" en deuil    Des associations appellent à la réouverture des espaces culturels    Le manga algérien au cœur du débat    SOUVENIRS, SOUVENIRS, C'ETAIT IL Y A CINQUANTE ANS ...    SKAF : L'affaire des U21 fait polémique    La Casbah : La citadelle dévoile ses secrets et son passé rayonnant aux visiteurs    Assassinat de Ali Tounsi: Le procès reporté au 4 mars    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Début de la vente des vignettes automobile à partir du 1er mars    Mourad Preure, expert en pétrole: «Nos gisements sont surexploités»    Le ministre du Travail: Vers une intégration massive des jeunes du pré-emploi    Après avoir reçu la première dose il y a 21 jours: La deuxième phase de vaccination contre la Covid-19 lancée    Au lendemain du deuxième anniversaire du Hirak: La marche des étudiants empêchée    Les mises en garde de Belhimer    Vers plus de députés à l'APN    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Alliance algérienne contre la peine de mort est née
Droits de l'Homme
Publié dans La Tribune le 11 - 10 - 2009


Photo : Riad
Par Ali Boukhlef
L'interdiction d'une rencontre n'a pas empêché la Ligue algérienne pour la défense des droits de l'Homme (aile Mustapha Bouchachi) de lancer officiellement la création de l'Alliance algérienne contre la peine de mort. Empêchée par les autorités, la rencontre qui devait se dérouler à l'hôtel d'El Biar s'est finalement tenue, hier, dans l'exigu local de la Ligue, situé au cœur d'Alger. Un maintien salué, d'ailleurs, par le président du plus vieux parti d'opposition algérien, M. Hocine Aït Ahmed, qui y voit un acte de dignité.
Dans son message aux organisateurs, M. Aït Ahmed a rendu «hommage à la dignité du refus de passer outre l'interdiction par les dominateurs de la conférence sur l'abolition de la peine de mort... d'autant qu'elle coïncide avec la célébration de la Journée mondiale pour l'interdiction de la peine de mort». Cette rencontre, à laquelle ont participé des personnalités de différents horizons, essentiellement des juristes et des universitaires, a eu lieu le 10 octobre, date symbolisant la Journée mondiale contre la peine de mort.
Si la question est réglée en Occident, elle reste posée dans les pays musulmans, l'Algérie étant le seul pays à avoir signé la convention des Nations unies pour l'abolition ou tout au moins le gel de la peine de mort. Il faut rappeler que notre pays a gelé l'exécution de ces condamnations depuis 1993.
Mustapha Bouchachi, président de la Ligue des droits de l'Homme, soutenu par Ali Yahia Abdenour, a expliqué, même de manière brève, les motivations ayant poussé le groupe à lancer l'idée d'une alliance algérienne pour l'abolition de la peine de mort, sachant pertinemment que, de l'autre côté de la barrière, c'est-à-dire des opposants à cette option, l'argument religieux est plus fort. Pour ce faire, ils ont invité des juristes ayant travaillé sur le sujet et fait le parallèle entre l'aspect religieux et juridique. Quant à maître Bouchachi, qui a déjà fait l'objet de critiques acerbes de la part des milieux islamistes lors d'une conférence donnée à l'Assemblée populaire nationale, il a énuméré les raisons qui l'ont amené à réclamer l'abolition de la peine de mort : les études faites en Occident, a-t-il dit, ont toutes prouvé que la criminalité a baissé sensiblement dans les pays qui ont supprimé cette peine. De plus, ajoute-t-il, «la peine capitale n'est pas utilisée par amour à l'islam, mais juste pour faire peur aux opposants». Pour mieux illustrer son idée, l'avocat a précisé que, dans le code pénal algérien, hormis «l'assassinat par préméditation», tous les autres cas de peine de mort sont «politiques».
De ce fait, ajoute-t-il, la peine de mort «peut être brandie comme arme de dissuasion» contre l'opposition. L'argument a fait presque l'unanimité dans la salle, y compris parmi les partisans de l'application rigoureuse de la charia, laquelle s'avère impossible, du moins dans un système comme le nôtre, selon Abdelhamid Amara, enseignant de droit à l'université d'Alger. A défaut, il a plaidé pour le gel de la peine capitale.
De leur côté, Khaled Bourayou et Miloud Brahimi ont demandé d'extraire le débat sur la peine de mort de ses soubresauts judiciaires, une revendication rejointe par le philosophe Foudil Boumala.
Quant au sage des droits de l'Homme, l'infatigable Ali Yahia Abdenour, il a préféré faire un parallèle entre «ceux qui donnent un sens à la mort et ceux qui fixent un prix pour la vie». La fracture est à ce niveau, même s'il faut mentionner que l'aspect religieux est dominant dans la société, les autorités ayant plaidé pour le maintien du moratoire de 1993 qui suspend la peine de mort. Sauf que Bouchachi et ses partisans demandent «un débat le plus large possible» pour arriver à une abolition de la peine de mort qui va dans le sens de préserver «le peuple».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.